Comment les parents peuvent-ils favoriser la persévérance chez leurs enfants?

Lorsqu’un enfant vit une situation d’échec, il arrive que ses parents ne réagissent pas face à cette situation, et ce, pour différentes raisons. Par exemple, ils peuvent penser que l’échec fait partie de la vie et qu’il va sans doute servir de leçon à l’enfant. Cependant, ce n’est pas forcément la meilleure attitude à adopter d’après Alan Kazdin, professeur émérite de psychologie et de pédopsychiatrie à l’Université de Yale et directeur du Yale Parenting Center, dont les recherches nous permettent de mieux comprendre quelles méthodes aident vraiment les enfants à apprendre de leurs échecs.

 

© Shutterstock/Pressmaster

 

Le professeur Kazdin recommande aux parents dont l’enfant fait face à un échec d’exprimer à quel point ils se soucient de cette situation et de lui montrer qu’il peut compter sur leur soutien et leur compréhension. Or, le chercheur insiste sur le fait que les parents doivent aussi aider l’enfant, dans un second temps, à développer sa persévérance s’ils veulent qu’il réussisse dans l’avenir.

Qu’est-ce que la persévérance?

La persévérance joue entre autres le rôle de moteur d’actions diverses, telles que terminer une tâche, surmonter sa frustration, consacrer du temps et des efforts à la réalisation d’une activité, ou encore trouver des solutions créatives à un problème difficile. Selon les recherches de Kazdin, la capacité de persévérer se construit tout au long de la vie et permet de favoriser la réussite sur tous les plans — scolaire, professionnel, social et personnel — y compris sur le plan des relations interpersonnelles. Or, pour arriver à des résultats positifs, on doit développer et renforcer cette capacité dès le plus jeune âge.

Les paragraphes suivants résument les trois stratégies principales identifiées par Kazdin pour encourager la persévérance chez les enfants.

  1. Modélisation

La première stratégie identifiée par Kazdin vise à modéliser la persévérance. On sait que l’enfant — même le nourrisson — est sensible au comportement des adultes qui l’entourent et qui peuvent jouer auprès de lui un rôle de mentor ou de modèle. Ainsi, les parents qui éprouvent des difficultés, peu importe leur gravité, dans telle ou telle situation, mais qui n’abandonnent pas, qui s’efforcent d’atteindre leurs objectifs malgré les obstacles, favorisent naturellement la persévérance chez leurs enfants par l’exemple qu’ils donnent. Il existe d’ailleurs, pour les parents, des façons concrètes de parvenir à modéliser la persévérance à la maison, comme le fait de s’engager dans des tâches de difficulté moyenne — suffisamment pour exiger un effort supplémentaire — et de verbaliser devant l’enfant ce qu’ils essaient d’accomplir, en soulignant les stratégies utilisées pour résoudre le ou les problèmes qui se posent et pour parvenir à atteindre leurs objectifs. Par exemple : « Hum… Ce que j’ai fait n’a pas fonctionné. Je vais essayer d’une autre façon. »

Pour Kazdin, une bonne modélisation n’est pas le fruit du hasard. Elle s’avère en effet plus efficace lorsqu’elle est planifiée et réalisée dans un but précis (ex. : développer certaines qualités, comme l’honnêteté, l’altruisme, etc.).

[Le mentorat pour favoriser la persévérance scolaire des jeunes]

  1. Valorisation de l’effort

La deuxième stratégie identifiée consiste à valoriser l’effort. Kazdin suggère aux parents de valoriser chaque geste de persévérance, chaque effort, petit ou grand. Par exemple, lorsqu’un parent voit son enfant consacrer un effort particulier à une tâche et persévérer dans sa réalisation, il devrait le féliciter tout de suite. Kazdin conseille entre autres aux parents :

  1. de ne pas accorder de l’importance qu’aux moments où l’enfant sacrifie du temps de jeu ou d’autres activités qui lui plaisent davantage que la tâche à réaliser — pour aller jusqu’au bout de sa tâche;
  2. de féliciter l’enfant au moindre signe d’efforts, même s’il accomplit une de ses tâches quotidiennes.

Certains parents se demandent s’ils doivent intervenir lorsque leur enfant effectue une tâche de tous les jours, et le féliciter. Kazdin le recommande tout à fait, car récompenser les efforts déployés par l’enfant dans la réalisation d’une tâche encourage ce dernier. Cela lui permet de continuer à faire des efforts, concernant non seulement cette tâche en particulier, mais aussi d’autres activités ou situations, pour le présent et l’avenir. En fait, les parents devraient féliciter leur enfant pour ses actions et sa persévérance chaque fois qu’il fait des efforts plus ou moins importants et conformes à ses habitudes, et qu’il atteint ses objectifs.

[La plus-value des éloges significatifs aux élèves]

  1. Accompagnement

La troisième stratégie identifiée par Kazdin pour encourager la persévérance chez les enfants est liée à la démarche parentale d’accompagnement. Par exemple, que devraient faire les parents si leur enfant réalise seulement des tâches qu’ils considèrent comme trop faciles? Pas de panique! Offrir à l’enfant des occasions de persévérer en choisissant avec lui des tâches plus difficiles, dans lesquelles ils peuvent l’accompagner, constitue une bonne initiative. De cette façon, les parents peuvent essayer de combiner modélisation et valorisation, par exemple :

  1. en choisissant un jeu (ex. : casse-tête) un peu complexe et en proposant à l’enfant de relever un défi lié à ce jeu (ex. : trouver plus de pièces qu’eux-mêmes pourront en trouver);
  2. en proposant à l’enfant de les aider dans une corvée.

Bref, les parents peuvent réaliser avec leur enfant une activité ou une tâche qui exige temps et efforts. Ils peuvent aussi fixer avec lui des objectifs simples à réaliser et éventuellement de plus complexes, et lui demander d’accomplir telle ou telle tâche en gagnant petit à petit en autonomie.

Bien entendu, le succès de cette démarche parentale d’accompagnement peut se faire attendre. Cela dit, les parents ne doivent pas se décourager si l’enfant progresse lentement (ou pas aussi vite qu’ils le voudraient!); ses progrès se feront sentir au fil du temps.

Dans tous les cas, les activités ou tâches choisies par les parents devraient être amusantes ou, à tout le moins, exemptes de réprimandes pour que l’enfant puisse en profiter pleinement.

[Dossier thématique : Persévérance scolaire]

Certaines personnes sont naturellement plus persévérantes que d’autres. Même sans formation initiale ou préalable, par exemple, des individus arrivent facilement à exceller dans plusieurs domaines, réussissant presque tout ce qu’ils entreprennent; d’autres y arrivent moins facilement. Ce qu’il faut retenir, c’est que des pratiques répétées peuvent enseigner aux enfants que le processus en tant que tel a beaucoup d’intérêt et de valeur — parfois, il en a tout autant, voire davantage, que l’objectif. Ne dit-on pas que « l’important, ce n’est pas la destination, mais le voyage en lui-même[1] »?

[Bulletin no 15 : OBJECTIF persévérance et réussite]

 

[Pour accéder à l’article : http://time.com/5467232/child-failure-parenting-tips-persistence-grit/]

 

Références

Kazdin, Alan E. (2018). So Your Child Has Failed. Here’s What to Do Next. Repéré à http://time.com/5467232/child-failure-parenting-tips-persistence-grit/

Kazdin, Alan E. (2017). The Kazdin Method of Parenting. Repéré à http://alankazdin.com/

 

[1] Cette phrase est une traduction libre de Robert Louis Stevenson :

  • « To travel hopefully is a better thing than to arrive. »

Dans un tout autre style (et registre), la citation suivante, tirée de l’œuvre de Paulo Coehlo, est aussi bien inspirante :

  • « Quand on voyage vers un objectif, il est très important de prêter attention au chemin. C’est toujours le chemin qui nous enseigne la meilleure façon d’y parvenir, et il nous enrichit à mesure que nous le parcourons. Tout ce qui est fait dans le présent affecte l’avenir en conséquence, et le passé par rédemption. »

Source de l’image : Shutterstock/Pressmaster

Dernière modification : 28 février 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

2 commentaires

  1. Merci pour toutes ces recommandations très utiles et toujours d’actualité, d’ailleurs les parents apprennent aussi.

    Commentaire inapproprié ?

  2. Par Ahmed Elyaagoubi le 9 avril 2019 à 7:44

    Croyez -moi ,votre site est hautement professionnalisant aussi bien en amont qu’en éval!
    Tous les articles sont d’une importance tellement capitale qu’il me semble vous avoir saisi au sujet de multiples questions qui me tracassent , non seulement en tant que parent, mais en ma qualitė d’expert en formation et accompagnement d’enseignants des secteurs publique et privé ..
    Je souhaiterais joindre votre équipe car je réalise que je partage votre stratégie par son originalité et ses multiples enjeux hautement prisės .
    Tous vos articles sont des réponses ā des questions pertinentes que tous les parents des.digfetents continents devraient se poser .

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)