La participation parentale dans la gouvernance scolaire

Selon la typologie d’Epstein, la participation parentale dans la réussite scolaire se présente sous six dimensions : (i) les rôles et compétences parentales; (ii) la communication entre l’école et la famille; (iii) le bénévolat à l’école; (iv) l’encadrement de l’enfant à la maison; (v) la participation aux prises de décision et au fonctionnement de l’école; (vi) la collaboration avec la communauté. Mais très souvent, cette participation des parents est réduite à l’accompagnement et au soutien scolaire dans les devoirs à la maison. Peu d’études évoquent leur participation aux prises de décision, notamment en ce qui concerne le fonctionnement de l’école.

 

Shutterstock/Jacob Lund

[Dossier thématique : la collaboration avec les parents]

Au Québec, les nombreuses modifications de la Loi sur l’instruction publique (LIP) depuis les années 70 ont conduit à une participation progressive des parents dans la gouvernance des instances décisionnaires des écoles (conseil d’établissement) et des commissions scolaires (conseil des commissaires et comité exécutif). Les parents jouissent désormais dans ces instances d’un statut particulier où leur rôle est passé d’un simple pouvoir consultatif à un pouvoir décisionnel avec droit de vote. Au conseil d’établissement, par exemple, ils participent aux prises de décision en tant que membres votants, et l’un d’eux est obligatoirement élu président de cette instance décisionnaire. Rappelons à ce sujet l’article 74 de la LIP :

Le conseil d’établissement analyse la situation de l’école, principalement les besoins des élèves, les enjeux liés à la réussite des élèves ainsi que les caractéristiques et les attentes de la communauté qu’elle dessert. Sur la base de cette analyse et en tenant compte du plan d’engagement vers la réussite de la commission scolaire, il adopte le projet éducatif de l’école, voit à sa réalisation et procède à son évaluation selon la périodicité qui y est prévue.

La commission scolaire, quant à elle, est administrée par un conseil des commissaires qui institue un comité exécutif. Les commissaires-parents sont aussi membres votants de ces instances décisionnaires de la commission scolaire. Cependant, les parents composent exclusivement soit ce qu’on appelle le comité de parents, soit l’organisme de participation des parents (OPP), soit le comité consultatif des services aux élèves handicapés et aux élèves en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (CCSEHDAA).

L’objectif, en associant les parents aux prises de décision concernant l’éducation de leurs enfants, est de rapprocher le lieu de l’action du lieu de la décision, afin de favoriser une gouvernance partenariale et démocratique de l’école.

Cette participation des parents dans la gouvernance scolaire est importante, car elle apparaît comme l’un des meilleurs prédicteurs de la réussite scolaire. De plus, comme elle montre l’intérêt que les parents portent à la réussite scolaire de leurs enfants, elle peut renforcer l’engagement scolaire de ces derniers et favoriser leur motivation à apprendre.

[Comment les parents immigrants soutiennent-ils leurs enfants sur le plan scolaire?]

Références

Deniger, M., Roy, G., Brouillette, V. et Berthelot, J. (2002). La nouvelle gouverne scolaire au Québec : acteurs et enjeux. Lien social et Politiques, (48), 115-127. Doi : 10.7202/007896ar

Deniger, M.-A., Larivée, S. J., Rodrigue, S. et Morin, M. (2013). Enquête sur les relations école-famille-communauté à la Commission scolaire de Montréal. Montréal, Québec : Commission scolaire de Montréal (Groupe de recherche sur l’éducation en milieux défavorisés).

Epstein, J. L. (2002). School, family, and community partnerships: your handbook for action (2e éd.). Thousand Oaks, Calif. : Corwin Press.

Fédération des comités de parents du Québec. (2003). Parent-commissaire, commissaire-parent (Fascicule 20). Repéré à www.fcpq.qc.ca/sites/24577/Outils/guides-references/comites-scolaires/Parent-commissaire%2C%20commissaireparent% 20FR.pdf

Source de l’image : Shutterstock/Jacob Lund

Dernière modification : 5 mars 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)