Jeux vidéo et habiletés cognitives des adolescents

L’intégration des jeux vidéo aux pratiques éducatives est de plus en plus fréquente dans les établissements scolaires au Québec. D’ailleurs, de plus en plus d’études suggèrent que jouer à des jeux vidéo d’action peut réellement renforcer différentes capacités cognitives. Une étude publiée récemment par une équipe de chercheurs de l’Université d’Istanbul s’est intéressée plus particulièrement aux effets des jeux vidéo sur les fonctions cognitives, ainsi que sur les performances auditives et visuelles des jeunes du secondaire.

jeux vidéo

Pixabay/RPF70

La recherche d’Özçetin et de ses collaborateurs étudie les effets des jeux vidéo sur les fonctions cognitives, ainsi que sur les performances auditives et visuelles d’adolescents âgés de 10 à 16 ans. Pour ce faire, les chercheurs ont constitué deux groupes (expérimental et témoin) desquels ils ont écarté les jeunes souffrant d’un trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention, d’autisme ou encore de déficience intellectuelle, pour ne pas fausser les résultats. Seuls les participants présentant un quotient intellectuel (QI) supérieur ou égal à 80 ont été inclus dans l’étude.  Le groupe expérimental était constitué de 46 jeunes qui jouaient à des jeux vidéo au moins une heure par jour, cinq jours par semaine, pendant une année. Quant au groupe témoin, il était composé d’adolescents qui n’y jouaient pas souvent, ou qui n’y jouaient jamais. Les chercheurs ont comparé ces deux groupes par rapport à leurs fonctions cognitives et cherché à établir des corrélations entre la variable indicatrice temporelle (temps passé à jouer) et la variable indicatrice cognitive (fonctions cognitives). Pour y arriver, ils ont utilisé plusieurs tests et questionné les parents des élèves participants sur les habitudes de jeu des jeunes.

Types de tests

Voici les éléments que les chercheurs ont mesurés au moyen des différents tests auxquels ils ont soumis les adolescents :

  • La fluidité phonémique des mots (The FAS Verbal Fluency);
  • L’attention, la vitesse motrice, la flexibilité mentale (Trail Making Tests);
  • La mémoire verbale (The California Verbal Learning Test-Children’s Version);
  • La mémoire visuelle, la structuration des idées (Benton Visual Retention Test);
  • L’attention sélective, la rapidité d’inhibition et la vitesse du contrôle de l’information (The Original Stroop).

Résultats

Après analyse des résultats, les chercheurs ont tiré les conclusions suivantes : le groupe des joueurs (groupe expérimental) a obtenu de meilleurs scores dans les tests de mémoire visuelle et d’attention sélective, mais leurs notes étaient moins bonnes dans les tests de flexibilité mentale, de mémoire verbale et de rapidité d’inhibition. Plusieurs facteurs ont été pris en compte dans l’interprétation des résultats, dont le nombre d’heures passées à jouer, le QI, le mode et le type des jeux joués.

Rumeurs ou faits?

Malgré les nombreuses études qui prouvent que les jeux vidéo seraient bénéfiques pour les adolescents, notamment en ce qui concerne leurs capacités sur le plan cognitif, Özçetin et ses collaborateurs ne sont pas prêts à dire qu’il y a nécessairement un lien entre le fait de jouer à des jeux vidéo et l’amélioration des fonctions cognitives.  Ils reconnaissent d’ailleurs que leur recherche contient certaines limites, notamment la taille de l’échantillon. C’est pourquoi il faudrait approfondir les recherches dans ce domaine en s’intéressant davantage à d’autres variables, car les jeunes qui jouent à des jeux vidéo en ligne passent beaucoup plus de temps que les autres devant un écran. Des nuances importantes s’imposent donc pour mieux comprendre le phénomène.

 

[Pour consulter la recherche, www.dovepress.com/the-relationships-between-video-game-experience-and-cognitive-abilitie-peer-reviewed-article-NDT]

 

Référence 

Özçetin, M., Gümüstas, F., Çag, Y., Gökbay, I. Z. et Özmel, A. (2019, 8 mai). The relationships between video game experience and cognitive abilities in adolescents. Neuropsychiatric Disease and Treatment, 15, 1171-1180. Repéré à www.dovepress.com/the-relationships-between-video-game-experience-and-cognitive-abilitie-peer-reviewed-article-NDT

Source de l’image : Pixabay/RPF70

Dernière modification : 25 juin 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

2 commentaires

  1. Par Bergeron le 26 juin 2019 à 7:36

    Étude intéressante mais je vais avoir besoin de plus d’info.
    J’espère qu’un prochain groupe de chercheurs s’intéressera au sujet sur une longue période afin d’en connaître davantage sur ce phénomène et les conséquences positives et négatives sur le développement des habiletés.
    Merci pour l’excellent résumé k

    Commentaire inapproprié ?

  2. Par Jean Bourque le 27 juin 2019 à 10:23

    Merci Madame Dufort pour cet excellent article.

    Comme dans tous résultats de recherches, les conclusions sont rarement coulées dans le béton. Cependant, il est intéressant de voir ici que des habiletés, comme la flexibilité mentale, la mémoire verbale et la rapidité d’inhibition, sont meilleures chez les adolescents qui n’ont pas joué aux jeux vidéo. Ce sont toutes les trois des habiletés fort importantes dans les apprentissages scolaires et de tous les jours. Espérant que d’autres recherches continueront à se faire dans ce domaine maintenant ouvert à l’infini. Ceci afin de mieux utiliser les nouvelles technologies qui ne sont plus si nouvelles maintenant et de ne pas les voir comme une panacée pour améliorer la réussite scolaire.

    Jean B. Orthopédagogue à la retraite.

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)