La déficience intellectuelle

Dossiers thématiques

Lecture : 2 min.
Mis à jour le 22 Déc 2021

La bibliothèque virtuelle du RIRE compte plus de 15 000 articles, guides et ressources web qui peuvent être consultés gratuitement par les internautes. Son contenu est mis à jour quotidiennement, ce qui permet à tous ceux qui le désirent de demeurer à l’affut de nouvelles connaissances issues de la recherche en éducation. Cette importante banque de références en ligne permet également de dresser un portrait sommaire de certains thèmes.

Aujourd’hui, le RIRE vous offre un bref survol du thème de la déficience intellectuelle par l’entremise des articles et ressources recensés dans sa bibliothèque virtuelle.

À noter : Cette sélection ne se veut pas une recension ou une synthèse de la recherche. Elle vise plutôt à alimenter la réflexion des lecteurs sur le sujet.

Les caractéristiques et les besoins d’une personne ayant une déficience intellectuelle varient d’un individu à l’autre. Cela dépend notamment des aptitudes touchées et de la mesure dans laquelle elles le sont. L’Association du Québec pour l’intégration sociale (AQIS) a comme mission la promotion des intérêts et la défense de droits des personnes qui vivent avec une déficience intellectuelle et leur famille. Dans le cadre de la 30e édition de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, l’AQIS a lancé un outil d’information et de vulgarisation dans le but de mieux renseigner les gens sur la déficience intellectuelle.

Qu’est-ce que la déficience intellectuelle?

L’AQIS décrit la déficience intellectuelle comme un état permanent et non une maladie. En effet, on préfère dire que les personnes présentent ou qu’elles ont une déficience intellectuelle, car elles ne souffrent pas en réalité de la déficience intellectuelle et elles n’en sont pas « atteintes ».

Diagnostiquer la déficience intellectuelle

Le médecin ou le pédiatre dépiste la déficience intellectuelle, tandis que les psychiatres, les psychologues ou les neuropsychologues, membres d’un ordre professionnel, évaluent et posent le diagnostic de déficience intellectuelle à l’aide de tests normés reconnus.

La confirmation du diagnostic se fait habituellement vers l’âge de six ans, souvent lors de l’entrée à l’école où les exigences deviennent plus élevées, et ce, même si certains signes sont apparents avant. On utilise un diagnostic d’attente, soit le retard global de développement, en attendant un diagnostic plus précis quand un ensemble de symptômes sont présents, mais que l’enfant est encore trop jeune pour une évaluation adéquate de son fonctionnement intellectuel.

D’importance égale, les trois critères suivants sont nécessaires pour diagnostiquer la déficience intellectuelle :

  1. Limitations significatives du fonctionnement intellectuel (ex. : difficultés à comprendre des concepts abstraits ou encore à anticiper les conséquences d’une action);
  2. Limitations du comportement adaptatif se traduisant par des lacunes sur le plan des habiletés conceptuelles, sociales et pratiques (ex. : difficultés à utiliser des concepts liés à l’argent, à réaliser des activités quotidiennes, à effectuer des soins personnels ou d’autres tâches [préparer ses repas, accomplir des tâches ménagères, utiliser le transport en commun, s’habiller, etc.]);
  3. Âge : la déficience intellectuelle s’observe avant l’âge de 18 ans.

Voici déjà quelques articles et ressources disponibles sur le site Web du RIRE. Le sujet vous intéresse, téléchargez le dossier thématique complet au haut de la page. 

Articles

Des chiens viennent en aide aux élèves en difficulté

La thérapie assistée ou facilitée par l’animal est l’une des formes de la zoothérapie utilisée pour aider des enfants à développer des habiletés sociales.

Voir l’article

Attitudes et croyances concernant la déficience intellectuelle de la population québécoise et des dispensateurs de services

L’étude révèle que les jeunes ont des attitudes plus positives que leurs aînés envers les personnes ayant une déficience intellectuelle.

Voir l’article

Capable comme les autres : des dizaines de ressources gratuites pour le développement de l’autonomie

Réalisé en collaboration avec Jacques Langevin, professeur titulaire de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal et coresponsable du Groupe Défi Accessibilité (GDA), et son équipe, le projet Capable comme les autres permet principalement aux élèves ayant des incapacités intellectuelles de s’initier à certaines habiletés essentielles à l’autonomie, et ce, à l’âge approprié à chaque habileté (ex. : savoir payer une somme de […]

Voir l’article

La transition vers la vie adulte des jeunes qui présentent une déficience intellectuelle

Pour les jeunes atteints d’une déficience intellectuelle, la fréquentation d’une école spécialisée publique leur permet d’être stimulés sur le plan cognitif, sensoriel, social et physique. De plus, elle permet à leurs parents de continuer de travailler et de conserver une vie sociale active. Toutefois, peu d’études ont analysé les facteurs qui influent sur le vécu, […]

Voir l’article

Miser sur les capacités des élèves polyhandicapés

Ayant elle-même enseigné à des élèves polyhandicapés dans une classe spécialisée, Thania Corbeil, professeure au Département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Rimouski, a décidé de mener une recherche doctorale sur l’inclusion des élèves polyhandicapés.     Sa thèse, intitulée Relever le pari de l’éducabilité pour l’élève polyhandicapé : l’émergence d’un accompagnement, explore […]

Voir l’article