Commencer l’école plus tard le matin s’avère payant pour les adolescents

La plupart des adolescents souffrent d’un manque de sommeil chronique; ils n’ont pas les huit à dix heures de sommeil recommandées. Pour comprendre si le fait de reporter d’un certain nombre de minutes l’heure du début des classes, le matin, peut influencer positivement le sommeil des élèves, une équipe de chercheurs américains a observé les habitudes de sommeil des jeunes à deux périodes différentes : avant et après le changement opéré dans des écoles publiques secondaires de Seattle, qui ont reporté de 55 minutes (de 7 h 50 à 8 h 45) l’heure du début des classes. L’étude publiée dans la revue Science Advances présente les effets positifs de cette stratégie : une augmentation de la durée du sommeil, une diminution de l’absentéisme et de meilleurs résultats scolaires.

sommeil adolescents

Shutterstock/Monkey Business Images

On connaît le rôle fondamental que joue le sommeil sur le développement des jeunes, sur leur santé mentale et sur leur réussite scolaire. Or, beaucoup d’adolescents souffrent d’un manque de sommeil chronique parce qu’ils se couchent tard et qu’ils se lèvent tôt pour aller à l’école. La plupart ne se sentent pas prêts à se coucher avant 22 h 30, et certains ont tendance à rester éveillés en fin de soirée, non seulement en raison du temps passé devant les écrans (ex. : téléphone intelligent, console de jeux, ordinateur, télévision), mais aussi parce qu’à la puberté, le système circadien de l’adolescent[1] retarde naturellement l’apparition du sommeil à un moment ultérieur et diminue sa sensibilité à la lumière le matin.

En 2014, l’American Academy of Pediatrics (AAP) avait recommandé[2] de retarder l’heure du début des classes[3] le matin pour mieux composer avec ce phénomène biologique, d’autant qu’une enquête nationale menée en 2007 aux États-Unis auprès de plus de 12 000 élèves du secondaire avait révélé que près de 70 % des jeunes dormaient insuffisamment (moins de sept heures par nuit). Bien que certaines études aient utilisé des données d’enquête pour montrer que les périodes de sommeil des adolescents s’allongent lorsqu’ils peuvent aller à l’école plus tard le matin, jusqu’à présent il n’existait pas de données indiquant que le report de l’heure du début des classes, le matin, pouvait avoir des effets positifs pour les adolescents, notamment en ce qui concerne leur sommeil.

[Les adolescents ont besoin de sommeil !]

L’étude

Durant l’année scolaire 2016-2017, le district scolaire de Seattle en collaboration avec une équipe de chercheurs de l’Université de Washington et du Salk Institute for Biological Studies a donc décidé de retarder le début des classes le matin de 55 minutes dans deux écoles secondaires[4], soit de 7 h 50 à 8 h 45. Les cycles sommeil-éveil d’environ 90 élèves de deuxième secondaire inscrits dans des cours de biologie ont été consignés à l’aide d’un moniteur d’activité, sorte de Fitbit[5] que les adolescents ont porté au poignet durant deux semaines consécutives au printemps 2016 (avant le changement d’horaire) et au printemps 2017 (après le changement d’horaire). Les professeurs étaient les mêmes chaque fois. Seuls les étudiants changeaient. De cette façon, les chercheurs pourraient comparer des étudiants de même âge et de même niveau. Les moniteurs ont enregistré des données (lumière et mouvement) toutes les 15 secondes, qu’on a utilisées pour déterminer quand les élèves étaient éveillés ou endormis. Ces derniers ont aussi rempli un journal, utilisé par les chercheurs pour valider les données des moniteurs d’activité, et ils ont répondu à plusieurs questionnaires.

 

Les résultats

Voici trois des avantages mesurables pour les élèves que l’étude a révélés :

  1. Une augmentation de la durée médiane quotidienne de sommeil de 34 minutes [6];
  2. Une augmentation de 4,5 % des notes médianes;
  3. Une amélioration de la fréquentation scolaire.

 

Même si les chercheurs ne peuvent affirmer avec certitude que plus de sommeil pour les élèves les avantage réellement sur le plan de la réussite scolaire (ex. : meilleures notes), les professeurs de biologie des écoles participantes estiment que la différence avant et après l’expérience est frappante. Ainsi, si cette étude en particulier ne prouve pas que le changement d’horaire a permis d’améliorer les notes des élèves, Dunster, l’un des coauteurs de l’étude et chercheur de l’Université de Washington, indique que « de nombreuses autres recherches ont montré que de bonnes habitudes de sommeil aident à apprendre [traduction libre] ». « C’est pourquoi, dit aussi Dunster [traduction libre], nous avons conclu qu’une heure de début des cours un peu plus tardive améliorait les résultats scolaires. » Les enseignants ayant pris part à l’étude ont d’ailleurs remarqué que les élèves étaient beaucoup plus engagés dans leurs apprentissages, notamment en participant davantage aux discussions que suscitaient les contenus des cours de sciences. De leur côté, les élèves ont constaté qu’ils étaient plus attentifs en classe. Cependant, une amélioration de la fréquentation scolaire et de la ponctualité n’a été observée que dans l’une des écoles accueillant des élèves plus défavorisés sur le plan économique.

Demander à un adolescent de se lever très tôt et d’être alerte dès 7 h 30, c’est comme demander à un adulte d’être actif et alerte à 5 h 30. 

Luciano de la Iglesia, coauteur de l’étude et chercheur de l’Université de Washington

[Traduction libre]

Fait intéressant, le report de l’heure du début des cours le matin n’a pas entraîné le même gain de temps de sommeil (55 minutes). Cela indique entre autres qu’il existe d’autres facteurs qui favorisent le coucher tardif des adolescents. Il serait intéressant que de futures recherches dans ce domaine incluent une analyse et des interventions en ce qui concerne le temps passé par les adolescents, le soir, devant l’écran : on sait que cette activité a un impact négatif sur la qualité du sommeil. Cela dit, l’étude de Dunster et de ses collaborateurs, qui s’ajoute au corpus de preuves antérieures sur le sujet[7], présente de bons arguments pour inciter les directions d’école et les instances gouvernementales à modifier l’horaire scolaire afin que les adolescents réussissent mieux à l’école, d’autant que les effets positifs sont plus évidents en ce qui concerne les élèves issus de milieux socioéconomiques défavorisés. La mise en œuvre de ce changement de politique scolaire, selon les chercheurs, pourrait contribuer à rendre l’école plus équitable et inclusive. De plus, du côté des parents, le fait de reporter de 55 minutes le début des cours le matin a aussi ses avantages : ces derniers ont signalé une nette amélioration de l’humeur de leurs enfants, ce qu’ils ont apprécié grandement, car toute la famille peut souffrir du manque constant de sommeil d’un ou de plusieurs de ses membres.

[L’impact du manque de sommeil sur le cerveau des adolescents]

 

[Pour accéder à la recherche, https://advances.sciencemag.org/content/4/12/eaau6200?fbclid=IwAR3njc11BdOtm6MxhJ4WfDXNDF7w-egUtC78jIV0aGlQYeNztNdQNpqjyQU]

 

Références

Dunster, G. P., Iglesia, L., Ben-Hamo, M., Nave, C., Fleischer, J. G., Satchidananda, P. et Igesia, H. O. (2018, 12 décembre). Sleepmore in Seattle: Later school start times are associated with more sleep and better performance in high school students. Science Advances, 4(12). doi: 10.1126/sciadv.aau6200

Université de Washington et Americain Association for The Advancement of Science (AAAS). (s. d.). Delayed High School Start Times in Seattle Increase Sleep, Grades and Attendance [Vidéo en ligne]. Repéré dans le site de l’AAAS à www.eurekalert.org/multimedia/pub/188063.php

Crowley, S. J., Wolfson, A. R., Tarokh, L. et Carskadon, M. A. (2018, août). An update on adolescent sleep: New evidence informing the perfect storm model. Journal of Adolescence, 67, 55-65. doi: /10.1016/j.adolescence.2018.06.001

American Academy of Pediatrics. (2014, septembre). School start Times for Adolescents. Pediatrics, 134(3), 642-649. doi: 10.1542/peds.2014-1697

National Sleep Foundation. (s. d.). Sleep and the Brain: What happens? Repéré à www.sleep.org/articles/brain-during-sleep/

 

Source de l’image : Shutterstock/Monkey Business Images

 

[1] Ce changement est lié à la mélatonine, l’hormone qui nous aide à nous endormir. Quand la puberté commence, le corps d’un adolescent ne sécrète cette hormone que tard dans la soirée.

[2] American Academy of Pediatrics. (2014, septembre). School start Times for Adolescents. Pediatrics, 134(3), 642-649. doi: 10.1542/peds.2014-1697

[3] À l’automne 2015, seulement 13 % des lycées publics suivaient les recommandations de l’American Academy of Pediatrics, selon le National Center for Education Statistics.

[4] Franklin High School et Roosevelt High School

[5] Actiwatch Spectrum Plus, Philips Respironics

[6] La durée du sommeil nocturne total a augmenté de 6 heures 50 minutes à 7 heures 24 minutes.

[7] Par exemple, une étude de 2011 publiée par la Brookings Institution, à Washington, a montré que le fait de reporter de 60 minutes l’heure de début des classes le matin coûterait 1 950 dollars par étudiant (150 dollars par an pendant 13 ans), mais conduirait à un gain supplémentaire de 17 500 dollars au cours de la vie.

Dernière modification : 13 août 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)