Les tuteurs, ces acteurs indispensables dans les études postsecondaires à distance

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Les tuteurs offrent une aide individualisée à des étudiants dans le cadre de cours à distance. En appui aux enseignants, ils télétravaillent et n’ont donc que des contacts limités avec leurs collègues. Ces conditions de travail présentent des défis et des risques qui ne sont pas toujours bien compris par le milieu universitaire. Nicole Racette et des collaborateurs de l’Université TELUQ, experts en formation à distance, ont écrit un article qui aborde plusieurs des enjeux liés à l’organisation des cours en ligne et au travail des tuteurs. De plus, les auteurs dressent une liste de compétences à développer ainsi que des solutions à envisager pour faciliter le tutorat et son encadrement.

Source de l’image : fizkes/ShutterStock

L’enseignement à distance, une tâche morcelée

L’enseignement d’un cours à distance exige plusieurs compétences dont une personne peut difficilement disposer à elle seule. Généralement, la tâche est morcelée et distribuée à différents professionnels :

  • Le responsable du contenu, généralement l’enseignant, qui établit les objectifs de cours et les activités d’apprentissage;
  • Le responsable des technologies de l’information et de la communication (TIC) liées à la gestion du site d’enseignement;
  • Le responsable de l’encadrement des étudiants, soit le tuteur.

En ayant plusieurs responsables qui s’assurent du fonctionnement d’un cours, les difficultés de communication, liées entre autres à la distance sociale entre ces responsables, peuvent entraîner des risques d’incohérence, de distorsion et d’erreurs.

Les défis de reconnaissance et d’encadrement

L’enseignement à distance est relativement nouveau, et les tâches des tuteurs ne sont pas toujours bien définies ni bien reconnues dans le milieu. Régulièrement affectés à plusieurs cours donnés par différents enseignants, les tuteurs jonglent avec des exigences et des façons de travailler qui divergent. La gestion des tuteurs est souvent confiée à des enseignants qui, d’une part, ne possèdent pas forcément les compétences requises pour ce type de gestion et qui, d’autre part, peuvent difficilement avoir une vue d’ensemble du travail réalisé par chacun des tuteurs. Il est donc difficile d’établir des méthodes de travail harmonisées et des pratiques de gestion adaptées.

La dimension affective

La dimension affective au travail est fondamentale pour la motivation et le sentiment d’auto-efficacité. Les interactions humaines formelles et informelles, par exemple autour de la machine à café, alimentent la loyauté, la satisfaction au travail et l’implication des employés. Les communications numériques ne peuvent soutenir ces types d’interaction, ce qui peut alimenter un sentiment d’isolement social et professionnel.

Les bénéfices du télétravail : des avis partagés

Cela dit, le travail à distance comporte aussi des avantages… dans certaines conditions. Ces avantages présentent une relation en « u » inversé en fonction du temps de travail. À temps partiel, la flexibilité des heures alimente le sentiment d’autonomie et facilite la conciliation travail-famille, ce qui compenserait les aspects négatifs mentionnés plus haut. La relation entre temps de travail et bénéfices est alors à son maximum. Mais plus les heures augmentent, plus cette flexibilité diminue, de même que les avantages qui en découlent.

Quelques propositions

L’article de Racette et de ses collaborateurs présente une liste de compétences, de savoir-être et de savoir-faire qui devraient être recherchés chez un tuteur ou développés grâce à de la formation ou à de bonnes stratégies d’organisation du travail.

De plus, cet article propose certaines stratégies pour faciliter la gestion du télétravail et contrer l’isolement. Voici quelques exemples :

  • Organiser des formations spécifiques pour les futurs télétravailleurs;
  • Mettre au point des outils particuliers afin de permettre aux travailleurs de collaborer à distance (wiki et autres);
  • Mettre en place des tactiques de socialisation pour bâtir ou rebâtir la cohésion du groupe (consolidation d’équipe ou team building, etc.).

Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter l’article complet :

Racette, N., Desjardins, G., Bourdages-Sylvain, M.-P. et Houle, M. (2019). La gestion des tuteurs en ligne, pour un tutorat de qualité. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 16(3), 57-72.

Pour aller plus loin…

 

Source de l’image : fizkes/ShutterStock

Dernière modification : 25 mai 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)