Comment cultiver les talents des enfants?

La recherche montre que les parents peuvent constituer l’un des plus importants facteurs qui influencent le développement d’un enfant et ses accomplissements futurs. D’ailleurs, de nombreuses personnes qui ont réussi brillamment dans leur vie professionnelle ou qui sont devenues des chefs de file dans leur domaine citent leurs parents comme le facteur ayant le plus contribué à leur réussite. Ce constat a été également confirmé par une étude de Kenneth A. Kiewra, professeur en psychologie de l’éducation à l’Université du Nebraska-Lincoln et auteur de Nurturing Children’s Talents. A Guide for Parents, et de certains de ses collègues. En examinant de nombreux cas d’étudiants très talentueux, de champions sportifs et d’artistes prodiges, ils ont découvert ce fil conducteur de presque toutes les réussites : les parents jouent un rôle essentiel dans l’atteinte du plein potentiel de leurs enfants.

Shutterstock/Rawpixel.com

On peut penser que le talent est inné. Pour le prouver, on raconte souvent, par exemple, l’histoire de Mozart, qui savait jouer du piano à trois ans et qui composait à cinq ans. Mais ce qu’on oublie de préciser, c’est que le père de Mozart était musicien, compositeur et professeur, qu’il a consacré une partie de sa vie à enseigner à son fils, qu’il l’a aidé à s’exercer pour améliorer son jeu et à atteindre la perfection. C’est donc après une quinzaine d’années d’exercices ardus et d’enseignement de haut niveau que Mozart, au début de la vingtaine, a réussi à produire son premier chef-d’œuvre. L’histoire de ce musicien d’exception nous apprend une chose : le talent n’est pas inné, il se développe; il s’inscrit dans un continuum d’apprentissage auquel les parents ne sont pas du tout étrangers, dans lequel ils jouent au contraire un rôle essentiel.

[Dossier thématique : la collaboration des parents]

Les conditions du succès

Ce que toute personne dans le monde peut apprendre, presque tout le monde peut l’apprendre si on lui fournit les conditions d’apprentissage appropriées.

Benjamin Bloom, psychologue

Kiewra a tenté d’établir la convergence des facteurs liés au développement des talents lorsque son propre fils a démontré un intérêt marqué pour les échecs dans son enfance. Il a découvert qu’une constellation de facteurs environnementaux déclenchés de manière synchrone aident à l’éclosion du talent et contribuent au succès global de l’enfant. Les résultats de ses recherches ont confirmé que si le développement des talents est bien lié à quatre facteurs – l’expérience précoce (early experience), l’accompagnement (coaching), l’exercice ou l’entraînement (practice) et la motivation (motivation) –, comme l’ont démontré d’autres études, les parents jouent un rôle central, voire essentiel, dans la mise en œuvre de ces quatre facteurs. Le dévouement parental constituerait donc le cinquième facteur lié au développement des talents.

  1. L’expérience précoce

Kiewra a observé que les « graines de talent » sont généralement semées tôt, et à la maison. Plus de 90 % des personnes interrogées par Kiewra et ses collègues ont en effet été initiées par leurs parents, avant l’âge de cinq ans, à l’activité ou au domaine dans lequel elles excellent. Pour certaines d’entre elles, leurs parents étaient eux-mêmes des artistes, des athlètes d’élite ou des entraîneurs. Pour d’autres, leurs parents ont su créer un milieu propice à l’épanouissement, ce qui a permis au talent de leur jeune d’éclore. Ce fut le cas d’Adora Svitak, une enfant écrivaine et présentatrice accomplie, qui a publié deux livres avant l’âge de 11 ans et fait des centaines de présentations internationales, dont une causerie TED vue par des millions de personnes.

  1. L’importance du coaching

Kiewra et son équipe ont constaté qu’afin de parfaire leur art ou leur sport, les enfants qui ont fait l’objet de leur étude avaient souvent été jumelés à des entraîneurs et instructeurs d’élite. Ils ont aussi remarqué que les progrès des enfants étaient encore plus grands quand les instructeurs incluaient les parents dans le processus d’apprentissage. Kiewra parle, par exemple, d’un professeur de musique, qui insistait pour que les parents assistent aux leçons des enfants, prennent des notes et renforcent les points modélisés durant la leçon pendant les exercices à la maison.

  1. La constance de l’exercice ou de l’entraînement

Le succès est également le résultat d’un entraînement ou d’exercices réguliers, qui suivent une planification précise basée sur de petits ajustements pour arriver à bien développer les habiletés ou techniques nécessaires à tel art, à tel sport ou à telle activité en cours de route. Dans ce long processus, l’implication des parents est essentielle pour garantir aux enfants le temps, les ressources et le soutien nécessaires à l’instauration d’une routine quotidienne en ce qui a trait au sport, à l’art, ou à l’activité qu’ils pratiquent.

  1. La motivation

Kiewra affirme que, contrairement à la perception populaire, le stéréotype des parents qui désirent pousser leur enfant pour leurs propres « bénéfices » n’existerait pas. Du moins, il n’a pas rencontré ce type de parents en effectuant ses recherches. Au lieu de cela, il a rencontré des enfants extrêmement motivés à apprendre, à vivre leur passion et qui demandaient l’aide de leurs parents pour réussir à atteindre leurs objectifs. D’ailleurs, des études ont montré que même si de nombreuses heures passées à s’exercer à un instrument de musique, par exemple, peuvent rendre un individu plus compétent dans la pratique de son art, c’est surtout sa passion profonde qui fait qu’il devient exceptionnel. Car cette passion, notamment, permet de garder des taux élevés de dopamine dans le cerveau. Rappelons que la dopamine est le principal neurotransmetteur émis dans le circuit de la récompense.

 Aucune des familles que j’ai étudiées ne s’attendait à ce que cela se produise. Les parents peuvent aider à piloter la voiture, mais ils ne peuvent pas fournir le carburant. Je n’ai jamais trouvé de parents envahissants, mais plutôt des jeunes qui demandaient davantage de ressources.

Kenneth Kiewra

[Traduction libre]

  1. Le dévouement parental

D’après les observations de Kiewra, les enfants qui ont atteint de hauts seuils de réussite ont eu la chance d’avoir des parents dont l’implication a été sans bornes. Ces derniers ont en effet nourri la motivation de leur enfant et l’ont maintenue par leur engagement à le soutenir. Ainsi, ils ont pris en main la gestion du parcours de leur enfant, des horaires et leçons pratiques aux préparatifs de transport en passant par la conception et la confection de vêtements (ex. : de sport). Beaucoup de ces parents ont fait d’énormes sacrifices pour que leur enfant s’accomplisse. À ce sujet, Kiewra relate que certains d’entre eux ont abandonné leur carrière, ou encore déménagé pour que leur enfant bénéficie du meilleur environnement d’apprentissage possible. Car il appert que le fait de réunir les enfants ayant des talents similaires dans un endroit où ils ont accès à des ressources et à un encadrement d’experts (ce que Kiewra appelle un centre d’excellence) les aide à performer. Bien entendu, on peut critiquer cet engagement total des parents, qui peuvent, au fil du temps, consacrer à leur enfant énormément de ressources et de temps. Kiewra soutient que, sans ce dévouement, certains enfants seraient malheureux; de plus, la société ne « profiterait » pas de certains des avantages exceptionnels que ces talents lui « procurent ».

[Comment les parents peuvent-ils favoriser la persévérance chez leurs enfants?]

Détecter le talent

Lorsqu’on a demandé à Kiewra comment les parents pouvaient détecter le talent de leur enfant, le chercheur a déclaré qu’il ne semblait pas vraiment y avoir de formules magiques ni de résultats garantis. Certains enfants peuvent réaliser des choses incroyables et d’autres, pas vraiment. L’essentiel serait en fait d’initier les enfants à une variété d’expériences pour découvrir ce qui les intéresse. Puis, quels que soient leurs goûts, leurs champs d’intérêt ou leur passion, il s’agirait de nourrir leurs aptitudes, leur talent ou leur passion, et d’apporter un soutien parental en tout temps.

Les enseignants jouent également un rôle important dans la détection des talents chez les enfants, explique Kiewra. En effet, il existe de nombreux cas où les enfants peuvent manifester leur intérêt pour quelque chose dans un cadre scolaire; des enseignants peuvent découvrir, chez un enfant, un talent dont les parents n’ont pas encore pris conscience. Une bonne communication entre enseignants et parents s’avère donc très importante.

[L’intérêt au service de l’apprentissage]

L’approche adoptée par Kiewra et ses collègues dans leur étude comporte toutefois certaines limites. Par exemple, les parents interrogés étaient presque tous des Américains de race blanche appartenant à la classe moyenne ou supérieure. La portée de l’étude ne permettait pas non plus d’examiner en profondeur les influences culturelles sur le rôle parental. C’est pourquoi Kiewra et son équipe ont l’intention de poursuivre leurs recherches en enquêtant sur cette dimension, ainsi que sur la manière dont les études à distance (ex. : les cours en ligne) et les outils technologiques favorisent le développement des talents des enfants prometteurs.

Encourager le talent académique

Kenneth Kiewra applique maintenant ce qu’il a appris au cours de ses années de recherche pour conseiller les parents et les éducateurs sur la manière de faciliter la réussite académique. Sa méthode, appelée SOAR, implique quatre processus d’apprentissage principaux :

1.     « Sélectionner » l’apprentissage (Selecting Learning);

2.      « Organiser » l’apprentissage (Organizing Learning);

3.      « Associer » l’apprentissage (Associating Learning);

4.      « Réglementer » ou normaliser l’apprentissage (Regulating Learning).

Kiewra affirme que les élèves qui suivent ces étapes surmontent les problèmes d’apprentissage, s’engagent dans un traitement en profondeur et efficace et créent des liens personnels.

Sois intéressé par l’apprentissage, montre une passion pour l’apprentissage. Tout ne se passe pas à l’école.

[Traduction libre]

Pour lui, c’est en démontrant eux-mêmes de l’intérêt pour l’apprentissage et en étant des modèles que les parents aident leurs enfants à devenir des apprenants actifs, et ce, pour toute la vie. Ce serait donc la combinaison entre passion de l’enfant et soutien parental qui permettrait à l’enfant de développer un grand talent.

 

[Pour consulter l’étude de Kiewra, Witte, Kason et Perry intitulée Parenting Talent: A Qualitative Investigation of the Roles Parents Play in Talent Development : https://bit.ly/2IU6LmC]

 

Références

Kiewra, K. A. (2019, 11 février). 5 ways to develop children’s talents. Repéré dans le site Web du magazine The Conversation à https://theconversation.com/5-ways-to-develop-childrens-talents-111041

Kiewra, K. A. (2018). The Important Role of Parents in Nurturing their Child’s Talents. Repéré à www.ctd.northwestern.edu/fall-2018-talent-newsletter#main-article

Kiewra, K. A. (2018). How Parents Help Children Develop Talent. Repéré à http://cyfs.unl.edu/ecs/2018/downloads/presentations/KennethKiewra_How-Parents-Help-Children-Develop-Talent.pdf

Jairam, D., Kiewra, K. A. et Ganson, K. (2012). The SOAR Study System: Theory, Research, and Implications.

Witte, A. L., Kiewra, K. A., Kasson, Sarah, C., Perry, K. R. (2015). Parenting Talent: A Qualitative Investigation of the Roles Parents Play in Talent Development.

 

Source de l’image : Shutterstock/Rawpixel.com

Dernière modification : 6 mars 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Un commentaire

  1. Par Lise Pelletier le 9 mars 2019 à 11:30

    Toujours très intéressant!…

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)