Pourquoi évaluer : Regard sur les visées de l’évaluation

Un malaise règne chez certains enseignants quand vient le temps d’évaluer leurs étudiants. Pourquoi évaluer, catégoriser, sanctionner les élèves alors que le rôle de l’enseignant est d’accompagner les étudiants dans l’acquisition de connaissances et de compétences?

De façon sémantique, l’évaluation sert à établir la qualité du travail ou de la performance. Toutefois, lorsqu’on se concentre sur l’évaluation des apprentissages, tout cela se complexifie. En effet, les enseignants évaluent d’un côté le développement de la personne dans le temps, mais doivent aussi légitimer les compétences et les savoirs par l’émission de notes ponctuelles ou de diplômes. C’est cette dualité temporelle qui rend l’évaluation si complexe.

Shutterstock / Kapralcev

Catherine Bélec publie dans la revue Pédagogie collégiale un article intitulé Pourquoi évaluer? afin d’établir les deux principales visées de l’évaluation et de présenter l’évaluation sous toutes ses formes.

[L’évaluation : un élément crucial du processus d’apprentissage]

Les types d’évaluation

L’auteure présente d’abord les quatre principaux types d’évaluation qui, dans la pratique enseignante, se confondent, se mélangent et se superposent afin de juger des apprentissages des étudiants.  Voici ces quatre façons d’évaluer à consulter en PDF.

[Comment tirer profit de l’évaluation et de la rétroaction?]

Les visées de l’évaluation des apprentissages

Lorsqu’un enseignant soumet ses étudiants à une évaluation, la première visée de celle-ci est d’établir un statut et un jugement sur la qualité du travail et des apprentissages des étudiants. Cette visée se traduit par l’attribution d’une note. Pour le professeur, la note sert de voie de communication pour indiquer à l’étudiant où il se situe dans ses apprentissages.

La deuxième visée de l’évaluation est la rétroaction. C’est la rétroaction qui donne du sens à l’évaluation puisqu’elle permet à l’étudiant de développer sa capacité à s’autoévaluer et à poser un regard critique sur ses apprentissages et ses réalisations. Pour que la rétroaction soit efficace, l’enseignant identifie adéquatement les erreurs et propose des stratégies pour les corriger. Il permet ainsi à l’étudiant de s’autoréguler et favorise sa réussite et son développement personnel.

[La rétroaction : Dossier thématique]

Un coup d’œil sur une perspective progressiste de l’évaluation

L’auteure Catherine Bélec partage finalement deux exemples d’évaluation visant l’amélioration des apprentissages des étudiants de manière à encourager l’évolution de leur capacité à s’autoréguler et à s’autoévaluer. Ces évaluations sont sous forme de portfolio.

1.Portfolio axé sur la progression des apprentissages

Dans cette forme d’évaluation, l’enseignant compile les réalisations des étudiants tout au long de l’étape ou de l’année. Ces réalisations contiennent des critères d’évaluation précis, sont suivies de rétroactions régulières alors que les notes demeurent formatives. Les étudiants obtiennent une note globale et finale à la fin de l’année en fonction de leur évolution.

Cette méthode d’évaluation encourage le développement de l’autocritique et de l’autorégulation en plus de motiver l’étudiant et de lui permettre de se centrer sur le développement de ses compétences au lieu d’être centré sur ses notes. De plus, les étudiants sont évalués par rapport à eux-mêmes ce qui ne pénalise pas les élèves les plus faibles et limite les situations de compétition et de comparaison.

2.Portfolio axé sur les meilleures réalisations d’une personne

Ici aussi, l’enseignant récolte toutes les réalisations des étudiants et leur offre en tout temps des rétroactions et des notes formatives. Toutefois, pour établir une note finale, c’est l’étudiant qui choisira quelques-unes de ses réalisations qui seront ensuite soumises à une évaluation.

Cette méthode permettrait de mieux juger les compétences de l’étudiant. Aussi, en demandant à l’étudiant de sélectionner ses meilleures réalisations, on stimule sa capacité à s’autocritiquer et s’autoévaluer.

[Ressource : Évaluer les apprentissages des élèves  à l’aide du portfolio]

Références :

BÉLEC, C. 2017. Pourquoi évaluer? Pédagogie collégiale, vol. 30, n°4. p. 10-16

Image : © Shutterstock / Kapralcev

[Consultez l’article]

Dernière modification : 21 juin 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)