Les conséquences d’un trouble du langage oral sur la réussite scolaire

Tous les enseignants peuvent avoir à intervenir auprès de jeunes qui présentent un trouble de langage oral. Or, quelles solutions envisager pour minimiser les conséquences des difficultés langagières sur la réussite scolaire? Des chercheurs se sont intéressés à cette question et proposent des pistes de solution pour soutenir les élèves et outiller les enseignants.

vocabulaire

Shutterstock/Ollyy

Dans un article publié sur le blogue de vulgarisation scientifique Parlons Apprentissage, Michèle Minor-Corriveau, professeure en orthophonie à l’Université Laurentienne, en Ontario, aborde cette question : les impacts d’un trouble du langage oral. Basé sur des données probantes, son billet présente un aperçu des conséquences de ce trouble sur la santé, sur la vie sociale et sur la réussite scolaire. Il présente également des pistes de solution pour maximiser les interventions auprès des enfants qui présentent un tel trouble.  

Depuis de nombreuses années, on documente les liens entre le langage oral et le langage écrit. On sait notamment que les difficultés langagières peuvent affecter la réussite dans toutes les matières scolaires. Les résultats de recherche suivants témoignent des impacts majeurs d’un trouble de langage oral sur le parcours scolaire.

  • Les élèves qui ont éprouvé des difficultés langagières à l’oral au niveau préscolaire risquent d’éprouver des difficultés langagières à l’écrit, et ce, même si les difficultés se sont résorbées avant la rentrée scolaire.
  • Selon plusieurs études, 40 à 75 % des élèves qui ont des difficultés langagières à l’oral ont aussi des difficultés liées à l’apprentissage de la lecture.
  • Selon Connie Juel (1988), la probabilité qu’un élève faible en lecture en première année du primaire demeure en difficulté en quatrième année est de 88 %.
  • Le développement de l’expression écrite se trouve souvent considérablement retardé chez les élèves qui ont des difficultés associées au langage oral.

 

Enseigner auprès d’élèves ayant des difficultés langagières ou un trouble du langage
[Dossier thématique]

 

 Il est impératif de trouver des solutions permettant aux élèves présentant un trouble de langage de maximiser leur potentiel en rehaussant leurs habiletés langagières orales pour que leurs compétences écrites se traduisent par une réussite scolaire accrue.

 

Des pistes de solution

Selon Minor-Corriveau, les habiletés reconnues pour favoriser le développement du langage oral et écrit sont les suivantes :

  • Conscience phonologique;
  • Répertoire lexical suffisamment varié (vocabulaire);
  • Connaissance de la structure des mots, des phrases et des textes;
  • Compréhension et inférence.

L’auteure présente diverses activités qui permettent de stimuler le développement de ces habiletés tout en intégrant des stratégies fondées sur des faits scientifiques. Selon cette chercheure, une des façons de maximiser le développement des habiletés langagières en salle de classe consisterait en ceci :

De fortes habiletés en conscience phonologique (conscience des syllabes, des sons) sont nécessaires pour amener un lecteur débutant à devenir un lecteur compétent. À partir d’une chanson, on peut stimuler l’habileté à segmenter les syllabes, à identifier des rimes et des phonèmes (sons) initiaux. Précisément, les enfants pourraient faire sonner un instrument de leur choix pour chaque syllabe entendue, repérer des mots qui riment en lisant les paroles de la chanson et tenter de trouver des mots qui commencent par le même son.

Pour consulter toutes les activités suggérées par Minor-Corriveau, cliquez ici.

 

[Consulter l’article]

 

Source : Shutterstock /Ollyy

Dernière modification : 14 février 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)