Comprendre l’anxiété des enfants

Lecture : 3 min.
Mis à jour le 01 Fév 2022

L’enfance est une étape importante qui jette les bases du développement de l’individu. C’est un moment crucial, car les enfants se développent alors socialement et cognitivement. À cette étape, ils peuvent toutefois vivre diverses situations qui génèrent l’anxiété chez eux. Il faut être capable d’en reconnaître les signes pour pouvoir aider l’enfant afin qu’il puisse s’épanouir dans son enfance.

Anxiété

Source de l’image: Shutterstock

Cet article est une vulgarisation de l’article suivant: Leduc, J. (2019). L’anxiété chez les tout-petits. Naître et grandir. https://naitreetgrandir.com/fr/dossier/l-anxiete-chez-les-tout-petits/

Les causes de l’anxiété

Le tempérament est l’une des premières causes de l’anxiété chez les enfants (Leduc, 2019). Un enfant timide vivra plus d’anxiété qu’un enfant extraverti. La génétique joue aussi un rôle prédominant dans l’anxiété des jeunes. Souvent, un enfant anxieux aura un parent qui vit, lui aussi, de l’anxiété. De plus, un événement qui entraîne un changement notable dans la vie d’un enfant peut générer de l’anxiété. Ces événements découlent souvent d’une situation spéciale que vivent les parents. Il peut s’agir d’une séparation, d’un déménagement ou de l’arrivée d’un nouveau-né. Le parent vivant une situation anxiogène peut transmettre son anxiété à son enfant.

De ce fait, la pression liée à l’horaire de la famille peut jouer un rôle important dans le sentiment de sécurité. Le fait de passer du temps de qualité avec ses parents et d’avoir des règles claires et cohérentes prend un rôle primordial pour que l’enfant soit bien, qu’il ne vive pas de situations d’anxiété. Par ailleurs, si celui-ci affronte des exigences de performance trop élevées, il se refermera sur lui-même et subira de l’anxiété (Leduc, 2019).

Comment reconnaître les signes d’anxiété

L’anxiété chez les enfants se manifeste par des comportements. En effet, certains enfants peuvent avoir mal au ventre, démontrer de l’agressivité, ils sont parfois agités, font des crises de colère, crient, s’opposent, pleurent ou se montrent irritables. Plusieurs signes peuvent se manifester simultanément. Toutefois, il est important de ne pas confondre anxiété et hyperactivité, puisque les enfants anxieux peuvent être plus agités. Par conséquent, l’enfant de nature timide démontre sous un autre extrême des signes d’anxiété. Le manque de réaction est l’un des signes dominants chez les enfants timides. Ceux-ci peuvent ne pas parler, ne plus bouger, se refermer sur eux-mêmes, avoir des maux de tête, de ventre et ne pas dormir la nuit (Leduc, 2019).

Comment aider les enfants anxieux

Il est possible d’aider son enfant à être moins anxieux pour ainsi éviter que ses peurs s’amplifient. Une attitude calme, rassurante, prévisible et chaleureuse est la meilleure stratégie qui soit pour offrir un sentiment de sécurité et diminuer l’anxiété. Il existe également d’autres méthodes comme:

  • offrir des objets significatifs de transition pour que le changement soit plus facile pour l’enfant;
  • établir une routine;
  • l’aider à exprimer ses émotions par des mots.

Il y a également l’exposition graduelle à ses peurs tout en respectant son rythme, des exercices pour contrôler sa respiration et se calmer. Les parents pourraient aussi alléger leur horaire pour passer plus de temps de qualité avec leur enfant et le faire bouger; enfin, toujours féliciter ses exploits, aussi petits soient-ils, s’avère bénéfique (Leduc, 2019).

Conclusion

Il est normal qu’un enfant ressente parfois de l’anxiété. Celle-ci se manifeste dans son comportement, étant donné qu’il peut manquer de mots pour dire ce qu’il ressent. Par contre, il faut éviter de surprotéger  l’enfant et l’encourager à prendre des risques, à essayer de nouvelles choses et à ne pas avoir peur afin d’éviter de lui transmettre une anxiété qui ne lui appartient pas (Leduc, 2019). Il est recommandé d’accepter de vivre et de faire vivre à l’enfant des situations qui peuvent générer de l’anxiété; en d’autres mots, le laisser voler de ses propres ailes.

Il importe que l’enfant vive ses émotions, mais le parent doit être présent pour l’aider à les éprouver de façon positive et à apprivoiser ses peurs. Bref, la résilience est la clé pour apprendre à vivre avec l’anxiété (Leduc, 2019).

Référence

Cet article est une vulgarisation de l’article suivant: Leduc, J. (2019). L’anxiété chez les tout-petits. Naître et grandir. https://naitreetgrandir.com/fr/dossier/l-anxiete-chez-les-tout-petits/

Sur un même thème:

 Les parents transmettent-ils leur anxiété des mathématiques à leurs enfants d’âge préscolaire?

Le stress et l’anxiété des enfants à l’école

Cet article est le premier d’une série d’articles rédigés par des étudiant.e.s au Baccalauréat d’éducation au préscolaire et d’enseignement au primaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Ces articles sont l’objet d’un projet pilote collaboratif visant à partager des préoccupations et intérêts des futur.e.s enseignant.e.s.

Articles similaires

L’élève anxieux

Selon une nouvelle étude de l’Université d’Arizona, les parents dont les enfants souffrent d’anxiété tombent souvent dans le piège de la protection, ce qui influence les comportements de leur enfant. En effet, les chercheurs ont étudié le sujet auprès de 70 enfants, âgés entre 6 et 16 ans, traités pour leur anxiété dans le cadre […]

Voir l’article

Comment intervenir auprès des enfants et des adolescents présentant de l’anxiété?

Seulement 2% des enfants qui présentent des niveaux d’anxiété élevés reçoivent une aide professionnelle spécialisée. C’est pourquoi les efforts déployés pour réduire l’anxiété chez les jeunes devraient avant tout passer par des actions de prévention.

Voir l’article

Leçons de pleine conscience à l’école : l’apport de la présence attentive en milieu scolaire

Cet article présente les résultats d’une étude qui s’attarde sur les bienfaits de la pleine conscience en milieu scolaire.

Voir l’article

La pleine conscience pour prévenir l’anxiété à l’école

La pleine conscience fait référence à l’idée de porter une pleine attention aux expériences et aux évènements du moment présent dans une attitude de non-jugement et d’acceptation.

Voir l’article

Commentaires et évaluations

Contribuez à l’appréciation collective

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *