Climat de soutien en mathématiques et différences de perception des élèves, filles et garçons

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Par: Koudjo Afuwu Yesifa Azovide, doctorant à l’Université Laval

L’enjeu de l’égalité des filles et des garçons dans des matières telles que les mathématiques a suscité beaucoup d’intérêt de la part de la communauté scientifique au cours des dernières années. Depuis, la littérature traite entre autres des pratiques et attitudes des enseignants (Leroy, Bressoux, Sarrazin et Trouilloud, 2013). D’ailleurs, différents écrits sur le sujet révèlent que les enseignants en mathématiques baissent parfois inconsciemment leurs attentes envers les filles, alors que leurs attentes envers les garçons demeurent toujours élevées (Robinson, Lubienski, Ganley et Copur-Gencturk, 2014). Comment les filles et les garçons perçoivent-ils ces différences de traitement qui affectent leur rendement scolaire dans cette matière?

Source de l’image : ShutterStock

Soutien de l’enseignant en mathématiques et perceptions des élèves

Les chercheures Doriane Jeagers et Dominique Lafontaine, de l’Université de Liège en Belgique, se sont penchés sur cette question et, pour y répondre, elles ont développé des échelles qui mesurent les performances en mathématiques, l’indice socioéconomique et les perceptions du climat de soutien en mathématiques de 1 091 élèves, filles et garçons, issus de 26 écoles. Ceci, afin d’examiner les relations entre les pratiques des enseignants de mathématiques et les perceptions des élèves du soutien offert par ces mêmes enseignants. Les résultats ont fait ressortir quatre facteurs qui définissent les perceptions qu’ont les élèves du climat de soutien :

  1. La pertinence de l’enseignement;
  2. L’implication de l’enseignant;
  3. La rétroaction/évaluation formative;
  4. Le caractère dirigé de l’enseignement.

Ces facteurs et les résultats qui y sont liés sont détaillés dans le tableau suivant.

Tableau 1 – Perceptions par les élèves du climat de soutien en mathématiques 

Source : Jaegers, D. et Lafontaine, D. (2018). Perceptions par les élèves du climat de soutien en mathématiques : validation d’échelles et étude des différences selon le genre en 5e secondaire, Mesure et évaluation en éducation, 41(2), p. 111.

Climat de soutien de l’enseignant et différences de perception des élèves 

Les résultats indiquent que les filles perçoivent davantage l’implication de leur enseignant (soutien scolaire), et ce, même sous contrôle du niveau socioéconomique et des performances en mathématiques. Mieux que leurs pairs masculins, elles perçoivent les démonstrations de sympathie (soutien social) de l’enseignant en raison de leur sensibilité aux aspects relationnels (Rouyer, Mieyaa et le Blanc, 2014; Wang et Degol, 2013). Conséquemment, les filles seraient désavantagées, car elles seraient plus sensibles que les garçons aux démonstrations de sympathie de l’enseignant qui se manifestent par des attentes moins élevées envers les filles, comme le montre le tableau suivant.

Tableau 2 – Différences de perception des dimensions relatives au climat de soutien selon le genre

Source : Jaegers, D. et Lafontaine, D. (2018). Perceptions par les élèves du climat de soutien en mathématiques : validation d’échelles et étude des différences selon le genre en 5e secondaire, Mesure et évaluation en éducation, 41(2), p. 114.

Conclusion

Au regard des résultats obtenus, la présente étude montre que le fait, pour l’enseignant, de revoir à la hausse ses attentes envers les filles pourrait augmenter leur rendement en mathématiques. Partant de ce constat, il convient de sensibiliser les enseignants, qui enseignent des matières historiquement associées aux hommes, aux différences de perception des élèves selon le genre afin d’obtenir une réelle égalité de chances, entre les filles et les garçons, concernant les performances des élèves en mathématiques.

Références

Jaegers, D. et Lafontaine, D. (2018). Perceptions par les élèves du climat de soutien en mathématiques : validation d’échelles et étude des différences selon le genre en 5e secondaire. Mesure et évaluation en éducation, 41(2), 97-130. https://doi.org/10.7202/1059174ar

Leroy, N., Bressoux, P., Sarrazin, P. et Trouilloud, D. (2013). Un modèle sociocognitif des apprentissages scolaires : style motivationnel de l’enseignant, soutien perçu des élèves et processus motivationnels. Revue française de pédagogie, 182, 71-92. doi : 10.4000/rfp.4008

Robinson, J., Lubienski, S., Ganley, C. et Copur-Gencturk Y. (2014). Teachers’ perceptions of students’ mathematics proficiency may exacerbate early gender gaps in achievement. Developmental Psychology, 50(4), 1262-1281. doi: 10.1037/a0035073

Rouyer, V., Mieyaa, Y. et le Blanc, A. (2014). Socialisation de genre et construction des identités sexuées : contextes sociétal et scientifique, acquis de la recherche et implications pratiques. Revue française de pédagogie, 187, 97-137. doi : 10.4000/rfp.4494

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 24 novembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)