Comment dépister les enfants susceptibles de présenter des problèmes de comportement importants dès la maternelle

Nous le savons tous, le dépistage précoce des enfants éprouvant des difficultés de comportement majeures est la pierre angulaire de l’intervention proprement dite. Il y a plusieurs façons d’aiguiser notre acuité à l’entrée des enfants dans le monde préscolaire. Toutefois, un cheminement précis, graduel et évolutif prévaut sur bien d’autres indications.

Source de l’image: Shutterstock

Par où commencer?

D’emblée, dans la mesure où le système est cohérent et efficace, une communication entre les services de garde du bassin répondant et l’école constitue la prémisse du processus. Ainsi, l’équipe-école peut obtenir, avant même le début de l’année, des rapports disciplinaires, des grilles d’observations ou des guides d’apprentissages témoignant de l’historique infantile (historique de garde, expulsion, stabilité, etc.) de leurs futurs élèves (Royer, 2019).

Puisqu’elles portent une attention particulière afin d’éviter l’étiquetage des enfants, ces communications entre services de garde et établissements scolaires peuvent favoriser la mise en place de protocoles d’accueil des enfants démontrant des comportements agressifs importants (Tremblay, 2008). De plus, cela fait en sorte que le personnel enseignant saura, dès lors, évaluer, valider ou invalider plus rapidement les incompétences sociales des enfants qui fréquentent leur classe.

Et puis après…

Dès la première semaine, après avoir ciblé les enfants aux comportements problématiques, il est judicieux de mettre en place des situations de jeux permettant d’observer objectivement les compétences sociales des élèves de la classe. Ainsi, dans un contexte réel de confrontation ou de compromis en petit groupe, les enfants n’ayant pas appris ou consolidé un échantillonnage de comportements prosociaux dans leur schème relationnel auront tôt fait de se manifester (Tremblay, 2008).

Il demeure important de mentionner que les situations de jeux doivent être brèves, encadrées et propices à l’adoption de comportements positifs. Il faut laisser la place à l’enfant pour qu’il puisse faire preuve d’initiative dans le choix de son comportement et non l’inciter à réagir négativement ou provoquer une situation inconfortable chez celui qui éprouve des difficultés comportementales (Royer, 2019).

Ces situations de jeux, en plus de servir de terrain d’observation, doivent être utilisées comme espace de transmission des savoirs-être où l’enfant intègre d’autres types de comportements et utilise des méthodes de résolution de conflits positives.

Le groupe d’élèves un système qui s’autorégule

Au-delà de la grille d’observation, il faut voir le groupe d’élèves comme un système qui s’autorégule et qui est en constant mouvement. Le personnel enseignant au préscolaire doit faire preuve de cette acuité dans ses interventions : jouer avec son système, intervenir auprès d’un acteur, regarder la réaction de l’autre, moduler l’interaction et observer. C’est à l’intérieur de ces situations de jeux que le dépistage des comportements problématiques s’effectue de façon efficiente (Royer, 2019).

Il va de soi que la colère d’un enfant n’ayant acquis aucune tolérance aux frustrations aura tôt fait d’exploser dans une situation où il doit partager un objectif commun avec un pair. Certes, la subtilité dans la manifestation des comportements agressifs demeure plutôt rare. Il s’avère d’autant plus important d’être prudent dans les mises en contexte des activités de groupe et de rester cohérent avec son objectif, c’est-à-dire, d’une part, de dépister des comportements problématiques et, d’autre part, de transmettre de bons comportements favorisant le respect des pairs et d’autrui.

Diriger son attention vers…

La grille de notes en main, les instruments de mesure prédéterminés, les situations de jeux pertinentes établies, l’idée est de reconnaître l’écologie de ces comportements. Il est nécessaire de mettre en relief les évènements déclencheurs qui prédisent ou maintiennent le comportement reprochable. De cette façon, il sera beaucoup plus facile de proposer d’autres comportements et d’obtenir une compréhension juste du phénomène déclencheur.

Pour saisir précisément l’importance de la conduite agressive, il faut, d’entrée de jeu, mettre le doigt sur l’intention derrière cette conduite et surtout en déceler la fréquence. Lorsque la fréquence de comportements agressifs est garante d’un trouble sérieux, voire chronique, c’est cette dernière qui impose un protocole d’intervention à court, moyen et long terme. Cette donnée sera principalement prise en compte dans les observations.

Conclusion

Ces exercices de dépistage se font dès les premières semaines de classe, permettant ainsi d’adapter spécifiquement les interventions aux besoins de chacun des enfants éprouvant des difficultés. On ne le répétera jamais assez : le dépistage des conduites agressives et la prévention proactive en bas âge demeurent les clefs du succès personnel et professionnel chez tous les enfants.

Texte rédigée par :

Mélanie Gauthier, doctorante en Psychopédagogie, Université Laval

 

Références et Outils

Royer, É. (2019). Petite encyclopédie de l’enseignant efficace : les problèmes émotifs et comportementaux à l’école. Corporation École et comportement.

Potvin, P., Nicole, M.-C., Picher, M.-J. et Roy, A. (2017). Agir dès les premiers signes : Répertoire de pratiques pour prévenir les difficultés de comportement au préscolaire et au primaire. CTREQ. Agir dès les premiers signes

Tremblay, R.E. (2008). Prévenir la violence dès la petite enfance. Édition Odile Jacob.

 

Pour en savoir plus

Agression physique chez les tout-petits: la faute des retards de langages?

L’importance du dépistage précoce des élèves à risque de développer des difficultés d’apprentissage 

Les comportements perturbateurs à l’école: mieux les connaître pour mieux intervenir

Procédure de dépistage précoce des troubles émergents du comportement au préscolaire

Autres Références

Saint-Jacques, M.C., Turcotte, D., et St-Amand, A. (2008) Évolution des problèmes de comportement des enfants en milieu de garde suite à la participation à un programme d’intervention préventive. Centre de recherche sur l’adaptation des jeunes et des familles à risque, Université Laval. Revue canadienne de santé mentale communautaire Vol. 27 NO 1.

Royer É. (2006). Le chuchotement de galilée : permettre aux jeunes difficiles de réussir à l’école. Corporation École et comportement.

Royer É (2005). Comme un caméléon sur une jupe écossaise, ou, comment enseigner à des jeunes difficiles sans s’épuiser. Corporation École et comportement É.R.

Coutu, S., Tardif, G. et Pelletier, D. (2004). Les problèmes de comportement chez les enfants d’âge préscolaire : quelques pistes pour l’évaluation, la prévention et l’intervention, dans N. Royer (dir.). Le monde du préscolaire. Gaëtan Morin Éditeur.

Pierrehumbert, B. (2002). Quality of chil care in the preschool years : A comparison of the influence of home care and day care characteristics on child outcome. International Journal of Behavioral Development. 26(5). 385-396.

Létourneau, J. (1995). Prévenir les troubles du comportement à l’école primaire. Québec : Corporation École et Comportement. 60 pages.

Lewis, T. J., J. Heflin et S. A. Digangi (1996). Les troubles du comportement : des réponses à vos questions (adapté par É. Royer, traduit par l.Tremblay). Corporation École et Comportement.

 

Dernière modification : 1 septembre 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)