Les effets des vagues de chaleur sur les fonctions cognitives

Les vagues de chaleur ont des conséquences dévastatrices pour la santé publique dans le monde. Mais qu’en est-il de leurs effets sur la qualité des environnements de travail et d’apprentissage?

Shutterstock / Tom Wang

Des chercheurs de l’Université d’Harvard se sont intéressés à l’impact des températures intérieures élevées dans les écoles sur la cognition. Ils ont étudié les liens entre les conditions environnementales à l’intérieur, l’exposition à la chaleur, le sommeil et les fonctions cognitives de jeunes adultes sur un campus universitaire avant, pendant et après une vague de chaleur durant l’été 2016.

Il existe des preuves que nos cerveaux sont sensibles aux anomalies de température.

Joe Allen, codirecteur du Centre pour le climat, la santé et l’environnement mondial

L’étude

Les chercheurs ont suivi 44 étudiants, âgés de 20 ans en moyenne, d’une université de la région urbaine le Grand Boston, de l’État du Massachusetts aux États-Unis. La moitié de ces étudiants vivaient dans des bâtiments munis d’une climatisation centrale, où la température de l’air intérieur était en moyenne de 21 °C, contre 27 °C pour l’autre moitié des étudiants. Deux tests de cognition ont été envoyés quotidiennement aux étudiants pendant une période de 12 jours, du 9 au 20 juillet 2016, pour évaluer l’attention sélective et la vitesse de traitement, d’une part, et la vitesse cognitive ainsi que la mémoire de travail, d’autre part. Les étudiants devaient effectuer ces tests juste après leur réveil, de sorte que les chercheurs n’ont pu évaluer si les effets observés le matin se poursuivaient pendant le reste de la journée.

[Comprendre les fonctions exécutives]

Les résultats

Les résultats, publiés dans le site Web PLOS Medicine, peuvent surprendre, mais ils corroborent un nombre croissant de preuves qui documentent les effets de la chaleur sur les fonctions cognitives et la performance à la fois dans les écoles et dans les lieux de travail. En effet, les étudiants qui se trouvaient dans les bâtiments non climatisés affichaient un temps de réaction plus lent : ils étaient 13 % moins performants pour les tests de calculs arithmétiques de base. Leur capacité de traitement était aussi affectée avec un temps de réaction inférieur de 10%.

 

Je pense que c’est un peu comme la grenouille dans l’eau bouillante. Il y a une augmentation lente, régulière – en grande partie imperceptible – de la température, et vous ne réalisez pas que cela a un impact sur vous.

Joe Allen

Les conséquences sur le rendement scolaire sont donc importantes. L’étude comprend aussi une analyse des résultats d’étudiants de New York qui passent une série d’examens de niveau secondaire. Dans cette étude, l’auteur, R. Jisung Park, professeur adjoint à l’Université de Californie à Los Angeles, écrit qu’un écart de 10 °C lors de la passation d’un examen (22 °C contre 32 °C) conduit à une probabilité inférieure de 10,9 % de réussite, ce qui a évidemment des effets négatifs sur la diplomation.

[L’impact du manque de sommeil sur le cerveau des adolescents]

Il y a encore beaucoup à apprendre sur la manière dont notre cerveau et notre corps réagissent à la chaleur. Toutefois, ces études semblent prouver que les chaleurs extrêmes peuvent fortement influencer notre productivité et nos capacités d’apprentissage. Ces résultats soulignent donc l’importance d’intégrer des mesures d’adaptation durables dans les écoles et les lieux de travail afin de préserver la qualité de l’environnement d’apprentissage et la productivité économique dans un contexte de changements climatiques.

[Consulter la recherche]

 

Référence

Cedeno Laurent, J. G., Williams, A., Oulhote Y., Zanobetti, A., Allen, J. G. et Spengler, J. D. (2018). Reduced cognitive function during a heat wave among residents of non-air-conditioned buildings: An observational study of young adults in the summer of 2016. Repéré à www.kqed.org/mindshift/51680/heat-making-you-lethargic-research-shows-it-can-slow-your-brain-too

 

Source de l’image : ShutterstockTom Wang

Dernière modification : 11 septembre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)

..