Les facteurs de motivation des parents à participer au suivi scolaire de leurs enfants

Lorsqu’il est question d’évoquer les meilleurs prédicteurs de la persévérance et de la réussite scolaire, tous les acteurs de l’éducation (chercheurs, enseignants, directeurs d’école, politiciens, etc.) s’entendent sur le rôle important que jouent les parents en ce qui concerne leur participation au suivi scolaire de leur enfant, et ce, tant à la maison qu’à l’école. Mais qu’est-ce qui motive réellement les parents à décider ou non de participer à ce suivi? C’est à cette question qu’ont essayé de répondre Deslandes et Bertrand (2004) dans une étude réalisée auprès de 1 227 parents d’élèves de la première à la sixième année du primaire.

Shutterstock

En tout, sept écoles primaires de la région de la Mauricie–Centre-du-Québec ont participé à cette étude, qui avait pour objectif de vérifier le premier niveau du modèle de Hoover-Dempsey et Sandler (1995, 1997) sur le processus de participation parentale.

Selon ce modèle, les parents décident de participer au suivi scolaire de l’enfant en fonction de la compréhension qu’ils ont de leur rôle parental, de leur sentiment de compétence et des invitations à participer de la part des enseignants. En effet, les parents sont plus en mesure de participer au suivi scolaire de leur enfant lorsqu’ils ont la perception que cette participation fait partir de leur rôle parental. De plus, ils sont plus susceptibles de s’engager dans le suivi scolaire de leur enfant lorsqu’ils sentent avoir les habiletés et les connaissances requises pour aider ce dernier dans sa réussite à l’école. Enfin, s’ils perçoivent que leur participation est à la fois souhaitée et importante pour aider leur enfant dans son cheminement scolaire, cela motive également leur engagement.

[L’implication des parents dans les devoirs]

Les résultats de l’étude de Deslandes et Bertrand (2004) montrent une différence entre les facteurs motivationnels de la participation parentale à la maison et à l’école. Pour ce qui est du suivi scolaire à la maison, le principal facteur dans la prise de décision reste le sentiment de compétence des parents lié à l’impact des efforts fournis pour favoriser la réussite scolaire de leur enfant. En ce qui concerne le suivi à l’école, leur décision de participer provient des invitations par les enseignants, d’une part, et de leur compréhension du rôle parental, d’autre part. Sur ce plan, les résultats restent identiques, peu importe les caractéristiques familiales et individuelles de l’enfant. À ce sujet, Deslandes et Bertrand (2004) apportent par ailleurs cette précision importante :

Si l’objectif consiste à influencer directement les résultats scolaires et les apprentissages de l’enfant, l’école et les enseignants doivent alors intervenir sur le sentiment de compétence parentale. Tout spécialement dans un contexte de réforme curriculaire, il apparaît crucial de mieux outiller les parents afin qu’ils soient en mesure de travailler avec leur enfant d’une façon efficace, afin qu’ils perçoivent les résultats positifs de leurs interventions.

Un des points fondamentaux à retenir ici réside certainement en cette possibilité – ou responsabilité – des enseignants d’inviter les parents, de façon signifiante et personnalisée, à jouer un rôle positif dans le cheminement scolaire de leur enfant. Ceci, afin que ces derniers puissent notamment reconnaître ce rôle comme unique, déterminant, privilégié.

[Comment les parents peuvent-ils favoriser la persévérance chez leurs enfants?]

Références

Deslandes, R. et Bertrand, R. (2004). Motivation des parents à participer au suivi scolaire de leur enfant au primaire. Revue des sciences de l’éducation, 30(2), 411-433. Doi : 10.7202/012675ar

Source de l’image : Shutterstock

Dernière modification : 26 mars 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 4,67 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)