Les premiers apprentissages en lecture : écran ou livre papier ?

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

La lecture est une activité qui se transforme, avec la popularité grandissante des livres électroniques. En matière de littérature pour enfants, de nombreuses applications ont vu le jour, comportant des caractéristiques variées : livres d’images, livres électroniques accompagnés d’un conteur virtuel, livres ponctuées de jeux vidéo, etc. Des chercheurs ont donc tenté d’analyser l’ensemble des données à ce sujet pour déterminer les effets du format électronique des livres lors des premiers apprentissages en lecture, comparativement à la lecture d’un livre papier. Leurs résultats indiquent que le format électronique comporte des avantages et des inconvénients pour l’éveil à la lecture.

Source de l’image : ShutterStock

Une démarche centrée sur les premiers apprentissages

La littérature scientifique dispose de données quant aux impacts du format du livre (papier ou électronique) pour les lecteurs plus avancés et même chez les adultes. Aussi, des données contradictoires semblent avoir été publiées concernant les premiers apprentissages en lecture avec les livres électroniques. Les chercheuses May Irene Furenes, Nathalia Kucirkova et Adriana Bus ont donc effectué une méta-analyse réunissant 30 études et se sont concentrées sur les effets du format de lecture sur la compréhension de l’histoire lue et sur l’apprentissage de nouveau vocabulaire chez les enfants âgés d’un à huit ans.

Les avantages des supports électroniques

Les livres électroniques sont de plus en plus disponibles pour un public d’âge varié et comportent différents types de contenus additionnels, comme des dictionnaires intégrés ou une narration. Aussi, comme cela a été expérimenté en 2020, le format électronique permet de construire un environnement d’apprentissage à la maison et de fournir du matériel à vocation pédagogique rapidement et à distance.

Les livres électroniques peuvent aussi être bonifiés par plusieurs compléments. Par exemple, des animations des images qui suivent le cours de l’histoire peuvent fournir aux enfants en éveil à la lecture un soutien à la compréhension de nouveaux mots. En outre, la plupart des livres électroniques incluent une narration qui « lit » l’histoire à l’enfant, ce qui rend superflue l’interaction directe avec un adulte, bien que la qualité de l’interaction ne soit pas la même. Enfin, des dictionnaires ou des glossaires figurent parmi les ajouts les plus fréquents aux livres électroniques, qu’ils soient dynamiques ou statiques.

Ces bonifications du livre électronique contribuent-elles à faire de ce mode de lecture un moyen efficace pour l’apprentissage de la lecture chez les jeunes enfants ?

Des effets inégaux

La méta-analyse montre que tous les livres électroniques ne s’équivalent pas au chapitre des effets sur l’apprentissage du vocabulaire ou sur la compréhension de lecture. En fait, ce sont les caractéristiques additionnelles du livre électronique qui font une différence.

Il apparaît que lorsqu’un livre électronique est uniquement accompagné d’une narration et d’un indicateur visuel de la progression de la narration, le livre papier produit de meilleurs effets observés chez les enfants.

De plus, lorsque les enfants interagissent avec les parents au cours de la lecture d’un livre électronique, les conversations sont dominées par le support électronique (tablette, téléphone, etc.) et sur le comportement plutôt que sur l’histoire. Dans les familles au statut socioéconomique faible, l’attention des enfants est davantage portée sur les éléments interactifs du livre électronique que sur l’histoire. Dans les deux cas, il en résulte une moins bonne compréhension de lecture avec les livres électroniques chez les enfants en bas âge.

Néanmoins, lorsque les composantes additionnelles aux livres électroniques concernent le contenu de l’histoire, les connaissances nécessaires pour la comprendre et qu’elles donnent des explications supplémentaires des événements, alors la compréhension de lecture devient beaucoup plus grande que dans le cas d’un livre en format papier.

Par ailleurs, en ce qui concerne l’apprentissage du vocabulaire, les livres électroniques ont de meilleurs impacts, particulièrement pour ceux qui comprennent un dictionnaire. Il est également possible de noter que les livres de type « documentaire » sont particulièrement utiles dans ce domaine, car l’enfant n’a pas à se concentrer à la fois sur l’histoire et sur le vocabulaire.

Conclusion

Les résultats présentés sont conformes à la théorie de la charge cognitive. En effet, lorsque les enfants manipulent le livre électronique, ils peuvent être tentés de chercher des éléments interactifs ressemblant à des jeux et porter une attention moindre à l’histoire. Donc, les livres électroniques n’ont pas tous les mêmes effets, car ils n’offrent pas tous les mêmes caractéristiques, composantes ou intentions.

Référence

Furenes, M.I., Kucirkova, N. et Bus, A. (2021). A Comparison of Children’s Reading on Paper Versus Screen: A Meta-Analysis. Review of Educational Research. Repéré à https://journals.sagepub.com/doi/10.3102/0034654321998074

Pour aller plus loin…

Source de l’image : ShutterStock

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)