Développement des savoirs à l’école, en classe et au-delà

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Les défis technologiques du XXIe siècle, présents et à venir, sont nombreux. Pour mieux les affronter, les élèves actuels pourraient être instruits de manière à valoriser le développement des savoirs (Knowledge Building) et à favoriser l’innovation. C’est notamment ce que le groupe de travail 13 de l’EduSummIT2019 a exploré dans leur document de travail. Ce sujet soulève plusieurs questions. Comment faire en sorte que l’enseignement s’aligne à ce besoin de société? Comment est-ce que l’enseignement peut favoriser des réflexions sur les technologies et l’innovation? Cet article présente une courte synthèse des points relevés par le groupe de travail.

Source de l’image : ShutterStock

Le développement des savoirs

La complexité du monde actuel et l’évolution technologique rapide transforment continuellement la manière dont les gens vivent, travaillent et apprennent. Les défis du XXIe siècle sont difficiles à prévoir, d’où l’importance de l’innovation. Elle est au centre de la résolution de problèmes complexes, dont les solutions sont encore inconnues. Selon ces considérations, les institutions d’enseignement seraient des lieux importants pour préparer la jeune génération actuelle à mieux appréhender cette complexité et ce besoin constant d’innovation.

L’approche proposée par le groupe de travail fait appel à 12 principes généraux, qui servent de balises aux chercheurs et aux acteurs du terrain pour la mettre en œuvre. Elle implique, par exemple, l’amélioration des idées, le savoir collectif, la démocratisation du savoir, la force de la diversité des idées. En éducation, l’approche du développement des savoirs peut donc prendre la forme de résolution de problèmes, car elle s’intéresse au processus de la construction des savoirs.

Ainsi, l’accent est mis moins sur le développement individuel de compétences – tout aussi utiles soient-elles – que sur la capacité des élèves à contribuer à la construction d’un savoir collectif. Cela peut prendre la forme d’un travail ou d’un projet revu par les pairs, d’un travail en équipe, du fait de partager ses découvertes, etc. Aussi, dans le développement des savoirs, il est important que les nouvelles idées soient encouragées et que les élèves puissent les développer, les tester et les améliorer, ce qui nécessite de la part des enseignants de prévoir du temps pour cela.

Quelles stratégies pour apprendre et mettre en œuvre cette approche?

Être en accord avec les principes du développement des savoirs et les intégrer dans l’enseignement classique sont deux choses différentes. En effet, l’implantation de cette approche est complexe et repose sur des facteurs matériels (accès aux ordinateurs), pédagogiques (philosophie d’enseignement) et institutionnels, notamment.

Toutefois, des exemples d’écoles montrent que cette implantation est possible. Pour ce faire, toutefois, certaines conditions s’appliquent.

  1. Les enseignants doivent d’abord s’interroger sur le type d’interactions dans leur classe.
  2. Les élèves doivent être ceux qui choisissent, parmi les enjeux présents dans leur environnement immédiat, les enjeux qui peuvent faire l’objet d’une résolution de problème. Les enseignants peuvent aiguiller les élèves pour cerner un problème signifiant.
  3. Les idées doivent être au cœur des interactions de la classe. Les enseignants peuvent traduire ce principe en une dynamique interactive qui permet l’évolution des idées, avec des plateformes permettant des interactions, comme Idea Thread Mapper.
  4. Les enseignants peuvent travailler en communauté (communautés de pratique, par exemple) pour améliorer l’efficacité et l’application de l’approche. Également, le développement professionnel peut aider les enseignants à s’informer sur les théories et pratiques relatives à cette approche. La présence en classe d’un facilitateur, familiarisé avec l’approche du développement des savoirs, peut aussi être envisagée.

Conclusion

Pour terminer, les chercheurs du groupe de travail 13 de l’EduSummIT2019 ont souligné l’importance de la collaboration entre les écoles, les chercheurs universitaires et les gouvernements pour la mise en œuvre de l’approche de développement des savoirs dans les écoles secondaires.

Référence

Chan, C. et Lai, K.-W. (2019). TWG13: Knowledge Building/Knowledge Creation in the School, Classroom and Beyond (Document rédigé dans le cadre de la conférence ÉDUsummIT2019 tenue à l’Université Laval, Québec). https://edusummit2019.fse.ulaval.ca/sites/edusummit2019.fse.ulaval.ca//files/TWG13-Working_document.pdf

Pour aller plus loin

Ce texte fait partie d’une série d’articles. N’hésitez pas à les consulter.

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 27 août 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)