La résolution collaborative de problèmes : les données du PISA

Le monde évolue à une vitesse ahurissante. Plusieurs chercheurs s’entendent pour dire que le milieu de l’éducation accuse un retard significatif qui pourrait avoir de graves conséquences sur l’intégration des élèves dans la société de demain. Pour rester à l’avant-plan en matière d’apprentissage et d’innovation, ces chercheurs ont reconnu plusieurs compétences essentielles du 21e siècle, dont la pensée critique, la créativité et la résolution de problèmes. (UNESCO, 2015)

apprentissage-coopératif

Shutterstock / Konstantin Chagin

Pionnière dans l’évaluation des compétences du 21e siècle, une étude PISA (de l’anglais Programme for International Student Assessment) publiée récemment visait à analyser la compétence suivante : « la capacité des élèves à travailler à plusieurs pour résoudre des problèmes ». L’étude a aussi permis d’effectuer une comparaison internationale ainsi qu’un examen du rôle de l’éducation dans le développement de cette compétence grâce à la participation d’une cinquantaine de pays.

La résolution collaborative de problèmes constitue une compétence prisée par les milieux professionnels, qui cherchent des gens en mesure de résoudre des problèmes complexes avec leurs collègues à l’ère de la robotisation des emplois. Toutefois, pour les élèves comme pour les professionnels, la collaboration reste un défi de taille, où l’équité, la créativité et les relations interpersonnelles peuvent rapidement devenir des obstacles.

[Intégrer les compétences du 21e siècle dans l’enseignement des sciences et de la technologie]

Survol des résultats

Voici quelques-uns des résultats obtenus relativement à la résolution collaborative de problèmes dans le cadre scolaire actuel :

  • Vingt-huit pour cent des élèves sont incapables de résoudre des problèmes collaboratifs ou résolvent uniquement des problèmes simples;
  • Huit pour cent des élèves sont très performants, ce qui s’observe par leur capacité à veiller à la dynamique de groupe, aux rôles des membres de l’équipe et aux conflits interpersonnels, en plus de contribuer au processus de la résolution du problème posé;
  • Les élèves de milieux socio-économiques favorisés ne se démarquent pas des élèves des milieux défavorisés en ce qui concerne leur capacité à travailler en équipe de façon productive, contrairement aux résultats qu’ils obtiennent aux tests en science, en compréhension de l’écrit et en mathématiques;
  • Les filles obtiennent de meilleurs résultats que les garçons en résolution collaborative de problèmes, alors qu’une étude de 2012 montre que les garçons devancent les filles en ce qui a trait à la résolution de problèmes de façon individuelle;
  • Les filles valorisent davantage l’aspect relationnel alors que les garçons valorisent de façon plus marquée le travail en équipe.

Constat du rapport PISA

La mise en relation des résultats des élèves et des questionnaires auxquels ils ont répondu montrent que certains facteurs (l’activité physique, la participation aux tâches ménagères à la maison, l’utilisation des espaces de discussions et des médias sociaux, un climat scolaire positif, l’absence d’intimidation à l’école et le sentiment d’être traité de façon équitable par l’enseignant) influencent positivement la résolution collaborative de problèmes. À l’inverse, celle-ci est négativement corrélée avec l’utilisation des jeux vidéo.

Les responsables politiques doivent examiner les avantages et les inconvénients de chacune de ces activités […] ainsi que leur incidence sur les compétences de collaboration des enfants et la capacité de ces derniers à les mettre au service de la résolution de problèmes.

Pour permettre aux garçons d’atteindre le niveau de performance de leurs comparses féminines, les auteurs de l’étude PISA recommandent aux écoles d’encourager l’ouverture aux autres chez les garçons, notamment pour les amener à s’intéresser aux points de vue des autres et à aimer voir la réussite de leurs collègues.

L’école doit aider tous les élèves – garçons ou filles – qui ont des difficultés à nouer avec les autres des relations saines, positives et mutuellement bienveillantes.

[Le rôle de la compétence émotionnelle dans la réussite scolaire]

Malheureusement, plusieurs élèves se sentent toujours isolés, harcelés ou traités de façon injuste par leurs enseignants. Pour favoriser le développement de compétences collaboratives et briser l’isolement de certains élèves, les écoles sont appelées à organiser des activités pour encourager les relations sociales et pour former les enseignants à la gestion de classe et l’ensemble du personnel, à une approche préventive du harcèlement.

[Guide d’implantation d’habiletés sociales]

[Consulter l’article]

Références

Girard, M.-A. (2017). Compétences du 21e siècle et innovation en éducation. Repéré sur le site du magazine numérique L’École branchée à https://ecolebranchee.com/2017/12/21/competences-21e-siecle-innovation-education/

OCDE. (2017). Résolution collaborative de problèmes. PISA à la loupe, (78), Paris : Éditions OCDE. Repéré à http://dx.doi.org/10.1787/867aae44-fr.

OCDE. (2016). Résultats du PISA 2015 (Volume II) : Politiques et pratiques pour des établissements performants. Paris : PISA, Éditions OCDE. Repéré en ligne à https://read.oecd-ilibrary.org/education/resultats-du-pisa-2015-volume-ii_9789264267558-fr#page4

UNESCO. (2015). Les apprentissages de demain 2 : Quel type d’apprentissage pour le XXIe siècle? Organisation des Nations Unies pour l’éducation la science et la culture. Repéré en ligne à http://unesdoc.unesco.org/images/0024/002429/242996F.pdf

Ananiadou, K. et Claro, M. (2009). 21st Century Skills and Competences for New Millennium Learners in OECD Countries. OECD Education Working Papers, (41), Paris : OECD Publishing. Repéré à http://dx.doi.org/10.1787/218525261154

 

Dernière modification : 10 mai 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. Par Lorraine Laliberté le 23 mai 2018 à 16:49

    Merci! Pistes de réflexion!

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)