Les situations difficiles qui surviennent quelque temps avant la fin des classes : une cause sous-estimée de décrochage scolaire?

Peine d’amour, conflit, accident, séparation des parents… Bon nombre de jeunes rencontrent des difficultés qui peuvent devenir d’importants facteurs de risque au décrochage scolaire. Une étude rappelle aux acteurs du milieu de l’éducation que les causes du décrochage scolaire ne sont pas liées qu’à l’école.

facteur-decrochage

Shutterstock / oliveromg

Les facteurs de risque du décrochage

Les experts expliquent souvent le décrochage scolaire comme étant le résultat d’un long processus au cours duquel l’élève rencontre des difficultés à l’école – principalement des difficultés d’apprentissage ou de comportement. La prise en compte de ces facteurs de risque peut parfois donner l’impression que le risque est « statique » : qu’un élève à risque l’est tout au long de son parcours scolaire.

Or, force est de constater que les facteurs de risque liés à l’école ne devraient pas être la seule cible de prévention du décrochage. En effet, des recherches menées à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal (UdeM) ont montré que jusqu’à 40% des décrocheurs ne correspondent pas au profil typique du décrocheur.

Qui sont ces décrocheurs inattendus?

Véronique Dupéré, professeure agrégée à l’Université de Montréal, a mené une recherche auprès de 545 jeunes du secondaire dont le tiers avait décroché l’année précédente. L’étude a mis en lumière le fait que les jeunes qui vivent des évènements stressants importants sont plus à risque de quitter l’école dans les mois qui suivent que les jeunes qui ne rencontrent pas de telles difficultés.

Un élément déclencheur extérieur et qui est une source de stress augmente de trois à quatre fois le risque de décrochage dans les trois mois qui le suivent.

Pour en venir à cette conclusion, Dupéré a réalisé des entretiens avec les participants qui avaient décroché. Chez ces participants, 40% avaient expérimenté un élément stressant important dans les mois précédant l’abandon. En comparaison, moins de 20% des jeunes qui étaient restés à l’école avaient vécu un stress considérable au cours de la même période. Les jeunes ayant décroché étaient aussi plus susceptibles que les autres d’avoir vécu deux situations de stress et plus.

Les résultats de l’étude suggèrent que peu importe le « profil de risque » du jeune, quand celui est exposé à un stresseur de vie important, il est significativement plus à risque d’abandonner ses études.

[Consultez l’article]

Références

Les événements stressants qui causent le décrochage scolaire (2017). Diffusé le 19 avril 2017 dans le cadre de l’émission de radio Les Éclaireurs sur la chaîne ICI Radio-Canada Première : http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/les-eclaireurs/segments/entrevue/21283/stress-evenements-cause-decrochage-scolaire

Qu’est-ce qui peut pousser un adolescent à abandonner le secondaire? (2017) Récupéré du site de UdeMNouvelles : http://nouvelles.umontreal.ca/article/2017/04/10/qu-est-ce-qui-peut-pousser-un-adolescent-a-abandonner-le-secondaire/

Image : © Shutterstock / oliveromg

 

Dernière modification : 12 mai 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 4,75 sur 5)

2 commentaires

  1. Par Marie Duclos le 12 mai 2017 à 12:55

    Bonjour, je vous écris car j’ai une petite inquiétude quant à la qualité de la langue de votre bulletin. Je suis abonnée depuis plusieurs années, je trouve que le travail que vous faites inspirant. Cependant, je vois régulièrement des fautes d’orthographe et ça me chicote. Y a-t-il des mesures de relecture en place dans votre organisation?
    Merci
    Marie Duclos

    Commentaire inapproprié ?

  2. Bonjour Madame Duclos,

    Tous nos textes font effectivement l’objet d’une relecture. Toutefois, nous ne sommes pas à l’abri des coquilles. Soyez assurée que nous partageons la même préoccupation que vous à l’égard de la qualité de la langue. Sachez que vous pouvez nous signaler toute erreur que vous remarquez.

    Cordialement,

    Lucie Barriault

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)