Bien-être et santé mentale en enseignement

Temps approximatif de lecture : 4 à 5 minutes

Dans un récent rapport, le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) analyse les effets du bien-être professionnel et de la santé mentale du personnel enseignant au Québec. On y aborde notamment les conditions spécifiques à l’enseignement en matière de stress, on y dresse un état des lieux et on y formule des recommandations relatives au développement des compétences sociales et émotionnelles. Le présent article fournit un aperçu de ce rapport.

Source de l’image : ShutterStock

Cadre conceptuel : Le CSE insiste sur la multitude des définitions du bien-être professionnel. Il reprend entre autres le cadre conceptuel de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Source de l’image :

Image de Viac et Fraser, 2020, p. 20, tirée de Vlasie, 2021, p. 3.

Une profession source de stress

De nombreuses études font état du stress vécu par le personnel enseignant. Le rapport du CSE indique en outre que certaines conditions spécifiques à la profession se dégagent de la littérature scientifique pour expliquer ce phénomène et ses impacts sur le bien-être professionnel et la santé mentale du personnel enseignant.

La charge émotionnelle

Puisque la nature de la tâche du personnel enseignant nécessite des contacts humains et un rapport aux élèves spécifique à la fonction enseignante, elle a un impact émotionnel important sur ce personnel.

L’enseignement au primaire, par exemple, requiert du personnel qu’il fasse preuve d’une certaine retenue quant à l’expression de ses émotions, de manière à n’exprimer que celles contribuant à créer une relation positive avec les élèves ou celles « congruentes avec les prérequis du rôle professionnel » (CSE, 2021, p. 6), comme ne pas montrer son agacement devant la classe.

Au secondaire, la situation est différente, mais la charge émotionnelle du personnel enseignant est tout de même bien présente. En effet, dans certains milieux scolaires plus difficiles, le personnel peut être amené à gérer des situations conflictuelles ou à réguler les comportements des élèves. Cette charge émotionnelle s’ajoute à la tâche de l’enseignant ou de l’enseignante qui, lorsqu’elle est récurrente, peut devenir une source de stress importante, voire d’épuisement professionnel.

Le rapport du CSE introduit aussi le concept de « fatigue de compassion » au nombre des risques de la profession enseignante, soit un risque qui peut survenir lors d’un épuisement professionnel ou d’un traumatisme issu de la relation d’aide entre l’enseignant ou l’enseignante et les élèves.

La violence

Le rapport du CSE reprend la définition de la violence de l’Organisation mondiale de la santé : « la menace ou l’utilisation intentionnelle de la force physique ou du pouvoir contre soi-même, contre autrui ou contre un groupe ou une communauté qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, des dommages psychologiques, un maldéveloppement ou des privations » (OMS, 2002, p. 5).

Des études ont montré les impacts des comportements perturbateurs sur le niveau de stress ressenti par le personnel enseignant ainsi que sur leur perception du sentiment d’efficacité personnelle. Cette violence (impolitesses, menaces, bousculades, etc.) est d’ailleurs bien présente dans nos écoles, comme le rapporte le CSE. Une étude québécoise montre que 75 % du personnel enseignant au niveau primaire a subi des impolitesses, des insultes ou des grossièretés au cours de l’année scolaire 2013, alors qu’au secondaire c’est 73 %. On note aussi que les élèves ne sont pas la seule source de violence pour le personnel enseignant. Sont également cités les parents/tuteurs des jeunes, les collègues et les membres de la direction.

État des lieux

Certaines sources d’insatisfaction du personnel enseignant à l’égard de la profession semblent plutôt faire consensus (bien qu’il ne soit pas total). On rapporte que le contexte (ex. : conditions d’enseignement, conditions d’emploi) est à la source de ces insatisfactions.

Aussi, selon de récentes études, l’enseignement serait une des professions où la détresse psychologique est très présente, et ce, au Québec comme partout en Occident. Le stress vécu par le personnel enseignant y contribuerait d’ailleurs, bien que la présence du stress dans l’enseignement ou chez le personnel enseignant ne soit pas d’emblée synonyme de détresse psychologique. Il peut néanmoins y mener.

En ce qui concerne l’épuisement professionnel, de nombreuses études ont fait état de la situation en enseignement. Dans une étude québécoise (Houlfort et Sauvé, 2010), 60 % des enseignants interrogés ont rapporté qu’ils souffraient d’un symptôme d’épuisement professionnel au moins une fois par mois, et 20 % ont ressenti des symptômes au moins une fois par semaine.

L’épuisement professionnel (ou burnout, en anglais) posséderait trois dimensions : l’épuisement émotionnel, la dépersonnalisation et la réduction du sentiment d’efficacité personnelle.

Recommandations

Pour favoriser le bien-être et la santé mentale du personnel enseignant, le CSE propose quelques recommandations axées sur le développement des compétences sociales et émotionnelles. Plusieurs modèles existent, mais trois composantes sont récurrentes : la compréhension des émotions, leur expression et leur autorégulation. Développer dès la formation initiale des compétences en ce sens pourrait s’avérer une avenue prometteuse. Le CSE mentionne aussi dans son rapport l’importance du soutien des collègues et des membres de la direction des établissements scolaires, ainsi que la mise en place d’espaces d’expression pour les enseignants au sujet de situations qui sont vécues dans le cadre de leur travail.

Références

Organisation mondiale de la Santé (OMS). (2002). Rapport mondial sur la violence et la santé, Genève. apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/42545/9242545619_fre.pdf?sequence=1

Vlasie, D. (2021). Santé et bien-être du personnel enseignant : portrait de la situation et pistes de solutions, Études et recherches, Québec, Conseil supérieur de l’éducation. www.cse.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/2021/01/50-2114-ER-Sante-bien-etre-du-personnel.pdf

Pour aller plus loin…

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 18 février 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)