Enseignants en formation : usages du numérique et sentiment d’efficacité

Temps approximatif de lecture : 3 à 5 minutes

Par Christiane Caneva, TELUQ

Est-ce que les futurs enseignants se servent des outils numériques dans le cadre de leur formation ? Est-ce qu’ils estiment être prêts à intégrer les outils numériques dans leur pratique pédagogique?

Afin d’améliorer la réussite éducative des élèves, il est nécessaire que ces derniers développent les compétences numériques pour évoluer dans un monde de plus en plus numérisé. Dans ce but, les enseignants sont amenés à intégrer pédagogiquement les outils numériques dans leur pratique professionnelle.

La recherche menée par Christiane Caneva [1] visait à comprendre, premièrement, comment et dans quel but les futurs enseignants utilisent les outils numériques, et, deuxièmement, s’ils se sentent prêts à intégrer ces outils dans leur pratique pédagogique. Les principaux résultats montrent que la perception que ces futurs enseignants ont de leur niveau d’efficacité est bonne, mais que les usages, principalement dans un but de communication et de recherche d’information, relèvent d’une posture passive et peu liée à la pédagogie.

Source de l’image : ShutterStock

De futurs enseignants qui se sentent prêts à utiliser le numérique en classe 

L’analyse des 341 questionnaires remplis par de futurs enseignants au Costa Rica ainsi que les 16 entrevues avec les professeurs-formateurs d’enseignants révèlent des tendances claires. Elles montrent que 98 % de la population étudiée a accès à Internet et possède au moins un outil numérique. Dans 99 % des cas, les futurs enseignants s’en servent pour leur formation. Le téléphone portable est l’outil le plus fréquemment utilisé pour des usages très diversifiés (divertissement, communication, recherche d’information, visionnage de vidéos dans un but d’apprentissage), suivi par l’ordinateur portable utilisé principalement pour la préparation des travaux universitaires. La tablette est rarement utilisée, car peu de futurs enseignants en possèdent une en raison de son coût.

Une majorité de répondants indique aussi utiliser les vidéos sur YouTube pour mieux comprendre certains concepts abordés par les professeurs lors des cours. Les réseaux sociaux sont utilisés pour le partage d’informations et de ressources entre les futurs enseignants plus fréquemment que la plateforme éducative officielle.

En ce qui concerne la perception qu’ont les futurs enseignants de leur niveau d’efficacité dans l’usage des outils numériques à des fins pédagogiques avec leurs élèves, les résultats montrent qu’ils se sentent prêts.

Ces résultats interpellent, car les usages des outils numériques décrits par les futurs enseignants ne mettent pas en relief des usages pédagogiques, comme la création d’une séquence d’enseignement qui intègre le numérique, ou encore les usages d’applications numériques éducatives. On peut ainsi poser l’hypothèse que les futurs enseignants se sentent prêts à utiliser les outils numériques pour favoriser la réussite de leurs élèves, principalement à cause du fait qu’ils possèdent des outils numériques et qu’ils s’en servent très fréquemment.

Posséder un outil numérique, s’en servir fréquemment et en tirer des avantages pédagogiques

Cependant, comme les recherches précédentes l’ont démontré, le fait de posséder un outil numérique ne signifie pas forcément qu’un individu dispose aussi des compétences et des attitudes nécessaires pour en tirer des bénéfices (Granjon, 2011). Dans les cas étudiés, le fait de se servir fréquemment du téléphone portable pour la communication ou la recherche d’information n’implique pas forcément que l’on saura s’en servir efficacement et dans un but pédagogique avec les élèves.

Le bon niveau d’efficacité exprimé par les futurs enseignants semble ainsi davantage s’expliquer par leur attitude positive envers les technologies numériques et par le temps qu’ils y consacrent, plutôt que par un usage pédagogique qui serait promu par leurs professeurs-formateurs, par les programmes de formation à l’enseignement ou par les politiques stratégiques universitaires.

Recommandations pour la formation des enseignants

Notre étude nous amène à formuler deux recommandations pour la formation des enseignants :

  1. Les outils numériques devraient être utilisés davantage de manière transversale dans la formation initiale afin de montrer aux futurs enseignants des exemples d’usages pédagogiques ainsi que les plus-values pour l’enseignement et l’apprentissage.
  2. Des modèles de bonnes pratiques des usages pédagogiques des technologies numériques pourraient être proposés aux futurs enseignants afin qu’ils soient en mesure de les intégrer efficacement dans leur pratique professionnelle.

 

Références

Caneva, C. & Akkari, A. (2018). Polyvalence des usages des TIC par les futurs enseignants au Costa Rica. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 15(3), 16-33. https://doi.org/10.18162/ritpu-2018-v15n3-02

Granjon, F. (2011). Fracture numérique. Communications, 1(88), 67-74. https://doi.org/10.3917/commu.088.0067

 

[1] Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Caneva, C. & Akkari, A. (2018). Polyvalence des usages des TIC par les futurs enseignants au Costa Rica. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 15(3), 16-33. https://doi.org/10.18162/ritpu-2018-v15n3-02

 

Pour aller plus loin…

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 24 novembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)