Les parents transmettent-ils leur anxiété des mathématiques à leurs enfants d’âge préscolaire?

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Les compétences en mathématiques développées au préscolaire et au primaire sont des indicateurs importants de la réussite scolaire. D’ailleurs, plusieurs études se sont intéressées au rôle des parents en tant que soutien premier à l’acquisition de compétences en mathématiques et de numératie. Toutefois, l’impact de certaines caractéristiques propres aux parents dans ce type d’initiation aux mathématiques est un aspect moins exploré par la littérature. L’étude réalisée par Alex Silver, Leanne Elliott et Melissa Libertus, de l’Université de Pittsburgh, souligne que l’anxiété des parents vis-à-vis des mathématiques influence la manière dont ils mesurent l’importance de cette matière, ce qui aurait des effets sur les compétences en numératie des enfants.

Source de l’image : ShutterStock

Les parents sous la loupe…

La recherche de Silver, Elliott et Libertus tend à démontrer la manière dont les parents perçoivent et comprennent les mathématiques, et dont cette perception ainsi que cette compréhension influenceraient le développement des compétences mathématiques des enfants d’âge préscolaire. Sont ainsi étudiées les croyances des parents en ce qui concerne l’importance (ou non) des mathématiques ainsi que l’anxiété que ces derniers peuvent ressentir face à cette matière. Les chercheurs ont mis au jour plusieurs mécanismes à l’œuvre en étudiant ces deux variables et ont élaboré une méthodologie visant à évaluer les croyances des parents et leur niveau d’anxiété, ainsi qu’à déterminer l’influence de ces deux variables sur le développement des habiletés mathématiques des 114 enfants d’âge préscolaires participant à l’étude.

Qu’est-ce que l’anxiété liée aux mathématiques?

L’anxiété liée aux mathématiques réfère au sentiment de tension et/ou d’inconfort ressenti lorsqu’un individu doit résoudre un problème mathématique ou doit travailler avec des chiffres (Richardson et Suinn, 1972). On rapporte qu’au moins 11 % des adultes auraient, à des degrés divers, une forme d’anxiété mathématique. Des études montrent d’ailleurs que les effets négatifs de cette forme d’anxiété chez les parents se feraient sentir dans les performances scolaires de leurs enfants au primaire (Maloney et al., 2015). Mais qu’en est-il des enfants d’âge préscolaire?

La perception des mathématiques

À la lumière des résultats obtenus, les chercheurs ont constaté que l’importance perçue des mathématiques chez les parents était l’indicateur le plus significatif pour un fort développement des compétences en mathématiques chez les enfants participants. Quant à l’anxiété des parents, elle n’était pas associée à de plus faibles résultats en mathématiques. Plutôt, l’anxiété modifierait la manière dont les croyances liées à l’importance de cette matière se concrétisent en actions (jeux, activités, etc.). Les parents avec un haut niveau d’anxiété lié aux mathématiques peuvent tout aussi bien reconnaître l’importance des mathématiques dans le cursus scolaire et pour la vie adulte. Cela les mènera à agir en fonction de leurs croyances et à faire avec leurs enfants des activités formelles ou informelles mobilisant des notions mathématiques, ce qui engendre des performances au-dessus de la moyenne pour ces enfants.

Transmettent-ils leur anxiété liée aux mathématiques ?

Il appert que l’anxiété liée aux mathématiques des parents n’a pas d’effet sur la performance des enfants d’âge préscolaire aux tests, contrairement à ce que d’autres études sur des enfants d’âge primaire montrent (Berkowitz et al., 2015; Maloney et al., 2015). En effet, pour les enfants de trois et quatre ans, les mathématiques ne sont pas centrées sur la résolution de problèmes ou de concepts complexes qui nécessitent des explications de la part des parents.

Conclusion

En somme, les parents qui ont à cœur l’apprentissage des mathématiques en raison de l’importance qu’ils accordent à cette matière (dans un cadre scolaire, personnel ou professionnel) auront tendance à créer un environnement d’apprentissage des mathématiques formel ou informel, ce qui a un impact positif sur le développement des habiletés en numératie des enfants d’âge préscolaire.

Références

  1. Berkowitz, M. W. Schaeffer, E. A. Maloney, L. Peterson, C. Gregor, S. C. Levine et S. L. Beilock (2015). Math at home adds up to achievement in school, Science, 350(6257), 196-198.
  2. A. Maloney, G. Ramirez, E.A. Gunderson, S. C. Levine, S. L. Beilock (2015). Intergenerational Effects of Parents’ Math Anxiety on Children’s Math Achievement and Anxiety, Psychological Science, 26(9), 1480-1488.
  3. C. Richardson, R. M. Suinn (1972). The Mathematics Anxiety Rating Scale: Psychometric data, Journal of Counseling Psychology, 19(6), 551-554.
  4. M. Silver, L. Elliott, M. E. Libertus (2020). When beliefs matter most: Examining children’s math achievement in the context of parental math anxiety, Journal of Experimental Child Psychology, 201, doi.org/10.1016/j.jecp.2020.104992

Pour aller plus loin…

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 24 novembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)