La rétroaction autrement

Lecture : 2 min.
Mis à jour le 15 Août 2016

Habituellement, lorsqu’on parle de rétroaction, on imagine les commentaires qu’adresse un enseignant à ses élèves. Aujourd’hui, inspiré par les articles de Dylan William et Shaun Killian, le RIRE vous propose d’explorer une forme de rétroaction des élèves à l’enseignant utile pour confirmer la compréhension globale d’un groupe d’élèves.

retroaction

L’habitude la plus courante est de poser instinctivement une question à l’ensemble du groupe et de donner la parole aux élèves ayant levé la main. William voit deux problèmes à cette procédure :

  • Cette méthode se base sur des volontaires, seuls les élèves ayant confiance en eux (ou en leur réponse) vont se risquer à lever la main, et eux seuls bénéficieront de la chance d’apprendre un peu plus ou de faire corriger leurs erreurs.
  • Les enseignants planifient rarement leur question. Dans le feu de l’action, il est facile d’orienter involontairement les apprenants vers la bonne réponse rendant inutile l’exercice.

Pour éviter cette situation, les enseignants sont encouragés à préparer les questions adressées au groupe. William encourage particulièrement les questions de deuxième niveau où l’apprenant doit déterminer, par exemple, entre deux problèmes mathématiques, lequel est le plus compliqué et pourquoi. Ou proposer aux élèves un énoncé à valider ou infirmer et justifier pourquoi. Cela donne plus de richesse à la réflexion de l’apprenant tout en donnant des rétroactions à l’enseignant.

Quels outils employer?

Procéder grâce au hasard

Pour s’assurer de la sélection au hasard, William suggère d’utiliser un sélecteur sur le tableau interactif de la classe (ou des jetons ou des bâtonnets avec le nom ou le numéro de l’élève).

Si on choisit de procéder au hasard, il est important de laisser un moment aux élèves pour formuler leurs réponses avant de sélectionner la personne qui aura à répondre. Cette pause permet de s’assurer que même ceux n’énonçant pas de réponse auront eu un moment de réflexion pour structurer leurs idées.

Prendre le pouls de toute la classe

Il existe des stratégies pour voir en un clin d’œil si l’ensemble de la classe a compris un concept. Killian et William nous suggèrent les suivantes :

  • Utiliser le pouce en l’air et le pouce retourné pour signifier l’approbation ou le désaccord.
  • Utiliser des choix de réponses pouvant s’illustrer à l’aide des doigts de la main (choix #1, #2, #3…).
  • Utiliser des cartons signifiant oui ou non; vrai ou faux…
  • Équiper les élèves de mini-tableaux blancs effaçables à montrer à l’enseignant au moment du dévoilement de la réponse.
  • Utiliser des « manettes interactives » pour compiler les choix des élèves.

[Consultez l’article]

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License Paul Hart

Références

Wiliam, D. (2014). The Right Questions, The Right Way. Educational Leadership, 71(6), 16–19.

Killian, S. (2016). Checking for Understanding Without Creating Mountains of Marking.

Articles similaires

Wikipédia : le type de contribution comme gage de qualité

Le style de collaboration à la rédaction d’articles sur Wikipédia a un effet direct sur la qualité de ceux-ci.

Voir l’article

Wikipédia dans la classe

L’encyclopédie libre Wikipédia fait partie des outils pouvant avoir une visée pédagogique.

Voir l’article

La voie de la réussite, la voix des étudiants

Les attitudes et les comportements scolaires sur lesquels s’appuient ces deux grands concepts sont nommés par les étudiants eux-mêmes.

Voir l’article

Commentaires et évaluations

Contribuez à l’appréciation collective

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *