Faire de la musique ensemble sur Zoom : l’expérience de jeunes durant la COVID-19

Récemment, les discussions sur l’engagement au moyen de l’art et des pratiques artistiques ont occupé une place importante dans les médias. Ceux-ci ont rapporté des initiatives citoyennes extraordinaires en réponse à la situation tout aussi extraordinaire que fut la quarantaine liée à la COVID-19. Pensons aux voisinages chantant ensemble sur leurs balcons ou encore aux quatuors donnant des concerts extérieurs en se promenant de quartier en quartier. Pour les jeunes, faire de la musique peut s’avérer bénéfique pour leur bien-être, leurs compétences socioémotionnelles et leur confiance. Toutefois, en contexte de quarantaine, les activités musicales ont basculé en mode virtuel. Ont-elles tout de même eu un impact positif sur les jeunes musiciens?

Texte rédigé par : Julie Raymond, doctorante Université Laval

Source de l’image: Shutterstock

L’expérience vécue durant des séances musicales virtuelles de groupe

Marusa Levstek et ses collègues de l’université du Sussex en Angleterre ont mené une étude auprès de 13 groupes offrant la possibilité de faire de la musique virtuelle durant la quarantaine liée à la COVID-19. Ces groupes incluaient des ensembles traditionnels de types orchestres classiques, des espaces musicaux axés sur la création et visant les jeunes provenant de milieux défavorisés ainsi que des ensembles inclusifs ciblant des jeunes ayant des besoins particuliers ou des handicaps. Les données suivantes ont été recueillies :

  • observations des séances de 12 éducateurs musicaux provenant des 3 groupes;
  • rapports de séances provenant d’éducateurs des groupes espaces musicaux et ensembles inclusifs;
  • réponses de 93 parents, 40 éducateurs musicaux ainsi que de 203 jeunes âgés de 8 à 20 ans à un questionnaire.

« J’ai remarqué un effet apparent sur l’humeur de mon enfant. »

Selon les parents, les séances musicales virtuelles étaient une source importante de bien-être durant la quarantaine. Les jeunes avaient hâte de faire de la musique de groupe en ligne. Cette activité, souvent la seule disponible, représentait une façon de suivre leur routine et de se distraire de leur nouvelle réalité. La musique était aussi utilisée pour se connecter à eux-mêmes et exprimer comment ils se sentaient en composant des paroles de chansons sur l’isolation, par exemple. De plus, les jeunes ont pu retrouver leur identité de musiciens, ce qui leur a permis de regagner la confiance en eux qu’ils avaient perdue durant les mois d’école à la maison.

 « Cela ne peut pas remplacer le contact en enseignement. »

Pour leur part, les éducateurs rapportent que les jeunes avaient une attitude positive et démontraient des habiletés de communication interpersonnelle. Ils se soutenaient mutuellement et utilisaient la fonction chat (clavardage) pour donner leur appréciation des performances de leurs collègues. Cette fonction offrait une nouvelle option pour les jeunes non verbaux ou qui ont de la difficulté à communiquer en public. Le sentiment d’appartenance était présent même dans le cadre virtuel, et de nouvelles communautés virtuelles se sont formées. Toutefois, en raison de problèmes de connectivité Internet, les participants devaient être en sourdine lorsqu’ils jouaient ensemble, ce qui laissait moins de moments pour entendre les autres jouer. Cela crée aussi une perte de l’interaction en temps réel que permet la musique de groupe.

« Le mieux possible, compte tenu des limites du virtuel. »

Les séances de musique virtuelles étaient considérées par les participants comme un substitut acceptable en l’absence d’autres options. Elles leur permettaient de conserver l’aspect social que procure le fait de jouer d’un instrument et de faire partie d’un ensemble musical ainsi que de se rappeler qu’ils n’avaient pas perdu leurs habiletés. Ce qu’ils appréciaient le plus des pratiques musicales virtuelles était de voir les autres, de rester en contact avec des personnes significatives et de travailler avec de nouvelles personnes qu’ils n’auraient pas connues autrement. Toutefois, ils auraient aimé avoir davantage de moments pour échanger et entretenaient l’espoir que faire de la musique en personne serait à nouveau possible.

Conclusion

Levstek et son équipe concluent que faire de la musique en groupe virtuellement s’est révélé un mécanisme important pour permettre aux jeunes musiciens de faire face à la distanciation sociale durant la pandémie de la COVID-19. En effet, même lors d’un retour en présentiel, elle pourrait offrir l’occasion pour les élèves d’une classe de tisser des liens avec les élèves d’une autre classe provenant d’une région éloignée dans le cadre d’un projet musical commun. Des activités de création collaboratives peuvent ainsi être réalisées; elles permettraient aux élèves de composer des chansons portant sur leur réalité, de les partager et d’en apprendre plus sur la réalité des autres. Une bonne façon d’exercer sa pensée créatrice tout en se sensibilisant au vivre-ensemble!

Références

Levstek, M., Barnby, R. M., Pocock, K. L. et Banerjee, R. (2021). « It All Makes Us Feel Together »: Young People’s Experiences of Virtual Group Music-Making During the COVID-19 Pandemic. Frontiers in Psychology, 12, 703892. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2021.703892

 

Sur un même thème…

Perspectives pédagogiques de l’imitation de gestes musicaux

La musique peut-elle influencer positivement le développement d’un prématuré ?

La musique aide au développement du langage

Danser à la maternelle pour développer les fonctions exécutives

 

Dernière modification : 19 octobre 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)