Les différents types de motivation selon la théorie de l’autodétermination

Les comportements des individus en milieu scolaire, notamment ceux des élèves, peuvent s’expliquer par le degré de motivation de ces derniers à accomplir des activités pédagogiques. Mais qu’est-ce qui motive réellement les élèves à s’impliquer dans leur réussite scolaire? D’après la théorie de l’autodétermination développée par Deci et Ryan (2002), les comportements des élèves s’expliquent par des raisons qui sont à la base de leur motivation. Ces facteurs peuvent être internes ou externes.

 

Shutterstock/Robert Kneschke

À la base et de façon innée, tout individu, selon ce que soutiennent Deci et Ryan (2002), cherche à satisfaire trois types fondamentaux de besoins psychologiques :

  • Les besoins de compétence;
  • Les besoins d’autonomie;
  • Les besoins d’affiliation (de relation avec autrui).

Dans leur théorie d’autodétermination, Deci et Ryan (2002) distinguent trois principaux types de motivation :

  • La motivation intrinsèque;
  • La motivation extrinsèque;
  • L’amotivation.

La motivation est dite intrinsèque lorsque l’individu s’engage de façon volontaire et spontanée dans une activité en raison de l’intérêt et du plaisir qu’il trouve à effectuer celle-ci, sans aucune récompense externe. Par exemple, un élève qui s’engage dans la résolution de problèmes parce qu’il aime les mathématiques fait preuve de motivation intrinsèque, considérée comme le plus haut niveau d’autodétermination.

[(A)motivé à apprendre!]

La motivation extrinsèque, quant à elle, renvoie à la pratique d’une activité effectuée non en raison du plaisir qu’elle procure, mais pour des raisons souvent externes ou des motifs instrumentaux (ex. : punition, récompense, pression sociale, obtention de l’approbation d’une tierce personne). La motivation extrinsèque se divise en quatre sous-catégories :

  • La régulation externe
  • La régulation introjectée;
  • La régulation identifiée;
  • La régulation intégrée.

Les élèves font preuve de motivation extrinsèque par régulation externe lorsqu’ils s’impliquent dans leurs études en y étant obligés par leurs parents ou lorsqu’ils attendent une récompense de leur travail.

[Motivation et TDAH : le système de récompense du cerveau serait en cause]

Les élèves qui s’engagent dans une activité parce qu’ils ressentent une pression interne de culpabilité ou de honte s’ils ne le font pas manifestent quant à eux une motivation extrinsèque par régulation introjectée.

La motivation extrinsèque par régulation identifiée concerne les élèves qui s’engagent, par exemple, dans l’équipe de soccer de l’école en sachant que leur participation aux compétitions scolaires peut les préparer à la carrière sportive dont il rêve.

Quant à la motivation par régulation intégrée, elle renvoie à l’implication des élèves dans une activité quand celle-ci correspond à leurs valeurs et est cohérente avec le concept de soi de ces élèves.

Enfin, en ce qui concerne l’amotivation, Deci et Ryan (2002) la définissent comme l’absence de motivation. Elle constitue le niveau le plus bas d’autodétermination. Les élèves qui font preuve d’amotivation s’engagent dans les activités sans trop connaître la raison de leur implication et sans trop savoir ce que celle-ci leur apporte en retour.

Pour Deci et Ryan (1985), la motivation intrinsèque ne s’oppose pas à la motivation extrinsèque. Ils proposent plutôt de les considérer dans un continuum où les niveaux de motivation intrinsèque, de motivation extrinsèque (externe, introjectée, identifiée) et d’amotivation fluctuent selon le degré d’autodétermination et le sentiment de compétence autorévélé de l’individu.

Références

Blanchard, C., Pelletier, L., Otis, N. et Sharp, E. (2004). Rôle de l’autodétermination et des aptitudes scolaires dans la prédiction des absences scolaires et l’intention de décrocher. Revue des sciences de l’éducation, 30(1), 105-123. doi.org/10.7202/011772ar

Deci, E. L. et Ryan, R. M. (2000). Self-Determination Theory and the Facilitation of Intrinsic Motivation, Social Development, and Well-Being. American Psychologist, 55(1), 68-78. Repéré à https://selfdeterminationtheory.org/SDT/documents/2000_RyanDeci_SDT.pdf

Deci, E. L. et Ryan, R. M. (2002). Handbook of Self-Determination Research. Rochester, NY : University of Rochester Press.

Source de l’image : Shutterstock/Robert Kneschke

Dernière modification : 4 février 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)