Des groupes de discussion pour développer en classe les habiletés de communication des élèves

Dans un article publié dans le site Web Edutopia, Kasey Short, une enseignante de la Caroline du Nord, propose différentes stratégies pour que les discussions en classe soient gagnantes, autant les discussions en petit groupe que celles auxquelles participent tous les élèves d’une même classe. Les recommandations de Short peuvent s’appliquer dans la pratique dès la 3e année du primaire, et ce, jusqu’à la fin du secondaire. Elle croit entre autres que la mise en place de ces stratégies peut améliorer l’environnement social de la classe tout en favorisant le développement des habiletés de communication des élèves.

Shutterstock/Monkey Business Images

par France Dumais

 [La communication orale : pourquoi et comment l’enseigner?]

Des discussions en petit groupe

En classe, les discussions en petit groupe peuvent permettre aux élèves de parler et de réfléchir dans l’immédiat à propos de leur processus d’apprentissage. C’est l’enseignant qui « oriente » la discussion, laquelle commence généralement par quelques secondes de silence, ce qui permet aux élèves de se concentrer sur ce qu’ils auront à dire. Puis, l’enseignante rappelle à ses élèves des formules telles que « je pense que » ou « je me demande si » pour les aider à bien démarrer la conversation. Short recommande l’utilisation de deux stratégies de communication guidée, qui donnent aux élèves l’occasion de se déplacer dans la classe pour discuter de leurs idées et de leurs opinions avec leurs pairs et réfléchir sur leur réussite scolaire, et la discussion tournante (revolving discussion).

  1. L’échange d’idées
    Pour mettre en œuvre cette première stratégie de communication, Short recommande de répartir la classe en groupes de trois à cinq élèves et d’attribuer à chaque groupe un emplacement précis (« de départ ») dans la classe. Une fois cela fait, chaque groupe discute d’un aspect particulier de la leçon à apprendre, à partir d’une question que l’enseignante aura déjà préparée. L’enseignante doit prévoir autant de questions sur la leçon qu’il y a de groupes formés pour l’occasion.

L’échange d’idées peut prendre des formes variées. Par exemple, une fois que l’enseignante a attribué à chaque élève sa place dans un groupe, elle peut demander à chaque groupe de se déplacer dans la classe pour discuter de l’ensemble des questions choisies. Les élèves peuvent prendre des notes individuelles à chaque étape de l’échange, qui peut se faire en un seul jour ou pendant plusieurs jours. L’enseignante détermine la durée de l’échange en fonction de l’âge des élèves et du sujet à aborder.

À l’instar d’un échange d’idées sur une leçon, l’enseignante pourrait aussi décider d’orienter les discussions des élèves sur des sujets qui les intéressent plus particulièrement ou sur des « données d’évaluation » (pre-assessment data).

  1. La discussion tournante
    Cette seconde stratégie de communication consiste à regrouper les élèves en deux cercles, l’un à l’intérieur de l’autre, pour que chaque élève d’un cercle puisse faire face à un élève de l’autre cercle (les enfants sont assis en rond). L’enseignante pose alors une question ouverte qui exige des élèves qu’ils exercent leur esprit critique. La discussion peut durer de une et trois minutes selon l’âge des élèves et le sujet choisi. Une fois ce temps écoulé, l’enseignante demande aux élèves de se déplacer de manière à se trouver face à un élève différent. De cette façon, chaque enfant peut poursuivre la discussion avec un autre de ses pairs, à partir soit de la même question, soit d’une nouvelle question. L’enseignante doit prévoir le temps nécessaire pour que les élèves puissent aborder tout le contenu inhérent à chaque discussion.

Des discussions avec toute la classe

Pour des discussions auxquelles participent tous les élèves d’une classe, Short recommande de choisir l’une ou l’autre des trois activités suivantes : le séminaire, le sommet ou le débat. Les discussions gagnantes comportent un « sujet de départ », des modalités claires sur la ou les façons de discuter ses idées et un temps suffisant pour permettre aux élèves d’avoir confiance en leur jugement et en leurs propres connaissances sur le sujet à traiter.

  1. Le séminaire
    Cette activité permet à tous les élèves d’une classe d’échanger des idées et des questions entre eux sur un sujet sans avoir à lever la main. L’enseignante peut cependant demander aux élèves de lever la main avant de prendre la parole si elle juge que c’est judicieux.
  2. Le sommet
    Cette activité offre l’occasion aux élèves de s’exercer à la collaboration et à la résolution de problèmes. D’abord, l’enseignante pose aux élèves des questions ouvertes ou leur présente des problèmes à résoudre. Puis, les élèves développent et expriment des idées. Enfin, ils décident ensemble des idées ou des solutions à retenir, soit celles qui s’avèrent les meilleures. Autrement dit, la classe doit parvenir à un consensus.
  3. Le débat
    Cette activité permet à deux parties adverses (deux groupes d’élèves) de s’affronter sur différents sujets durant une période de temps déterminée par l’enseignante. Pour chaque élève, il s’agit d’émettre des opinions basées sur des faits et de débattre et de discuter de façon respectueuse avec ses pairs. Avant le débat, chaque élève se voit assigner une place dans un des deux groupes (parties adverses). Durant le débat, chaque élève a deux minutes pour donner des arguments et des contre-arguments de façon spontanée, jusqu’à ce que tous les élèves de la classe aient pris la parole. L’enseignante doit s’assurer de donner la parole alternativement à l’une et à l’autre partie.

[Enseigner l’art d’argumenter par le dialogue]

 En offrant aux élèves du temps cohérent et structuré pour qu’ils participent à des conversations collaboratives, on peut améliorer l’environnement général de la classe. Une fois que l’on remplace le besoin de les faire asseoir en silence par des occasions de les faire discuter du contenu d’un cours, le nombre de conversations hors sujet diminue. Les discussions en petits groupes ou avec la classe entière peuvent représenter de telles occasions.

 

[Consulter l’article]

Référence :

Short, K. (2018). More Talking in Class, Please. Strategies for facilitating small group and whole class conversations with students in grades 3 to 12. Repéré dans le site Edutopia à www.edutopia.org/article/more-talking-class-please

Source de l’image : Shutterstock/Monkey Business Images

Dernière modification : 31 octobre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)