Lire entre les lignes dès l’âge de quatre ans

Tout au long de la scolarité de l’élève, la lecture demeure un outil d’apprentissage essentiel. Pour s’approprier l’ensemble d’un texte, l’élève doit être habile à exploiter tant l’information explicite qu’implicite. Que ce soit pour résoudre un problème ou approfondir sa compréhension d’un texte, le lecteur doit être en mesure de saisir des informations qui n’y sont pas clairement écrites. La compréhension d’inférences est une habileté qui peut être entraînée avant l’entrée à la maternelle.

Shutterstock / Chepko Danil Vitalevich

Chantal Desmarais est orthophoniste, chercheuse et professeure agrégée au Département de réadaptation de l’Université Laval. Dans cet article, madame Desmarais et trois collègues orthophonistes abordent la différence entre les habiletés inférentielles d’enfants de quatre et de cinq ans en contexte de lecture partagée. Elles souhaitent décrire les types d’inférences maîtrisées en bas âge dans le but, entre autres, de guider les efforts de préparation à la maternelle des enfants d’âge préscolaire.

Concrètement, la lecture partagée est une approche d’enseignement coopératif dans laquelle un enseignant ou un parent lit un livre à voix haute en faisant activement participer l’enfant. Dans cette étude, l’évaluateur posait des questions prédéterminées à l’enfant lors de la lecture du récit Petit cochon s’est perdu.

Faire des inférences à quatre ans

Les résultats de l’étude indiquent que les enfants de cet âge sont en mesure :

  • d’inférer le but du personnage (p. ex. : « Qu’est-ce qu’ils veulent faire selon toi? »);
  • d’inférer la réponse interne du personnage (p. ex. : « Comment se sent-elle? »).

Faire des inférences à cinq ans

Les chercheuses précisent que ce n’est qu’à l’âge de cinq ans que les enfants sont capables de faire des inférences à propos de la solution à un problème et des inférences basées sur les connaissances du monde (p. ex. : Où se passe cette histoire?).

Planifier les activités de lecture partagée

Pour stimuler le développement de la compréhension d’inférence pendant la lecture d’un récit, les auteures suggèrent donc de stimuler d’abord les inférences associées au but et à la réponse interne des personnages et de poursuivre avec les inférences de résolution de problèmes et les inférences basées sur les connaissances du monde.

[Consulter l’article]

 

Références : Desmarais, C., Archambault, M.-C., Filiatrault-Veilleux, P. et Tarte, G. (2012). La compréhension d’inférences : comparaison des habiletés d’enfants de quatre et de cinq ans en lecture partagée. Revue des sciences de l’éducation, 383, 555-578. doi: 10.7202/1022712ar.
Source de l’image : ShutterstockChepko Danil Vitalevich

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 2,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)