La prévention du décrochage scolaire à la fin du secondaire, est-il trop tard?

Lorsqu’on pense au décrochage scolaire d’un élève, on peut difficilement imaginer cet élève au cours des mois précédant un abandon scolaire. Était-il alors déjà trop tard pour prévenir cet abandon? L’élève montrait-il des signes clairs de vulnérabilité? Ces signes sont-ils similaires pour tous les élèves à risque, peu importe leur milieu? L’importance de l’intervention précoce est bien documentée, mais qu’en est-il de l’intervention dans les moments où le désengagement scolaire se met en branle?

© Shutter Stock

 

Mené par Véronique Dupéré, de l’Université de Montréal, et par ses cochercheurs, Isabelle Archambault, Éric Dion et Michel Janosz, ainsi que quelques collaboratrices, ce projet de recherche visait à mieux comprendre « les processus menant au décrochage et à la persévérance scolaires au secondaire » (p. 3). Pour ce faire, Dupéré et son équipe ont cherché à combler deux lacunes liées au manque d’information par rapport aux points suivants :

  1. Les besoins spécifiques des jeunes vulnérables vers la fin du secondaire;
  2. La manière dont ces besoins varient en fonction des réalités régionales.

Trop tard à l’adolescence?

Les résultats obtenus par Dupéré et son équipe de recherche démontrent bien que le risque de décrochage scolaire fluctue dans le temps et que les moments charnières ne sont pas restreints à l’enfance. Il ne faut pas sous-estimer la grande période délicate qu’est l’adolescence. Un stress important, un événement tragique, des conflits avec les pairs ou un membre de la famille sont des facteurs pouvant déstabiliser considérablement le parcours scolaire d’un jeune durant cette période. En effet, les chercheurs montrent que le risque de décrocher de l’école triple dans les mois qui suivent un événement négatif sévère chez un élève en fin de parcours au secondaire. Ils suggèrent donc qu’il n’est pas trop tard pour intervenir à l’adolescence, car atténuer le risque de décrochage scolaire est toujours possible durant cette période.

Du centre-ville de Montréal jusqu’aux municipalités de la Côte-Nord?

Le fait qu’un jeune vit des expériences négatives, soit à l’école, soit à la maison, peut fragiliser son parcours scolaire, peu importe la région où vit cet élève. Cela dit, les résultats de la recherche menée par Dupéré démontrent que l’intimidation et les conflits avec les pairs affectent davantage les élèves des écoles situées dans des municipalités rurales ou semi-rurales. Ces résultats sont cohérents avec d’autres recherches qui démontrent que l’exclusion sociale semble avoir des « conséquences particulièrement néfastes pour les jeunes résidant dans les petites communautés rurales » (p. 4).

Pour ce qui est des écoles situées en centres urbains, les problèmes légaux se démarquent comme facteur contributif au décrochage scolaire. Ce constat est appuyé par plusieurs recherches montrant que les acteurs des quartiers urbains défavorisés tendent à se tourner davantage vers les autorités légales pour la gestion de différentes problématiques de la jeunesse.

Comment aider ces adolescents vulnérables?

Les chercheurs ont dégagé deux grands axes d’intervention pour aider un élève qui glisse vers le désengagement scolaire :

  1. Les activités parascolaires;
  2. Le système de détection en temps réels.

Les paragraphes qui suivent présentent un résumé de ces deux axes.

Activités parascolaires

La participation à des activités parascolaires semble un facteur de protection pour des élèves en période de vulnérabilité. Pour obtenir cet effet, cette protection, les activités en question doivent respecter quelques caractéristiques. Elles doivent notamment être :

  • inclusives (non associées aux performances scolaires et/ou physiques);
  • décloisonnées;
  • stables.

On peut constater, lorsque ces activités comptent des élèves variés de plusieurs corps étudiants (du régulier et de l’adaptation scolaire), qu’elles favorisent chez les plus vulnérables un sentiment d’appartenance et de compétence. Assurer une certaine stabilité dans ces activités s’avère donc important. Une interruption de participation, due par exemple à un manque de budget ou encore à un resserrement des conditions d’admissibilité, peut faire s’estomper significativement les effets bénéfiques des activités parascolaires sur la persévérance scolaire des élèves qui sont plus susceptibles de décrocher.

Système de détection en temps réel

Les résultats obtenus par les chercheurs montrent aussi que dans les mois suivant une expérience ou un événement particulièrement négatif pour un élève, les risques de décrochage scolaire augmentent considérablement. Il est donc important de mettre en place des ressources pour détecter promptement les signes de vulnérabilité ou de détresse. Un soutien rapide et serré peut en effet aider à diminuer sensiblement les effets négatifs de telle ou telle mauvaise expérience sur le parcours scolaire. La prévention de l’intimidation, par exemple, ainsi que la prévention en milieu scolaire constituent des avenues prometteuses pour favoriser la persévérance scolaire, particulièrement en milieu rural et semi-rural.

Sont donc requis non seulement un système qui permet de détecter les conflits, l’intimidation, les événements ou expériences de vie négatifs, mais aussi un service de soutien rapide et serré.

Conclusion

L’adolescence est une période où le risque de décrochage est très élevé. Or, les chercheurs démontrent qu’il est toujours temps d’intervenir auprès des élèves à risque durant cette période de leur vie et de prévenir leur désengagement scolaire. D’ailleurs, ils proposent deux stratégies afin d’aider les adolescents qui pourraient éventuellement se trouver dans une situation à risque : les encourager à participer à des activités parascolaires et implanter un système de détection en temps réel.

 

Référence

Dupéré, V., Archambault, I., Dion, É., Janosz, M., Leventhal, T., Harkness, K., …Thouin, É. (2017). Un examen détaillé des circonstances entourant la persévérance et le décrochage scolaire chez les jeunes de différents milieux (Rapport de recherche – Programme Actions concertées). Repéré à www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/11326/2801941/PRS_2013-2014_rapport_DupereV_circonstances-jeunes.pdf/6c6ac1a3-c3e0-4939-9769-a043e9a5e4da

 

Source de l’image : Shutter Stock

Dernière modification : 20 octobre 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Un commentaire

  1. Par Jean Bourque le 26 octobre 2019 à 12:43

    Il n’est jamais trop tard pour prévenir le décrochage scolaire. Ceci est d’une évidence… évidente. Cependant, lorsqu’une recherche vient appuyer ce qui est évident, cela peut donner un peu plus d’espoir ou de poids pour inciter les dirigeants à mettre en place des mesures pour ces jeunes. J’espère que cette recherche contribuera à défaire le mythe qu’après un certain âge (et ceci parfois même au 3e cycle du primaire), il est trop tard pour intervenir.

    Les deux recommandations des chercheurs sont fort judicieuses: encourager les élèves à participer à des activités parascolaires et implanter un système de détection en temps réel.

    J’aurais cependant aimé retrouver dans les recommandations celle de mettre en place des services soutenus et individualisés (ou en petits groupes) en orthopédagogique. Je souhaiterais aussi y lire que ces mêmes recommandations puissent s’appliquer au 3e cycle du primaire où, malheureusement, il arrive que les services soient diminués pour favoriser les interventions avec les plus jeunes.

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)