Utilisons-nous seulement 10 % de notre cerveau?

Parmi les croyances populaires, l’une veut que nous n’utilisions pas notre cerveau à son plein potentiel. Est-ce un mythe ou une réalité?

 

pratique réflexive

Shutterstock/ESP Professionnal

Traduit et adapté par Anne-Marie Grondin

[Les neuromythes en éducation]

Le cerveau est complexe et mystérieux, et c’est probablement la raison pour laquelle il existe tant de mythes à son sujet. Tout le monde a déjà eu, à un moment dans sa vie, de la difficulté à se rappeler une information importante ou à comprendre un problème complexe. Ces situations peuvent donner l’impression que nous n’avons pas accès à l’entièreté de notre cerveau, ce qui nous empêcherait parfois d’atteindre notre plein potentiel.

Pourtant, cette fameuse croyance n’est en fait qu’un mythe. Nous utilisons bien toutes les régions de notre cerveau, sauf lorsque celui-ci est touché par une maladie

Les origines du mythe

D’après les chercheurs, ce mythe existerait depuis le début du XXe siècle et résulterait d’une mauvaise compréhension de la recherche en neurologie. Il proviendrait vraisemblablement du psychologue et philosophe William James, qui a écrit dans The Energies of Men en 1908 : « Nous n’utilisons qu’une petite partie de nos ressources mentales et physiques possibles. » (Traduction libre)

Le mythe s’est perpétué, et on l’utilise aujourd’hui de plusieurs façons. Dans les films, par exemple, des personnages effectuent de formidables exploits grâce à une partie de leur cerveau soudainement accessible. Dans d’autres domaines, des personnes bien intentionnées comme les enseignants ou les motivateurs peuvent également se servir de ce mythe pour encourager les gens à atteindre leur plein potentiel. Les moins bien intentionnées s’en servent néanmoins pour vendre des produits qui permettent soi-disant l’accès à des habiletés cachées.

[Mieux connaître le cerveau pour mieux enseigner]

Démystifier le mythe du 10 %

Voici cinq raisons qui expliquent pourquoi ce mythe est faux, selon des neuroscientifiques.

  1. Des images du cerveau montrent que les activités de la vie quotidienne (ex. : parler, marcher et écouter de la musique) entraînent l’activation de presque chaque région du cerveau.
  2. Si ce mythe était vrai, une lésion au cerveau n’aurait aucune incidence. Pourtant, il y a des conséquences à l’atteinte de toute partie du cerveau.
  3. L’évolution ne nous doterait pas d’un aussi gros cerveau, alors qu’on n’en utiliserait qu’une faible proportion (10 %).
  4. L’utilisation du cerveau requiert 20 % de l’énergie de notre corps. Utiliser autant de ressources pour une proportion aussi infime du cerveau n’aurait pas de sens.
  5. L’imagerie cérébrale montre qu’aucune aire du cerveau n’est complètement inactive.

 

[Consulter l’article : https://www.verywellmind.com/10-percent-of-brain-myth-2794882]

Référence
Cherry, K. (2018). The 10 Percent of Brain Myth. Repéré dans le site Verywell Mind à www.verywellmind.com/10-percent-of-brain-myth-2794882

Source de l’image : Shutterstock/ESB Professionnal

Dernière modification : 12 novembre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. […] Source : Utilisons-nous seulement 10 % de notre cerveau? – RIRE — RIRE […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)