Méditer pour bonifier des compétences sociales

Temps de lecture approximatif : 3-4 minutes

Une récente étude publiée dans la revue Education a exploré les conséquences de l’implantation d’une routine de méditation dans les écoles primaires via le programme Quiet Time. Les chercheurs ont démontré que la méditation avait des effets importants sur l’apprentissage des compétences socioaffectives chez les enfants participants et bien plus encore. Cet article expose les résultats de ces recherches.

Source de l’image : Shutter Stock

Des compétences essentielles pour les enfants

La recherche menée par Laurent Valosek, Sanford Nidich, Staci Wendt, Jamie Grant et Randi Nidich établit d’abord la fonction des apprentissages socioaffectifs dans le développement de l’enfant. De nombreuses études rapportent en effet un processus complexe à l’origine de l’acquisition de ces compétences. En effet, les enfants doivent pour ce faire mobiliser des connaissances et habiletés de manière à comprendre et à gérer leurs émotions. Dans ce processus, les enfants forment une conscience de soi, des aptitudes relationnelles et la capacité d’effectuer une prise de décision responsable. (Belfield et al, 2015 ; Snyder, 2014 ; Snyder et al., 2010 ; Catalano et al, 2004 ; Durlak et al, 2011 ; Zins et al, 2007). L’objectif de cette recherche était donc de déterminer l’influence de la méditation sur le développement de ces compétences socioaffectives chez les élèves du primaire.

Des questionnements qui portent ses fruits

La recherche a été menée avec la collaboration de 101 élèves de la 6e année du primaire, séparés en deux groupes. D’une part, le groupe témoin a été l’objet d’aucun changement à leur quotidien. D’autre part, une routine de méditation transcendantale a été instaurée deux fois par jour dans le second groupe, en début et en fin de journée.

La technique de méditation transcendantale en sept étapes a été enseignée aux élèves au cours de cinq séances par des enseignants certifiés. Par la suite, les élèves pratiquaient ces techniques en classe lors des jours d’école et à la maison lors des jours de repos, et ce, par eux-mêmes.

Et qu’en est-il de la détresse émotionnelle ?

Pour arriver à mesurer cet apprentissage, deux évaluations ont été mises en place : une évaluation de l’enseignant portant sur les compétences socioaffectives démontrées et une autoévaluation effectuée par les enfants eux-mêmes. Un changement a été noté quant à leurs aptitudes à prendre une décision, à assumer une responsabilité individuelle, mais aussi dans leur attitude générale dans leurs relations interpersonnelles.

Donc, la recherche montre que la pratique de la méditation transcendantale améliore l’ensemble des compétences socioaffectives, tout comme il aide à réduire les états répétés de détresse émotionnelle ou psychologique et diminue la persistance d’émotions négatives au fil de la journée.

Conclusion

Cette étude s’ajoute donc à plusieurs autres qui témoignent des bénéfices de la méditation dans les écoles primaires ou secondaires. Il avait d’ailleurs déjà été établi que cette pratique de relaxation réduit la réponse psychologique et physiologique aux facteurs de stress, y compris la réduction des taux élevés de cortisol dans le cerveau des élèves (Barnes et al, 2001 ; MacLean, 1997 ; Walton et al, 2004).

Références

Valosek, L. (et. al.) (2019). Effect of Meditation on Social-Emotional Learning in Middle School Students, Education, 139(3), 111-119. Repéré à : https://www.eurekalert.org/pub_releases/2019-03/cfwa-mes031819.php

Passeport santé (2017). La méditation transcendantale. Repéré à https://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=meditation-transcendentale_th

Pour en savoir plus

Source de l’image : Shutter Stock

Dernière modification : 3 décembre 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)