Les élèves consacrent-ils suffisamment de temps à l’apprentissage?

Les intervenants en milieu scolaire cherchent constamment des idées et des solutions pour améliorer les performances des élèves. Pour ce faire, ils s’inspirent notamment des pratiques de pays « premiers de classe » aux tests PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), comme la Finlande et Singapour. L’un des aspects étudiés pour améliorer les performances des élèves est l’organisation du temps scolaire. C’est d’ailleurs la thématique du 4e symposium sur le transfert des connaissances en éducation organisé par le CTREQ, qui aura lieu le 17 avril 2019 à l’Université Laval.

©Sarah Horrigan

En 2015, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiait un article intitulé Les élèves consacrent-ils suffisamment de temps à l’apprentissage?. Cet article, qui résultait d’une étude menée par des chercheurs liés au PISA, posait la question suivante : « l’augmentation du temps d’apprentissage favorise-t-elle la fatigue, l’ennui et le surmenage, ou bien au contraire l’amélioration de la productivité et l’efficacité de l’apprentissage? ».

Pour y répondre, des élèves des pays de l’OCDE avaient été questionnés sur trois points :

  1. Le nombre de minutes et de périodes passées en classe chaque semaine;
  2. Le nombre de périodes consacrées à chacune des matières;
  3. Le nombre d’heures par semaine consacrées aux devoirs, aux cours supplémentaires et à l’étude personnelle.

À l’école, il faut du temps pour permettre aux enseignants et aux élèves de couvrir le programme, de revoir les notions, de faire et de recevoir des commentaires, et d’effectuer des activités pratiques, [mais] il ne suffit pas d’augmenter uniquement le temps d’apprentissage.

Temps consacré à l’apprentissage des matières fondamentales

En moyenne, en excluant les fins de semaine et les heures de sommeil, les élèves des pays de l’OCDE consacrent 44 heures de leur temps à l’apprentissage (55 %). Les élèves de certains pays comme la Chine, la Thaïlande ou les Émirats arabes unis emploient jusqu’à 65 % de leur temps à l’apprentissage, alors que les élèves de pays comme l’Uruguay, la Finlande ou la Suisse consacrent moins de la moitié de leur temps à l’apprentissage.

[Activités parascolaires : une route vers l’université]

Ces grandes différences ne résident toutefois pas dans le temps passé en classe, mais bien dans le temps consacré à l’apprentissage en dehors de l’école. Par exemple, sur 58 heures d’apprentissage aux Émirats arabes unis, 17 heures sont consacrées à l’apprentissage en dehors des journées de classe. Les élèves finlandais, en comparaison, consacrent seulement 5 heures à l’apprentissage (sur 36 heures) à l’extérieur du cadre scolaire.

[Dossier thématique : Pour soutenir une réflexion sur les devoirs]

 Les élèves de 15 ans n’ont indiqué consacrer au moins la moitié de leur horaire de cours à l’apprentissage des matières scolaires fondamentales (langues, mathématiques et sciences) que [dans cinq] systèmes d’éducation : en Chine (50 %), aux Émirats arabes unis (52 %), à Singapour (52 %), au Canada (55 %) et au Chili (62 %).

Plus de temps scolaire, meilleurs apprentissages?

L’analyse des données résultant du questionnaire adressé aux élèves de l’OCDE révèle que plusieurs d’entre eux (plusieurs pays) obtiennent des résultats supérieurs à la moyenne de l’OCDE, et ce, qu’ils consacrent beaucoup de temps à l’apprentissage ou non. Par ailleurs, plusieurs pays qui consacrent beaucoup d’heures à l’apprentissage obtiennent, à l’inverse, des résultats en deçà de la moyenne. De l’examen de ces résultats, les auteurs de l’étude ont tiré quatre conclusions :

  1. L’allongement du temps d’étude ne se traduit pas nécessairement par de meilleurs résultats d’apprentissage;
  2. Le temps d’apprentissage à l’école est plus efficace que le temps à l’extérieur de la classe;
  3. Il est très difficile de statuer sur un nombre d’heures optimales, mais les systèmes d’éducation devraient avant tout prendre en considération le maintien d’un bon équilibre de vie chez leurs élèves;
  4. Des efforts peuvent être mis pour améliorer la productivité du temps d’apprentissage à l’école.

[Consulter l’article]

OCDE. (2018). Les élèves consacrent-ils suffisamment de temps à l’apprentissage? PISA à la loupe no 73. Repéré en ligne : https://www.oecd-ilibrary.org/content/paper/3d34ac7b-fr

Dernière modification : 19 juin 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. Par Caroline Harpin le 20 juin 2018 à 20:14

    Bonjour,

    Cet article est fort intéressant. Est-ce possible de me préciser si les méthodes d’enseignement sont semblables dans les pays comparés? Les études démontrent également une corrélation entre l’enseignement efficace et la réussite éducative (par ricochet l’ancrage des apprentissages). Merci.

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)