Les communautés d’apprentissage professionnelles au service de l’évaluation

Lecture : 3 min.
Mis à jour le 12 Avr 2022

L’esprit de la réforme des années 2000 était d’abord et avant tout d’assurer la réussite pour tous. La démocratisation des milieux d’enseignement a eu comme conséquence d’augmenter les défis auxquels sont quotidiennement confrontés les enseignant.e.s. Le modèle de développement de compétences imposé à ceux-ci les a obligés à revoir non seulement leurs pratiques, mais aussi à s’adapter aux nouvelles stratégies et aux nouvelles méthodes d’évaluation (Houfort et Sauvé, 2010).

Source de l’image: Shutterstock

Ces changements ont malheureusement provoqué chez les professionnels une diminution du sentiment de leur compétence dans leurs pratiques évaluatives. Plus que jamais, ils ont besoin de se tourner vers leurs collègues afin de trouver des idées ou des pistes de solutions (Leclerc et Labelle, 2013).

Les communautés d’apprentissage professionnelles (CAP), la solution?

Une recherche menée par Fontaine, Savoie-Zajc et Cadieux (2013) a démontré que les CAP peuvent avoir une influence positive sur l’augmentation du sentiment de compétence en pratique évaluative chez les enseignant.e.s. À l’automne 2011, trois communautés d’apprentissage ont été créées afin de répondre au besoin de formation d’enseignant.e.s en évaluation des apprentissages. L’objectif principal de cette recherche était d’évaluer l’impact des CAP sur le développement de la compétence en évaluation. Plus précisément, les acteurs de cette recherche-formation souhaitaient :

  1. consolider la compétence en évaluation des apprentissages chez les enseignant.e.s;
  2. les soutenir dans l’ajustement de leurs pratiques;
  3. provoquer une dynamique de coformation entre les participants.

L’effet CAP

Il ressort de cette recherche-formation que les trois groupes ont augmenté leurs connaissances dans différentes sphères entourant l’évaluation des apprentissages.

  • Les fondements de l’évaluation.
    • Les participants affirment qu’à la base leurs connaissances étaient davantage orientées vers les aspects pratiques de l’évaluation.
    • Les participants sont en mesure d’établir plus de liens entre la théorie et la pratique, donc de donner plus de sens à leurs actions.
  • Les instruments d’évaluation.
    • Les participants ont découvert une plus grande variété d’outils possibles.
  • La démarche de l’évaluation.
    • Les participants ont appris à diversifier leur manière de faire et à trouver de nouvelles stratégies efficaces selon les contextes.

Les forces des CAP

Ces CAP ont, la plupart du temps, un but et des objectifs communs, elles partagent des valeurs semblables, elles tendent à développer un sentiment de confiance chez les participants, elles misent sur le développement du sentiment d’appartenance et de sécurité à l’intérieur du groupe. Autant d’aspects qui, inévitablement, aident les membres à se sentir moins seuls avec leurs difficultés. Ce lieu d’échanges et de partages démontre que plusieurs vivent des situations semblables et qu’il existe des solutions (Fontaine et al., 2013; Leclerc, 2012).

Quoi d’autre?

Comme le démontre le graphique suivant, d’autres apprentissages, de nature cognitive, affective et idéologique, ont été réalisés.

  • Apprentissages cognitifs : les participants se sentent plus compétents sur le « comment » évaluer.
  • Apprentissages idéologiques : les participants comprennent mieux les différentes politiques et les documents ministériels.
  • Apprentissages affectifs : les participants ont vu les CAP comme une occasion de partages et de réflexions.

« Les échanges avec les collègues ont été très appréciés et très productifs. Il est toujours intéressant de sortir de son monde et de confronter ses problèmes à ceux des autres. » (Participant CAP 3).

Briser l’isolement

Plusieurs enseignant.e.s se sentent seuls, démunis et sans solution devant les défis auxquels ils sont quotidiennement confrontés. Pour aider à briser le sentiment d’isolement vécu chez les enseignant.e.s, certains milieux canadiens ont décidé de revoir leur organisation afin de créer des groupes de partage. C’est en 2011 que le Québec a mis en place des communautés d’échanges et de réflexions où le savoir et l’expertise de chacun sont mis à contribution afin d’améliorer les pratiques éducatives (Leclerc et Labelle, 2013).

En conclusion

Au-delà de la compétence en évaluation, les participants affirment avoir grandement apprécié ces réseaux d’échanges et de partages. Ils ont vu ces moments comme une opportunité de prendre un temps d’arrêt et un pas de recul sur leurs pratiques. Les CAP leur ont permis de réfléchir, d’expérimenter et de faire des suivis afin de revoir et d’améliorer leurs pratiques. Ils ont en quelque sorte renoué avec leur confiance professionnelle et ont brisé leur isolement.

Références

Fontaine, S., Savoie-Zajc, L. et Cadieux, A. (2013). L’impact des CAP sur le développement de la compétence des enseignants en évaluation des apprentissages. Éducation et francophonie, 41(2), 10-34. https://doi.org/10.7202/1021025ar

Houlfort, N. et Sauvé, F. (2010). Santé psychologique des enseignants de la Fédération autonome de l’enseignement. École nationale d’administration publique.  https://depot.erudit.org/id/003212dd

Leclerc, M. (2012). Communauté d’apprentissage professionnelle : guide à l’intention des leaders scolaires. Presses de l’Université du Québec.

Leclerc, M. et Labelle, J. (2013). Au cœur de la réussite scolaire : communauté d’apprentissage professionnelle et autres types de communautés. Éducation et francophonie, 49(2), 3-15.  https://doi.org/10.7202/1021024ar

 

Articles similaires

La voie de la réussite, la voix des étudiants

Les attitudes et les comportements scolaires sur lesquels s’appuient ces deux grands concepts sont nommés par les étudiants eux-mêmes.

Voir l’article

La violence à l’école : pistes pour offrir une formation continue de qualité

À cet égard, les activités de formation continue qui prévoient l’accompagnement nécessaire au transfert dans la pratique et des rétroactions fréquentes avec le formateur obtiennent de meilleurs résultats

Voir l’article

Utilisons-nous seulement 10 % de notre cerveau?

Cet article aborde un mythe selon lequel les humains n’utiliseraient pas le plein potentiel de leur cerveau.

Voir l’article

Commentaires et évaluations

Contribuez à l’appréciation collective

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *