Familles immigrantes : de nouveaux rôles pour les services en petite enfance

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Par

Malaka Rached-d’Astous, M. Sc., Département de sociologie, Université de Montréal.

Depuis une vingtaine d’années, les acteurs impliqués auprès des familles immigrantes se préoccupent du niveau de développement des enfants lors de leur entrée à la maternelle (Battaglini, 2010; Battaglini et al., 2000). Or, les politiques de santé publique retiennent la pauvreté des familles natives comme principal facteur de risque de la maturité scolaire, laissant dans l’ombre les risques propres au parcours migratoire (DSP, 2012; Laurin et al., 2015). Une étude de cas réalisée à la Maison de l’enfance de Saint-Laurent (MDE) a documenté la perspective de 18 parents immigrants récents sur les situations défavorables au développement et sur les solutions à mettre en place (Rached-d’Astous, 2018).

Source de l’image : ShutterStock

Une approche globale et l’accès à un milieu de vie

Créée en tenant compte de la réalité des familles immigrantes, la MDE regroupe sous un même toit un centre de la petite enfance, un centre de pédiatrie sociale et un organisme communautaire pour les familles. Cette offre de services diversifiée vise la mise en place d’une approche globale afin de mieux répondre à l’ensemble des besoins des familles et de leurs enfants.

Fig. 1 – Organigramme de la Maison de l’enfance de Saint-Laurent

Un objectif prioritaire de la MDE consiste à briser l’isolement observé chez les familles immigrantes. Afin d’y parvenir, des ateliers de stimulation permettent aux parents d’échanger et de se rencontrer de manière informelle. Certains de ces ateliers sont ouverts à tous, d’autres s’adressent aux enfants ayant des besoins plus importants. Un programme de sorties en familles est offert le week-end, permettant la participation des pères. Des espaces conviviaux (cuisine, salle de détente) sont également mis à la disposition des familles.

Devenir parent et nouvel arrivant en même temps

Les parents rencontrés identifient deux principales sources de vulnérabilité pour le développement des enfants : l’isolement contextuel au changement de pays et leur propre stress face aux défis de l’immigration. Or, les situations d’isolement sont extrêmement variables, et les défis du parcours migratoire se présentent et se combinent de manière unique pour chaque famille. Les « risques » semblent difficiles à prédire sur la base du statut d’immigration ou du revenu des familles. Aussi, un temps pour la discussion apparaît essentiel afin de retracer les éléments marquants du parcours de chaque famille et les enjeux prioritaires au moment de la rencontre (Montgomery et Cognet, 2007).

Au cœur de l’expérience des familles : les relations humaines

La grande majorité des parents rencontrés insiste sur la qualité des interactions (où l’on fait preuve de patience, où l’on sourit) et sur les relations de confiance développées au fil de temps avec les intervenants de la MDE. Outre des services et des interventions, ils y trouvent un « milieu de vie » qui favorise les relations interfamiliales aussi bien qu’intrafamiliales. Selon les parents, le soutien des intervenants et le réseau de connaissances développé à la MDE ont joué un rôle essentiel pour le bien-être de la famille et pour leur propre processus de résilience.

De plus, une approche d’intervention coordonnée autour des familles contribuerait à créer, chez les parents, le sentiment d’être considérés avec dignité, en tant que personnes, au-delà des « problèmes ». Pour ces parents qui jouissaient d’un statut socioéconomique supérieur dans leur pays d’origine, la reconnaissance de leur parcours et de leur force marquerait significativement et positivement leur processus d’établissement au Québec.

Une occasion à ne pas manquer…

Il est important de mettre de l’avant les nouveaux rôles que les services en petite enfance sont amenés à jouer en contexte migratoire, notamment en matière d’accueil, d’inclusion sociale et de continuum de services (Le Gall et Fortin, 2014). Au-delà du renforcement des compétences et des attitudes parentales, les services et les interventions gagneraient à se recentrer sur la dimension relationnelle de l’expérience des familles. L’accès à des espaces de socialisation adaptés pour les jeunes enfants, gratuits et accueillants, apparaît comme une stratégie efficace afin de rejoindre les familles immigrantes nouvellement arrivées. Cette approche préventive ressort comme un puissant moyen d’atténuer l’isolement et, par la même occasion, de partager les informations et les expériences relatives aux besoins des enfants.

Malaka Rached-d’Astous, M. Sc.

Département de sociologie, Université de Montréal.

m.rached-dastous@umontreal.ca

Références

Battaglini, A. (2010). Répondre aux besoins et aux attentes des populations immigrantes : un enjeu grandissant. Dans A. Battaglini (dir.), Les services sociaux et de santé en contexte pluriethnique (p. 111-137). Saint-Martin,.

Battaglini, A., Gravel S., Boucheron, L. et Fournier, M. (2000). Les mères immigrantes : pareilles pas pareilles. Facteurs de vulnérabilité des mères immigrantes en période périnatale. Direction de la santé publique de Montréal-Centre.

Direction de santé publique. (2012). Enquête sur la maturité scolaire des enfants montréalais – Qu’en est-il des enfants issus de l’immigration? Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.

Laurin, I., Guay, D., Bigras, N., Fournier, M. (2015) Quel est l’effet de la fréquentation d’un service éducatif sur le développement de l’enfant à la maternelle selon le statut socioéconomique? Montréal : Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.

Le Gall, J. et Fortin, S. (2014). Les familles musulmanes et les professionnels de la santé périnatale à Montréal. Dans F. K. et G. Lafortune (dir.), L’intégration des familles d’origine immigrante (p. 65- 82). Presses de l’Université de Montréal.

Montgomery, C. et Cognet, M. (dir.). (2007). Éthique de l’altérité : la question de la culture dans le champ de la santé et des services sociaux. Presses de l’Université Laval.

Rached-d’Astous, M. (2018). L’influence du parcours migratoire et des réseaux de solidarité sur le développement des enfants : Une étude de cas à la Maison de l’enfance de Saint-Laurent [mémoire de maîtrise]. Université de Montréal.

Pour aller plus loin…

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 30 novembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)