Les activités liées à la nature favorisent l’apprentissage

Jusqu’à récemment, les preuves manquaient pour établir un rapport de cause à effet entre les activités qui amènent les enfants à entrer en contact avec la nature et la réussite de leur(s) apprentissage(s). Cependant, les recherches sur le sujet se multiplient et de nouvelles découvertes semblent attester de ce lien. L’étude menée par les chercheurs Ming Kuo, Michael Barnes et Catherine Jordan (2019) synthétise les récentes avancées scientifiques dans ce domaine et la compréhension actuelle que les chercheurs ont de cet enjeu lié à l’apprentissage. Ils soulignent entre autres que les résultats des recherches convergent et démontrent qu’il y a huit effets positifs des activités en milieux naturels pour les élèves en ce qui a trait à leur réussite scolaire.

Source de l’image : ShutterStock

« Des centaines d’études portent maintenant sur cette question, et les données convergentes suggèrent fortement que les expériences de la nature stimulent l’apprentissage scolaire, le développement personnel et la responsabilisation en matière d’environnement. »
(Kuo, Barnes et Jordan, 2019 [Traduction libre])

Résultats de la recherche :

Voici les huit effets positifs, relevés par Kuo, Barnes et Jordan dans leur rapport, de l’approche de l’éducation par la nature pour les élèves relativement à leur apprentissage.

  1. La nature a des effets revigorants sur l’attention: Des études démontrent que le contact avec la nature a des effets revigorants sur les adultes et sur les enfants qui éprouvent de la fatigue. Par exemple, on a rapporté que les élèves ayant accès à des classes avec vue sur un espace vert avaient une meilleure concentration et performaient mieux (Li and Sullivan, 2016).
  1. La nature soulage le stress: Plusieurs études montrent l’effet calmant des activités en milieu naturel sur les adultes, et de récentes recherches semblent indiquer des réactions similaires chez les enfants. Le lien entre le contact avec la nature et des niveaux de stress autoévalué plus bas chez les enfants a été rapporté par plusieurs études (Bell et Dyment, 2008; Chawla, 2015; Wiens et al., 2016). De plus, les élèves dont l’apprentissage se fait en milieu naturel, ne serait-ce qu’une fois par semaine, présentent des rythmes diurnes plus sains, ceci résultant de l’activité physique que ces sorties supposent (Dettweiler et al., 2017).
  2. Le contact avec la nature stimule l’autodiscipline: Plusieurs études se sont aussi attardées aux effets du contact des élèves avec la nature et avec les animaux (chevaux) sur l’autodiscipline de ces élèves. Par exemple, les élèves neurotypiques et ceux aux prises avec un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ont montré des améliorations liées à une baisse d’hyperactivité, dans un contexte d’étude où l’autodiscipline était évaluée par les parents (Flouri et al., 2014).
  3. La motivation scolaire, le plaisir et l’engagement des élèves sont meilleurs en milieu naturel: Certaines études ont constaté que les activités à l’extérieur engendrent une motivation intrinsèque très forte, ce qui favorise un engagement chez les élèves, même vis-à-vis de leçons ultérieures en classe. L’intérêt pour l’école en général s’en trouve augmentée et l’absentéisme s’en trouve diminué (MacNaughton et al., 2017). Aussi, l’apprentissage en milieu naturel pourrait améliorer la motivation de la plupart des élèves, qui seraient moins motivés dans une classe traditionnelle (Dettweiler et al., 2015).
  1. Le temps passé à l’extérieur est lié à des niveaux plus élevés d’activité physique: Selon les spécialistes de la question, plus le temps passé à l’extérieur est long, plus grands seront leur niveau d’activité physique, moindre sera leur sédentarité et meilleure sera leur forme cardiovasculaire (Gray et al., 2015). Fait encore plus important, des études démontrent que la santé physique globale a des conséquences directes sur les performances scolaires (Santana et al., 2017).
  1. Les milieux végétalisés tendent à fournir des contextes d’apprentissage plus paisibles, plus silencieux et plus sûrs: Selon de récentes recherches, l’apprentissage formel et informel se trouverait être associé à une atmosphère plus calme lorsqu’ils ont lieu dans un espace vert (Maynard et al., 2013; Nedovic et Morrissey, 2013). De plus, les comportements perturbateurs seraient moins fréquents et les élèves qui ont déjà éprouvé des difficultés dans des classes traditionnelles sont mieux à même de faire preuve d’une meilleure maîtrise de soi dans ce type de contexte d’apprentissage (Bassette et Taber-Doughty, 2013; O’Haire et al., 2013).
  2. Les milieux naturels semblent favoriser des relations plus chaleureuses et plus coopératives entre les élèves: Ces milieux semblent fournir un contexte d’apprentissage plus flexible et cela aurait pour effet de donner plus de liberté aux enfants pour établir des liens avec les autres. En effet, des milieux plus verts sont constamment associés dans les études au dépassement des différences socioculturelles et des barrières interpersonnelles qui interfèrent dans les groupes (Cooley et al., 2014; Warber et al., 2015).
  3. Les cadres naturels permettent le développement de l’imaginaire, de l’autonomie et des formes de jeu libre: Les divers objets et matières que l’on retrouve dans la nature (bâton, boue, insectes, etc.) pourraient favoriser le développement de l’enfant en encourageant les jeux libres et l’imagination. Ces découvertes sont liées à la théorie des « loose parts » de Nicholson (1972), mais les effets de cette liberté et de cette autonomie dans les jeux sur le développement de l’enfant n’ont pas encore été démontrés quantitativement.

Conclusion:

Il semble donc y avoir un consensus en ce qui concerne le fait que le contact avec la nature favorise l’apprentissage et que les classes végétalisées (ou même celles avec vue sur un espace vert) fournissent un contexte plus propice à la concentration et au calme. Les recherches futures pourraient se concentrer sur des études de cas afin de démontrer les bénéfices des activités à l’extérieur de la classe (ex. : le jardinage à l’école) et de l’aménagement des cours d’école végétalisées.

 

« Rapport après rapport, des observateurs indépendants et même des participants indiquent la survenue de changements dans la persévérance, la résolution de problèmes, la pensée critique, le leadership, le travail d’équipe et la résilience. De même, plus d’une cinquantaine d’études montrent que la nature joue un rôle clé dans le développement d’un comportement pro-environnemental, notamment en favorisant une connexion émotionnelle avec la nature. »
(Kuo, Barnes et Jordan, 2019 [Traduction libre])

 

Référence

Kuo, M., Barnes, M. et Jordan, C. (2019). Do Experiences with Nature Promite Learning? Converging Evidence of a Cause-and-Effect Relationship (Mini Review Article). Frontiers in Psychology, 10(305), 1-9. Repéré en ligne à www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpsyg.2019.00305/full#T1

Dernière modification : 6 octobre 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)