La collaboration école-famille-communauté : principes et pistes d’action

Un des constats généraux qui se dégagent des nombreuses études portant sur la collaboration école-famille-communauté (ÉFC) est que cette collaboration favorise la réussite scolaire des jeunes. Toutefois, les pratiques qui y sont liées varient beaucoup selon les contextes, les catégories d’élèves et la mise en œuvre de ces pratiques (en raison des types et de la fréquence des activités, des partenaires, de la durée, etc.).

Pixabay/rawpixel

par Lise Santerre

 

Une équipe de chercheurs s’est donné pour mission de tenter d’identifier les contextes favorables et les pratiques de collaboration ÉFC qui s’avèrent efficaces ou prometteuses. Pour cela, ils ont procédé à une recension de ces pratiques dans les écoles primaires et secondaires ainsi que dans les centres de formation d’éducation des adultes et de formation professionnelle au Québec. L’objectif de leur étude était de dégager des principes et des pistes d’action susceptibles d’aider les acteurs intéressés à mieux comprendre comment les collaborations ÉFC prennent forme et se vivent au quotidien.

Recension des écrits et des pratiques

La recension des pratiques de collaboration ÉFC efficaces ou prometteuses a été réalisée en deux étapes. Les chercheurs ont procédé à une analyse de la littérature scientifique produite entre les années 2000 et 2015, puis à une enquête auprès de différents acteurs des milieux scolaire et communautaire du Québec.

[Une meilleure cohérence école-famille-communauté pour favoriser l’apprentissage de l’écrit chez les élèves]

Principales conclusions, principes et pistes d’action

Voici les six conclusions principales à tirer de la recension effectuée par les chercheurs :

  1. Des écarts existent dans la conception que les auteurs des différentes études recensées et les intervenants se font de la collaboration ÉFC.
  2. Bien qu’on s’entende sur l’importance des pratiques de collaboration ÉFC, leur implantation demeure un défi, notamment en raison des conditions dans lesquelles elles sont mises en place (manque de temps, de lieux de rencontre, d’informations, etc.).
  3. Tous les responsables des pratiques de collaboration ÉFC n’accordent pas la même importance aux divers acteurs impliqués, ce qui mène à des relations asymétriques où une partie de ces acteurs, très souvent les parents, ne sont pas suffisamment intégrés ou pris en considération.
  4. Les pratiques réelles ne correspondent pas toujours aux principes du modèle écologique (écosystémique) préconisé par les chercheurs et les praticiens. Les intentions demeurent davantage de l’ordre du discours que des pratiques effectives.
  5. Pour favoriser la persévérance et la réussite scolaires, on doit reconnaître l’éducation comme un enjeu social et global pour lequel la collaboration ÉFC constitue un outil de mobilisation.
  6. Établir des relations de collaboration ÉFC de qualité exige du temps.

À partir de ces six conclusions, les chercheurs ont proposé les quatre principes et les douze pistes d’action qui suivent :

Principe 1 : Faire de la collaboration ÉFC un enjeu social et global.

  • Piste 1. Inscrire la collaboration ÉFC dans une démarche globale et durable visant la mobilisation et la responsabilisation collective des acteurs clés.
  • Piste 2. Adapter les pistes d’action au contexte.

Principe 2 : Considérer la collaboration ÉFC comme une responsabilité collective.

  • Piste 3. S’entendre sur une définition commune de la collaboration ÉFC.
  • Piste 4. Déterminer des objectifs communs.
  • Piste 5. Inscrire la collaboration ÉFC dans un processus de planification, d’évaluation et de réajustement des rôles, des objectifs et des actions.

Principe 3 : Susciter un réel dialogue entre tous les acteurs.

  • Piste 6. Permettre l’expression des besoins et des particularités de chaque acteur ou catégorie d’acteurs.
  • Piste 7. Établir des modalités de communication adaptée.
  • Piste 8. Offrir un environnement favorisant l’établissement de collaborations ÉFC harmonieuses.

Principe 4 : Favoriser une participation de tous les acteurs.

  • Piste 9. Inclure l’enfant dans la collaboration ÉFC.
  • Piste 10. Prévoir les ressources nécessaires.
  • Piste 11. Diffuser de l’information et dispenser de la formation aux acteurs suivant leurs besoins.
  • Piste 12. Favoriser un partage équilibré des rôles et des responsabilités entre les acteurs.

[Quelques pistes d’intervention pour renforcer la collaboration école-famille-communauté au primaire]

 

[Pour consulter la recherche, www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/11326/448958/AP_2014-2015_LariveeS_rapport_ecole-famille-communaute.pdf.pdf/9a254d5f-da94-47fd-939c-d69f1419b2c5]

Suggestions de lecture

Dumoulin, C., Thériault, P. et Duval, J. (2012). Répertoire d’activités Collaboration École-Famille-Communauté. Chicoutimi, Québec : Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Repéré à www.crepas.qc.ca/userfiles/libraries/1352739503RepertoireCollaboEFC.pdf

D’Amours, V. (2010, 10 mai). CoeurÉaction – Un outil pour la mise en œuvre de partenariats école-famille-communauté. Repéré dans le site du Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) à http://rire.ctreq.qc.ca/2010/03/coeureaction-un-outil-pour-la-mise-en-oeuvre-de-partenariats-ecole-famille-communaute/

Référence

Larivée, S. J., Bédard, J., Couturier, Y., Kalubi, J.-C., Larose, F., Lude, P. et Blain, F. (2017). Les pratiques de collaboration école-famille-communauté efficaces ou prometteuses : synthèse des connaissances et pistes d’intervention (Rapport remis au FRQ-SC dans le cadre du programme Actions concertées). Repéré à www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/11326/448958/AP_2014-2015_LariveeS_rapport_ecole-famille-communaute.pdf.pdf/9a254d5f-da94-47fd-939c-d69f1419b2c5

Source de l’image : Pixabay/rawpixel

Dernière modification : 13 mai 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)