Quelles sont les pratiques enseignantes pour gérer les comportements difficiles au secondaire?

Voici le quatrième article lié au projet de publication financé par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC). Ce projet vise à publier une série d’articles sur les résultats de la recherche Portrait des pratiques éducatives utilisées pour les élèves présentant des troubles du comportement et conditions de mise en place.

[Rapport scientifique remis au FRQSC]

 par Line Massé, Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR);

Marie-France-Nadeau, Université de Sherbrooke;

Nancy Gaudreau, Université Laval;

Claudia Verret, Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Plusieurs recherches américaines montrent un écart entre les pratiques jugées efficaces pour prévenir et gérer les manifestations inappropriées des élèves présentant des difficultés comportementales (PDC) et celles utilisées par les enseignants. Qu’en est-il au Québec? Cet article résume le portrait des pratiques utilisées par 903 enseignants québécois du secondaire auprès d’élèves PDC ainsi que les variables qui influencent l’utilisation de ces pratiques. Les participants ont répondu à un questionnaire en ligne.

Les pratiques sont catégorisées selon qu’elles préviennent et soutiennent l’apparition d’un comportement souhaité et approprié (proactives/positives) ou selon qu’elles visent la diminution d’un comportement inapproprié (réactives) (Nadeau et al., 2018). Conformément à ce qui est recommandé, les enseignants rapportent qu’ils utilisent plus fréquemment les pratiques proactives/positives que les pratiques réactives. Les pratiques proactives/positives utilisées le plus couramment se rapportent à l’application de règles, de consignes et de routines, à la planification et à la gestion des ressources et au renforcement. Celles liées à l’autorégulation et à l’évaluation fonctionnelle sont beaucoup moins utilisées. Plus précisément, un pourcentage élevé d’enseignants rapporte qu’ils n’utilisent jamais ou rarement le type de pratiques recommandées liées aux mesures suivantes :

  • Implication des élèves dans la gestion de classe;
  • Participation des élèves au choix des conséquences;
  • Aménagement d’un coin tranquille pour favoriser la concentration ;
  • Auto-évaluation, par les élèves, de leurs comportements;
  • Choix des tâches à accomplir;
  • Observation des comportements des élèves.

Quant aux conséquences moins recommandées les plus souvent utilisées par les enseignants québécois, les voici :

  • Retraits des élèves;
  • Retraits de privilèges;
  • Retenues.

De façon générale, les enseignantes rapportent qu’elles utilisent plus fréquemment que leurs homologues masculins l’ensemble des pratiques proactives/positives, mais il ne semble pas y avoir de différence en ce qui concerne les pratiques réactives. Par ailleurs, plus les enseignants sont expérimentés, plus ils ont recours à l’autorégulation, à l’établissement de règles, de consignes et de routines, au renforcement, à l’évaluation fonctionnelle et aux conséquences recommandées. Les heures de formation reçues par ces enseignants sur les élèves PDC, que ce soit lors de la formation initiale ou continue, n’« influencent » pas l’utilisation de ces pratiques, quelles qu’elles soient, c’est-à-dire qu’elles ne la favorisent ni ne l’empêchent.

Les résultats montrent aussi que la participation des enseignants à l’élaboration d’un plan d’intervention (PI) influence positivement l’utilisation qu’ils font de l’ensemble des pratiques recommandées. Cela dit, comparativement aux enseignants en adaptation scolaire, les enseignants du secteur régulier ont moins recours aux pratiques d’autorégulation, de renforcement et d’évaluation fonctionnelle. Enfin, plus il y a d’élèves PDC intégrés dans une classe, plus les enseignants utilisent des conséquences moins recommandées.

Le portrait des pratiques utilisées par les enseignants québécois du secondaire s’avère donc plutôt positif, puisque ces derniers rapportent qu’ils utilisent plus fréquemment les pratiques recommandées que les autres. Cela dit, il n’en reste pas moins qu’un nombre important d’enseignants continuent d’adopter certaines pratiques non recommandées. Par ailleurs, il y a lieu de se questionner sur la formation reçue par les enseignants concernant les élèves PDC. En effet, elle ne semble ni favoriser ni empêcher l’utilisation d’aucune pratique, contrairement à l’action de participer, pour ces enseignants, à l’élaboration d’un PI, cette collaboration favorisant l’utilisation des pratiques recommandées. La participation des enseignants à l’élaboration d’un PI vient toujours avec une forme d’accompagnement qui se fait au moyen, par exemple, de discussions de cas en équipe multidisciplinaire. Ces dernières peuvent aider ces enseignants à bien comprendre la nature des difficultés comportementales d’un élève et à choisir les meilleurs moyens pour améliorer sa situation. Enfin, il ressort de ce portrait général sur les pratiques utilisées par 903 enseignants québécois du secondaire auprès d’élèves PDC qu’un soutien supplémentaire aux enseignants paraît nécessaire. C’est particulièrement le cas pour ceux du secteur régulier de même que pour les enseignants débutants, car ils comptent parmi ceux qui utilisent moins fréquemment les pratiques recommandées.

 

Références sur le sujet

Article scientifique

Massé, L., Nadeau, M.-F., Gaudreau, N., Verret, C. et *Lagacé-Leblanc, J. (Soumis). Prévenir et gérer les difficultés comportementales en classe : pratiques utilisées au secondaire. Canadian Journal of Behavioral Science / Revue canadienne des sciences du comportement.

Communications scientifiques

Massé, L., Nadeau, M.-F., Verret, C., Gaudreau, N. et *Lagacé-Leblanc, J. (2018, 26 avril). Portrait des pratiques utilisées pour la gestion des comportements difficiles dans les écoles primaires et secondaires du Québec. Communication présentée à la 7e conférence mondiale sur la violence à l’école et les politiques publiques / 7e congrès biennal du Comité québécois pour les jeunes en difficulté de comportement (CQJDC), Québec, Canada.

Massé, L., Nadeau, M.-F., Gaudreau, N., Verret, C. et Lagacé-Leblanc, J. (2019, 7 janvier). Variables influencing the behavior management practices implemented by high school teachers of students with behavioral difficulties. Affiche (poster) présentée à la 17th Annual Hawaii International Conference on Education, Honolulu, Hawaï, États-Unis.

Rapports de recherche

Massé, L., Verret, C., Nadeau, M.-F., Gaudreau, N., *Picher, M. J., *Lagacé-Leblanc, J., *Lussier, K., *Lemieux, A., *Guijarro, G. et Babin, J. (2016, septembre). Portrait des pratiques éducatives utilisées pour les élèves présentant des difficultés comportementales, Rapport préliminaire, Secondaire. Trois-Rivières, Québec : Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychoéducation. Repéré à www.fse.ulaval.ca/fichiers/site_recherche_ng_petc/documents/Rapport_secondaire-preliminaire_Finaux.pdf

Massé, L., Verret, C., Gaudreau, N. et Nadeau, M.-F. (2018). Portrait des pratiques éducatives utilisées pour les élèves présentant des troubles du comportement et conditions de mise en place. Article promotionnel. Québec, Québec : Fonds de recherche du Québec – Société et Culture. Repéré à : www.frqsc.gouv.qc.ca/partenariat/nos-resultats-de-recherche/histoire?id=j4pt0svj1535051108707

Dernière modification : 12 février 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)