Quand la littérature jeunesse s’invite en adaptation scolaire

Lecture : 3 min.
Mis à jour le 01 Fév 2022

Travailler auprès des élèves ayant des incapacités intellectuelles importantes peut représenter un réel défi pour les enseignants. Enseigner avec la littérature jeunesse comme outil est de plus en plus populaire dans les classes ordinaires, mais on en parle peu dans les classes d’adaptation scolaire. 

Littérature jeunesse

Source de l’image: ShutterstockUne enseignante ayant 25 années d’expérience avec des élèves ayant des incapacités intellectuelles a sélectionné une de ses élèves se démarquant par son fort intérêt envers les livres. Elle a consacré des périodes d’intervention de 30 minutes par semaine avec celle-ci pour la lecture d’albums jeunesse choisis méticuleusement à l’avance afin de se pencher sur les bienfaits que pourrait avoir cette approche qui s’est effectivement avérée fructueuse.

La lecture mise de l’avant

Cette étude sort de l’ordinaire, parce que, souvent, le matériel ou les ateliers en lien avec la lecture se font rares dans les classes d’adaptation scolaire. Le fonctionnement à l’aide de pictogrammes est priorisé par rapport aux indications écrites. On note même une « […] quasi-absence du livre dans ces classes d’élèves ayant des incapacités intellectuelles sévères ou profondes » (Beaulieu et Moreau, 2018, p. 51).

En ce sens, il est intéressant de se questionner sur les ajouts possibles en ce qui concerne le matériel pédagogique en adaptation scolaire.

Les différents constats de l’étude

À la suite de l’expérience, il a été possible de remarquer une progression efficace de la part de cette élève par rapport à ce processus. En effet, sa capacité de comprendre les histoires tirées des albums était améliorée. Elle pouvait répondre adéquatement à des questions à l’aide de pictogrammes. Elle était également en mesure d’interpréter des textes lus par l’enseignante. De même, elle reconnaissait des lettres, des mots et des phrases, ce qui lui a permis d’enrichir son vocabulaire. Le plus impressionnant reste que cette élève était même capable de faire des liens entre les albums lus et des situations vécues à l’école.

Les bienfaits de la littérature jeunesse

Selon les auteurs de l’étude, l’album de littérature jeunesse vise, entre autres, à « promouvoir la lecture chez les jeunes […], à exploiter l’intertextualité et à accorder une place à l’interprétation, à la réaction et à l’utilisation du récit en sollicitant le jeune lecteur à réfléchir sur l’histoire et, ainsi, à formuler des inférences ou des hypothèses […] » (Beaulieu et Moreau, 2018, p. 53). Il offre aussi « un contexte propice à l’acquisition de nouveau vocabulaire » (idem, p. 53).

Les limites de cette approche

Bien que l’étude nous renseigne sur les bienfaits de cette approche, certains éléments sont importants à prendre en compte avant de s’aventurer dans ce processus. En effet, il est essentiel de bien connaître ses élèves afin de déterminer s’ils démontrent un intérêt pour la littérature. Ces derniers doivent aussi présenter un niveau d’incapacité intellectuelle qui leur permet de s’investir et de faire bonne figure dans cette stratégie. Aussi, avant de recourir à cette méthode, il faut être conscient que, pour obtenir des résultats concluants, une approche personnalisée avec l’élève est nécessaire. Les périodes d’intervention se révèlent plus efficaces lorsqu’elles sont réalisées avec un seul élève. Ce processus demande beaucoup de temps de préparation pour l’enseignante afin de trouver les livres adéquats. Ce faisant, il faut cibler ceux dont les images sont en lien avec le texte et qui permettent de travailler spécifiquement ce que l’on cible.

En conclusion, la littérature jeunesse est un outil pédagogique émergent dans le domaine de l’éducation. Ainsi, il est intéressant de voir les effets positifs que celui-ci peut avoir dans les classes, notamment en adaptation scolaire. Les résultats de l’étude s’avèrent assez concluants, et il existe une multitude d’avenues pouvant être exploitées avec cette approche. Il est avantageux pour les enseignants de s’en servir.

Référence

Beaulieu, J. et Moreau, A. C. (2018). Enseignement avec l’album jeunesse auprès d’un élève ayant des incapacités intellectuelles. Revue francophone de la déficience intellectuelle, 28, 50-60. doi.org/10.7202/1051098ar

Articles similaires

Est-ce que la littératie a évolué avec l’arrivée des technologies numériques?

Quel est le lien entre les activités sur le Web des préadolescents et la construction de leur littératie? Dans cet article, l’équipe de chercheurs élabore une nouvelle définition de la littératie qui va beaucoup plus loin que la capacité à lire des textes imprimés.

Voir l’article

Détecter les enfants à risque en lecture dès l’âge de 3 ans

Selon une recherche menée auprès de 112 enfants de 3 à 14 ans, il serait possible de détecter les enfants à risque de présenter des difficultés sur le plan de la littératie bien avant l’enseignement formel de la lecture, et ce, en analysant leurs capacités de discrimination auditive.

Voir l’article

Les fonctions exécutives et l’apprentissage de l’écrit : synthèse des connaissances

Plusieurs facteurs contribuent à préparer l’enfant à l’apprentissage de la lecture. Certaines habiletés cognitives, nommées fonctions exécutives, se développent très tôt chez le jeune et lui serviront lors de son entrée dans le monde de l’écrit. C’est le cas de l’attention et de la motricité fine.

Voir l’article

Alphabétisation : qu’entend-on par faibles compétences en littératie?

Les adultes qui se classent au niveau 1 en littératie auraient de la difficulté à repérer une information donnée à l’intérieur d’un texte lorsque celui-ci comporte des éléments de distraction, ou encore lorsque certaines informations doivent être déduites, comparées ou mises en opposition.

Voir l’article

Commentaires et évaluations

Contribuez à l’appréciation collective

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *