Création d’activités liées aux enjeux de la légalisation du cannabis pour les jeunes du secondaire

Temps approximatif de lecture : 3 à 5 minutes

Par :

Sylvie Barma, professeure à l’Université Laval

Rollande Deslandes, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières

Alexander Cooper, professeur de clinique à l’Université Laval et médecin de famille

Étudiantes-chercheures et étudiants-chercheurs : Amélie Dubois, Vincent-Gabriel St-Cyr, Olivier Turgeon-Dorion et Samantha Voyer

Afin de sensibiliser les jeunes aux enjeux entourant la consommation légale de cannabis, les professeures et chercheures Sylvie Barma et Rollande Deslandes ont entrepris un projet de recherche visant la création de nouvelles activités d’éducation à la santé. Plusieurs acteurs clés ont participé à ce projet, notamment par des activités mises en œuvre dans le cadre des laboratoires du changement (Lab_C). Le présent article donne entre autres un aperçu des activités transférables, c’est-à-dire celles desquelles les enseignants peuvent s’inspirer pour développer leurs propres activités.

Il est à noter que, dans une première phase du projet, les besoins du milieu et des élèves de deuxième secondaire ont été identifiés par la tenue de séances de Lab_C. Les participants ont notamment soulevé un manque d’information pour les jeunes sur la loi et sur les effets du cannabis sur la santé. Ils se sont aussi montrés soucieux de susciter l’engagement des élèves en ce qui concerne la recherche de l’information. Ceci, de manière à favoriser une meilleure rétention de l’information de leur part.

Source de l’image : ShutterStock

À l’écoute des élèves : répondre d’abord à leurs questions

Une première période activité en classe a été consacrée à la présentation de deux capsules. Une capsule médicale où un médecin a répondu aux questions des élèves sur la consommation de cannabis et une capsule juridique où les élèves ont répondu à un questionnaire Kahoot pour clarifier les différents aspects de la nouvelle loi.

Pour les activités suivantes, les participants au Lab_C ont exprimé le souhait de présenter aux élèves différents témoignages ou de créer des mises en situation susceptibles de favoriser des débats ou des échanges d’idées dans chacune des deux écoles qui participaient au projet.

École 1 : jeu de rôle pour simuler un procès

Dans l’école participante 1, la deuxième activité s’est déroulée sur deux périodes, où les élèves ont travaillé la question de la légalisation par le biais d’un procès simulé. Chaque équipe jouait un rôle différent au procès, et les élèves devaient préparer leur témoignage en fonction du rôle qui leur avait été attribué.

La première période leur a permis de recueillir de l’information et de préparer leurs arguments. Pour ce faire, les élèves ont d’abord analysé des articles à l’aide d’une grille qui leur permettait de jauger la fiabilité des sources. Cette grille traitait notamment de la perspective de chaque article, de l’intention de l’auteur, des sources d’information et des idées véhiculées dans le texte. Ensuite, afin de bien comprendre les différentes implications d’un procès, les élèves ont circulé à travers différents kiosques d’information.

Lors de la deuxième période, les élèves ont finalisé leur préparation, et le procès a eu lieu sous la direction d’un membre de l’équipe de recherche. À la suite des témoignages, les juges ont tranché et justifié leur décision.

École 2 : justifier une prise de décision à la suite d’une dénonciation

Dans l’école participante 2, une seule période était disponible pour la deuxième activité liée au projet. Les élèves, répartis en équipe de quatre, ont lu un article sur la vente de cannabis dans les écoles. À la suite de cette lecture, ils devaient remplir la même grille d’analyse que celle remplie par les élèves de l’école 1.

Par la suite, une mise en situation sur la vente de cannabis à l’école a été présentée. Six solutions ont été distribuées entre les équipes. Ensemble, les membres de chaque équipe devaient faire ressortir les avantages et les inconvénients de la solution qui leur était attribuée, et ce, en ne tenant pas compte de leur opinion personnelle. Finalement, après leur présentation, les élèves devaient amorcer une discussion sur la solution à privilégier.

Retombées positives des activités

Deux activités différentes ont donc été créées à partir des mêmes besoins, mais adaptées aux particularités de chacune des deux écoles participantes.

Les ateliers à caractère judiciaire et médical basés sur les besoins des élèves ont pu combler un manque de connaissances, corrigeant ainsi différentes conceptions erronées chez les jeunes.

À la suite des activités vécues en classe, les élèves participants ont discuté ouvertement de la question du cannabis avec les membres de leurs familles. Ceci est fondamental sur le plan de la prévention, puisque ces discussions sont susceptibles de limiter les comportements à risque.

L’intervention a aussi permis à certains élèves qui cachaient leur usage de la marijuana de pouvoir le reconnaître et de le mentionner.

Au tour des enseignants

Ces activités sont des exemples de ce qui peut être fait en classe en une ou deux périodes afin de sensibiliser les jeunes aux enjeux de la légalisation du cannabis. Bien sûr, les enseignants peuvent modifier ou adapter ces activités aux besoins spécifiques de leurs élèves. Ils peuvent d’ailleurs consulter cette infographie, qui résume l’essentiel du projet.

Références

Barma, S. (2007). Enseigner les sciences pour développer la pensée critique. Dans M. Riopel, P. Potvin et S. Masson (dir.), Regards multiples sur l’enseignement des sciences (p. 35-48). Québec : Multimondes.

Pour aller plus loin…

Saviez-vous que cet article est le dernier d’une série de trois articles ? Consultez-les tous !

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 3 mai 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)