Agir comme passeur culturel en classe pour donner du sens aux apprentissages

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Par Anne Nadeau, Ph. D.

Stagiaire postdoctorale, Université de Sherbrooke

Quand on leur demande s’ils se considèrent comme des passeurs culturels, la majorité des enseignants répondent que c’est au cœur de leur mission (Nadeau, 2020). Toutefois, leur vision de ce que cela représente concrètement est souvent floue et plusieurs ont l’impression que cette tâche n’est pas possible dans tous les milieux. Pourtant, intégrer la culture à son enseignement, c’est une question d’approche qui ne nécessite pas nécessairement de multiplier les activités et les sorties. Voici quelques clés pour comprendre de quoi il s’agit réellement.

Source de l’image: ShutterStock

Passeur culturel – une définition

L’expression originale vient du pédagogue français Jean-Michel Zakhartchouk (1999; 2006) et a grandement inspiré les rédacteurs des programmes de formation de l’école québécoise au début des années 2000. Dans le référentiel des compétences des futurs enseignants, on définit le passeur culturel comme celui qui doit « créer, par la médiation des objets culturels, un rapport avec [les élèves] pour qu’un nouveau rapport au monde advienne et que se forment des êtres cultivés » (Gouvernement du Québec, 2001, p. 37). L’enseignant change alors de posture : il n’est plus dans une dynamique de transmission, mais plutôt dans une relation d’échange. Le maître devient guide, il met les élèves en contact avec les savoirs et avec différentes visions du monde, non seulement celles de penseurs, de scientifiques et de créateurs, mais aussi celles des élèves et la sienne. Il doit chercher à ancrer les nouveaux apprentissages et à les lier, puisque « Restaurer la continuité entre les savoirs, c’est aider les élèves à les intégrer » (Simard, 2005, p. 64).

En bref, l’enseignant passeur culturel est un enseignant qui « favorise le dialogue dans sa classe et entretient un lien dynamique avec la culture dans toutes ses dimensions, permettant ainsi aux élèves de faire des découvertes, de développer un regard critique et de faire des apprentissages significatifs, puisque culturellement ancrés » (Nadeau, 2020, p. 63).

Comment y arriver?

Agir comme passeur culturel, c’est mettre en œuvre une approche culturelle de son enseignement en créant des situations d’apprentissage qui permettent de développer la relation des élèves avec la culture. Une approche associée à l’apprentissage par compétences qui vise la construction de savoirs par l’élève grâce à des expériences d’apprentissage variées et significatives. Une telle posture demande de l’écoute et de la créativité, pour exploiter l’univers connu des élèves et les amener plus loin, vers un répertoire plus exigeant.

Selon Zakhartchouk (2006) : « Être un passeur culturel ne s’improvise pas. Il ne suffit pas d’être soi-même cultivé, amoureux de culture ni de compter sur son charisme ou sa bonne volonté » (p. 201). Il faut user de pédagogie et adopter des attitudes favorables : ouverture d’esprit, respect, souplesse, etc. Il n’est pas nécessaire d’être un expert en tout, mais il faut être soi-même curieux pour accompagner les élèves d’une découverte à l’autre et demeurer responsable de la qualité des connaissances partagées.

Conclusion

Certaines stratégies d’enseignement sont plus facilement compatibles avec l’approche culturelle, comme la pédagogie par projets ou l’approche expérientielle, mais les méthodes plus traditionnelles permettent aussi d’agir comme passeur culturel. Pour commencer, il s’agit de saisir les occasions (actualités, offre de collaboration, sortie culturelle, etc.) et faire des liens avec des savoirs prescrits et les expériences des élèves pour inscrire les apprentissages de façon durable. La suite dépend de la saveur que souhaite y mettre chaque enseignant!

Références

Gouvernement du Québec, ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. (2001). La formation à l’enseignement. Les orientations. Les compétences professionnelles. Québec. http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/reseau/formation_titularisation/formation_enseignement_orientations_EN.pdf

Nadeau, A. (2020). Conceptions d’enseignants du primaire sur leur rôle de passeur culturel : effets de dispositifs d’intégration de la dimension culturelle à l’école québécoise [thèse de doctorat, Université du Québec à Montréal]. https://archipel.uqam.ca/13363/

Simard, D. (2005). Comment penser aujourd’hui la nature et le rôle de l’école à l’égard de la formation culturelle des élèves. Dans D. Simard et M. Mellouki (dir.), L’enseignement. Profession intellectuelle (p. 49-74). Presses de l’Université Laval.

Zakhartchouk, J.-M. (1999). L’enseignant, un passeur culturel. ESF Éditeur.

Zakhartchouk, J.-M. (2006). Transmettre vraiment une culture à tous les élèves : réflexion et exemples pratiques. Centre régional de documentation pédagogique d’Amiens.

Liens pertinents sur le sujet 

Source de l’image: ShutterStock

Dernière modification : 24 novembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)