Grandir pendant la pandémie

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Quelle attitude les enfants et les adolescents ont-ils vis-à-vis de l’école et de leur réussite éducative en cette période de pandémie? Une équipe du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (IUSMM) chapeautée par la professeure Julie Leclerc du Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) s’est penchée sur cette question dans une enquête populationnelle menée auprès d’élèves du primaire et du secondaire. Au colloque Bilan d’une rentrée scolaire en contexte de pandémie, cette équipe a présenté ses résultats préliminaires. Nous vous proposons d’explorer dans cet article quelques-uns des constats tirés des réponses des élèves participants au questionnaire en ligne utilisé dans le cadre de l’enquête de l’IUSMM.

Le colloque Bilan d’une rentrée scolaire en contexte de pandémie a été tenu le 24 novembre 2020 et organisé par la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais, en collaboration avec le Comité québécois pour les jeunes en difficulté de comportement (CQJDC), sous l’égide de la Commission canadienne de l’UNESCO.

Source de l’image : ShutterStock

Contexte changeant

La pandémie de COVID-19 a forcé la mise en place de mesures sanitaires et de restrictions, menant même à la fermeture temporaire des écoles primaires et secondaires et à l’apprentissage en ligne à temps complet ou partiel. Comme l’école est un lieu important de socialisation ainsi qu’un milieu de vie et d’apprentissage, des bouleversements importants se sont produits en ce qui concerne le fonctionnement psychosocial de ces enfants et des adolescents. L’équipe de recherche de l’IUSMM s’est intéressée aux effets de la fréquentation scolaire sur les attitudes de ces jeunes vis-à-vis de l’école et de leur réussite éducative. Étant donné que le contexte scolaire a été modifié entre le printemps et l’automne 2020, Leclerc et son équipe ont également étudié, dans le cadre de l’enquête, la question de la variation dans le temps de ces attitudes jusqu’à la fin de l’année scolaire 2020, ainsi qu’en fonction de la situation géographique des élèves participants.

La définition retenue par l’équipe de recherche de l’IUSMM concernant les attitudes des élèves envers l’école est la suivante : « tendances des élèves à évaluer l’école avec un certain degré de faveur ou de défaveur » (Bennacer, 2008). Ces attitudes auraient des effets sur le parcours, la motivation, la réussite et le décrochage scolaire.

Perspective des élèves

Dans le cadre de cette enquête populationnelle, des élèves du primaire et du secondaire âgés de 6 à 17 ans ont apporté plus de 440 réponses au questionnaire en ligne, qui ont été analysées lors des résultats partiels en août 2020.

Rappelons que les changements occasionnés par la pandémie dans la vie des enfants et des adolescents se sont déroulés dans un contexte où il était demandé à tout un chacun de s’adapter. Or, ce besoin d’adaptation constante, pour les élèves, a pu engendrer un stress plus important, tout comme une perte du sentiment de contrôle.

En analysant les réponses des élèves, soit celles obtenues entre les mois de juin et août 2020, l’équipe de l’IUSMM a pu déterminer que les élèves du primaire et du secondaire avaient « développé », avec la pandémie, une perception selon laquelle il serait moins important de réussir à l’école. De plus, ils auraient moins peur d’échouer qu’avant la pandémie. Les élèves du secondaire ont aussi affirmé qu’ils aimaient moins aller à l’école, qu’il était moins important d’y retourner et qu’ils avaient moins de difficultés d’apprentissage. À ce stade des analyses, il est difficile de savoir si cela perdurera dans le temps.

En matière de dynamiques familiales, un jeune sur cinq a mentionné qu’il y a davantage de discordes ou de mésententes familiales, et 43 % chez les adolescents. Cela est-il lié aux contacts familiaux plus fréquents et étroits ? Des analyses qui s’inscriraient dans la durée pourront mieux nous renseigner sur cet aspect. Quoi qu’il en soit, l’ensemble des enfants et adolescents interrogés ont affirmé avoir, de manière générale, une bonne dynamique familiale.

Leclerc souligne que cette situation exceptionnelle témoigne potentiellement d’un changement de paradigme, c’est-à-dire que des changements profonds vont probablement avoir lieu dans le rapport que les élèves du primaire et du secondaire auront à l’avenir vis-à-vis de l’école.

Conclusion

Il est important d’éviter de minimiser les impacts du fonctionnement psychosocial des enfants et adolescents et de savoir qu’il faudra potentiellement s’ajuster en fonction de la capacité des élèves du primaire et du secondaire à s’adapter, même lorsqu’il s’agira d’effectuer un certain « retour à la normale » ou à une « nouvelle normalité ».

Référence

Bennacer, H. (2008). Les attitudes des élèves envers l’école élémentaire et leur évaluation. European review of applied psychology, 58(2), 75-87.

Cette étude sur la vie en temps de pandémie est toujours en cours de réalisation. Vous souhaitez y participer? Répondez au questionnaire en ligne ici.

Pour consulter les autres articles de cette série :

 

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 17 décembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)