L’exposé oral, ce mal-aimé : une idée pour l’adapter

Ce n’est un secret pour personne, l’exposé oral a souvent mauvaise presse dans les activités pédagogiques d’évaluation. On se souvient tous d’une expérience marquante à l’occasion d’un exposé oral au primaire ou au secondaire, le collégial ne faisant pas exception. Couramment utilisé, l’exposé n’a pas la cote chez une grande partie des élèves, notamment en raison de son spectre anxiogène et de la densité de sa préparation.

Source de l’image: Shutterstock

Dans son article, Karine Jetté, chargée de cours au collégial[1], propose une méthode renouvelée d’évaluation de la présentation orale. L’anxiété générée par ce genre d’épreuve fait de l’exposé oral une méthode d’évaluation qui n’apparaît pas comme étant la meilleure façon de démonter une consolidation optimale des apprentissages principalement à cause du stress qu’il génère.

« Une étude réalisée auprès de 3000 participants révèle que pour 7 personnes sur 10, le fait de parler en public constitue une activité plus stressante qu’une entrevue d’embauche en  vue de l’obtention d’un nouvel emploi. » (Metcalfe, 1998, dans Jetté, 2018 p.25)

Consulter ses étudiants, pourquoi pas?

Dans le but de faciliter l’expérience de ses étudiants, l’auteure a opté pour revoir sa stratégie et, conséquemment, proposer un nouveau défi d’interaction orale à sa classe. Cherchant à trouver la meilleure méthode pour faire diminuer l’anxiété et, de façon simultanée, à optimiser l’expérience d’évaluation, elle a amorcé sa démarche par la passation d’un questionnaire aux étudiants. Celui-ci avait pour objectif de faire choisir aux étudiants une activité parmi trois possibilités : la présentation orale devant le groupe, l’entrevue individuelle avec l’enseignant et la conversation spontanée en équipe de deux.

Pas moins de 90 % des étudiants ont choisi la dernière option, soit de travailler en collaboration avec un collègue de classe sous une forme plus intuitive et personnalisée. Rien d’étonnant, car travailler avec un pair dans un contexte contrôlé est associé à une réduction importante du degré d’anxiété (Fulcher, 1999; Jetté, 2018). Alors, pourquoi ne pas tenter le coup?

La méthode

Plusieurs ouvrages existent sur le portfolio. Le fait de combiner cette approche d’évaluation avec des méthodes favorisant l’expression orale a donné lieu à une évaluation nommée le portfolio oral. Cette stratégie d’évaluation nécessite l’utilisation par chaque équipe d’un appareil technologique, par exemple un cellulaire. Elle consiste à produire cinq conversations spontanées enregistrées en classe. Les conversations prennent la forme d’exercices d’intégration répétée où les étudiants n’ont pas le droit de regard sur leurs notes de cours et n’ont pas l’autorisation de solliciter d’autres membres de la classe, incluant l’enseignant. Le portfolio est constitué de l’ensemble des enregistrements et est progressivement évalué en cours de session.

L’évaluation

Une grille d’évaluation détaillée est présentée et demeure accessible aux étudiants. « Il s’agit d’une évaluation qui se veut holistique (globale) et analytique (critériée). » (Jetté, 2018, p. 26) Les rétroactions se font via une vidéo que l’enseignant enregistre à l’aide de logiciels interactifs simples. On peut penser à un préenregistrement Zoom avec partage d’écran, ou à Keynote, PowerPoint, etc.

L’enseignement revient sur les énoncés de la grille de manière hiérarchique afin de situer la rétroaction dans le temps et de fixer des objectifs pour le prochain enregistrement. Le côté ludique de l’expérience, l’accessibilité de l’étudiant à sa progression individuelle en audio ou en vidéo ainsi que la collaboration active qui s’installe avec les étudiants rendent l’évaluation cognitivement stimulante pour tous les participants, réduisant la lourdeur, l’inertie (pour plusieurs) et la gestion du temps de classe des présentations traditionnelles.

« Les professeurs ayant expérimenté le portfolio oral sont unanimes : non seulement leur jugement évaluatif et la prise de décision quant à la compétence de chacun des étudiants leur paraissent plus efficaces, mais ils leur semblent également plus précis et plus fiables, grâce à la possibilité de réécouter les conversations. » (Jetté, 2018 p.28)

Conclusion

Le portfolio oral, en faisant appel à la technologie, contribue à l’augmentation de l’efficacité de l’enseignant en plus de diminuer la charge émotive liée à l’exposé en public. Il permet de surcroît de conserver des traces de la progression des étudiants tout au long du cours. Cette méthode a été proposée à d’autres enseignants afin d’en valider la pertinence. L’expérience fut concluante pour l’entièreté des projets soumis, non seulement en raison de la gestion favorable du temps de parole entre les participants que permet la méthode, mais surtout en considérant l’optimisation du temps de classe tant pour les étudiants que pour l’enseignant.

Facile à adapter en raison de sa grande flexibilité, cette méthode s’avère donc efficace dans l’enseignement des langues, mais aussi dans plusieurs autres disciplines.

 

Cet article est issu d’un partenariat avec la revue Pédagogie collégiale, produite et diffusée par l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC).

Jetté, K. (2018) Le portfolio oral. Pour facilité l’évaluation de l’interaction orale… Et bien plus encore! Revue pédagogie collégiale, 32(1). https://eduq.info/xmlui/bitstream/handle/11515/37792/jette-32-1-2018.pdf?sequence=2&isAllowed=y

Pour d’autres articles provenant de ce partenariat:

Développer les savoirs-être des étudiants au collégial

De l’expert disciplinaire au professeur du collégial

Références

[1] Collège Montmorency, Collège de Rosemont et Université de Montréal

Fulcher, G. (1996). Testing tasks: Issues in task design and the group oral. Language Testing, 13(1), 23-51.

Jetté, K. (2016). La evaluacion interaccional en la classe de ELE [thèse de doctorat, Université de Montréal]. https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/18453

Melcalfe, S. (1998). Building a Speech. New York, NY : Harcourt Brace College Publishers.

 

 

 

Dernière modification : 14 septembre 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)