Les médias sociaux et la santé mentale des jeunes

Facebook, Instagram et Snapchat sont des sites de réseautage social bien connus des jeunes dont la plupart sont des usagers réguliers. Selon l’enquête menée par le Centre de toxicomanie et de santé mentale en Ontario, 80 % des élèves de 7 à 12 ans visitent des sites de médias sociaux quotidiennement.

Shutterstock/Iakov Filimonov

Alissa Sklar, conseillère en éducation, s’est intéressée à l’impact des médias sociaux sur la santé mentale des jeunes. Elle mentionne que des recherches plus poussées sont nécessaires pour déterminer en quoi les médias sociaux et la santé mentale sont reliés. Toutefois, ses recherches indiquent que près de la moitié des jeunes qui utilisent les médias sociaux pendant deux heures ou plus par jour sont susceptibles de présenter des signes précurseurs de maladie mentale. Par exemple :

  • Se sentir seul et déprimé;
  • Craindre de rater un événement, d’ignorer les dernières tendances ou de ne pas atteindre ses objectifs personnels;
  • Se sentir anxieux en comparant sa vie à celle idéalisée que véhiculent d’autres usagers de tel site de réseautage;
  • Décrire des attentes irréalistes sur les sujets de la beauté et de l’image corporelles;
  • Subir ou être témoin de la cyberintimidation et du harcèlement en ligne;
  • Souffrir de graves perturbations dans la quantité et la qualité de son sommeil.

 

Pour aider enfants et adolescents à établir une relation saine et sans danger avec les médias sociaux, il faut leur montrer comment utiliser ces puissants outils de façon responsable. 

 

L’auteure affirme que les menaces de confiscation de téléphone ou autre appareil portable sont inefficaces pour responsabiliser les jeunes dans leur utilisation des médias sociaux. Elle propose plutôt aux parents quelques stratégies pour amener les jeunes utilisateurs à faire preuve de pensée critique et de modération :

 

  • Donner le bon exemple en mettant de côté les appareils lors des repas et des conversations;
  • S’exercer à prendre des congés de médias sociaux à la maison;
  • Discuter avec les jeunes des interactions sur les médias sociaux en évitant de critiquer leurs réponses;
  • Encourager la pensée critique en posant des questions (ex. : « De quoi est-ce qu’on ne parle pas dans les médias sociaux? » « Les gens sont-ils exactement comme ils se présentent en ligne, selon toi? »).

 

[L’éducation aux médias – Dossier thématique]

 

Enfin, l’auteure propose aux parents de connaître les coordonnées des comptes de leurs enfants ou jeunes adolescents et de les laisser gagner un peu plus de confidentialité en ligne lorsqu’ils auront démontré qu’ils font preuve d’un comportement responsable en tout temps.

 

[Consulter l’article]

 

Référence :

Sklar, A. (2017). En quoi l’utilisation des médias sociaux pourrait-elle avoir une incidence sur la santé mentale des jeunes? Le Réseau ÉdCan. Repéré à https://www.edcan.ca/articles/students-use-social-media-affecting-mental-health/?lang=fr

 

Source de l’image : Shutterstock/Iakov Filimonov

 

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)