Comment guider les élèves dans l’apprentissage de l’écriture et de la rédaction?

Le développement des capacités rédactionnelles des élèves constitue un des objectifs principaux de tous les milieux scolaires. Toutefois, les élèves éprouvent toujours des difficultés concernant certains aspects de la communication écrite, et une partie des enseignants québécois constate même une régression sur ce plan. Même son de cloche en France, où le Conseil national d’évaluation du système scolaire (CNESCO) vient de publier un bilan scientifique et des recommandations sur les pratiques d’écriture de leurs élèves.

Publié à la suite d’une conférence organisée par le CNESCO et l’Institut français de l’éducation (IFÉ), le dossier de synthèse intitulé Écrire et rédiger. Comment guider les élèves dans leurs apprentissages? offre un bilan complet des capacités rédactionnelles et des pratiques d’écriture des élèves français.

[Le rapport à la lecture et à l’écriture des élèves du primaire et du secondaire]

Écrire c’est, tout à la fois, maîtriser un geste physique et technique (graphier), maîtriser une langue et sa construction (l’orthographe, la grammaire…), mobiliser des connaissances, construire une pensée structurée, être créatif… Autant de dimensions de l’écriture qui méritent d’être apprises, d’être pratiquées et donc d’être enseignées.

Les constats

Les discussions entre les enseignants, les intervenants scolaires et les chercheurs ont permis d’établir quelques constats sur l’écriture en contexte scolaire. Il semble que les élèves développeraient un très faible attrait pour l’écriture, peu importe la discipline, et qu’ils éprouveraient des difficultés orthographiques significatives.

[Dossier thématique : Comment soutenir les élèves en difficulté en français?]

L’analyse des pratiques effectuée lors de cette conférence organisée par le CNESCO et l’IFÉ a mis en lumière le fait que, dès l’école primaire, les élèves passent environ deux fois plus de temps à faire des activités d’apprentissage en lecture qu’en écriture.

Le dossier du CNESCO dresse un diagnostic complet sur les acquis des élèves, les pratiques enseignantes et leur efficacité, les évolutions des modèles d’enseignement, la place de l’écrit dans les manuels scolaires, l’écrit et le numérique et les apprentissages de l’écrit. 

[Stratégies en lecture et en écriture]

Les recommandations du jury

Le jury de la conférence était constitué de 19 acteurs du terrain représentant un large éventail d’intervenants scolaires (enseignants, élèves, parents, directeurs, conseillers pédagogiques, etc.). Ils ont formulé dix recommandations phares pour éclairer les enseignants et les personnes responsables de la formation de ces derniers quant aux « difficultés des élèves en rédaction, à la grande diversité des pratiques enseignantes et au manque de formation des enseignants dans ce domaine ». Voici les dix recommandations en question :

  1. Faire écrire les élèves dès l’école maternelle;
  2. Former les élèves à l’usage du clavier, tout en continuant d’écrire à la main;
  3. Entraîner fréquemment les élèves à rédiger;
  4. Utiliser le brouillon comme un outil permettant de construire librement sa pensée;
  5. Faire de l’écriture une activité collective;
  6. Faire écrire les élèves sur des textes variés et dans toutes les matières;
  7. Équilibrer et articuler l’enseignement de la production de textes avec l’étude de la langue;
  8. Exploiter le numérique dans les séquences pédagogiques liées à l’activité d’écriture;
  9. Exploiter les pratiques d’écriture des élèves à la maison;
  10. Former tous les enseignants.

[Consulter le bilan]

Référence

CNESCO. (2018). Écrire et rédiger. Comment guider les élèves dans leurs apprentissages? (Dossier de synthèse). Repéré à www.cnesco.fr/wp-content/uploads/2018/04/180411_Dossier-synthese_CC_Ecrire_rediger.pdf

Dernière modification : 9 juillet 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. Par Janine Bouchard le 9 juillet 2018 à 11:04

    trop d’étude de listes de mots de vocabulaire inlassablement sans identification de nom , verbe, adjectif…Les jeunes ne font pas le lien avec les exercices et les situations d’écriture qui se retrouvent souvent en examen…

    Manque de pratique de situations d’écriture à tous les jours en y appliquant le vocabulaire,

    Manque de temps durant la semaine pour faire vivre à l’enfant une structure de lecture, d’oral et d’écrtiture.

    Les programmes sont conçus avec une quantité d’applications sans appuyer vraiment l’écrit sauf en exercices .Il faut installer toute la fonction de l’écrit…l’étude des mots comme elle se vit actuellement est une erreur,,,

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)