La difficulté pour les étudiants étrangers à se lier d’amitié avec les étudiants canadiens

Accueillir des étudiants étrangers dans les collèges et les universités comporte plusieurs avantages : favoriser les échanges d’idées et la compréhension des différentes cultures par exemple. Or, certains obstacles peuvent limiter les avantages de l’éducation internationale, comme la difficulté pour les étudiants étrangers à créer des liens avec les étudiants canadiens.

etudiants-etrangers

Shutterstock / Rawpixel.com

Le Consortium d’animation sur la persévérance et la réussite en enseignement supérieur (CAPRES) a récemment fait état d’un rapport produit par le Bureau canadien de l’éducation internationale (BCEI) au sujet de l’éducation internationale au Canada.

Quelques faits saillants du rapport

Un sondage mené auprès de plus de 3000 étudiants internationaux dans 25 universités et collèges au Canada révèle que 53% de ces étudiants disent ne pas avoir d’amis canadiens. On observe une tendance similaire dans d’autres pays comme les États-Unis et l’Australie. Au Royaume-Uni, une étude révèle que la plupart des étudiants étrangers (60%) entretiennent uniquement des amitiés avec d’autres étudiants étrangers.

Le rapport parle d’une « tendance mondiale troublante », qui pourrait s’expliquer par différents facteurs tels que :

  • Une timidité de la part des étudiants étrangers
  • Des difficultés liées à la langue ou à l’accent
  • Une indifférence des étudiants canadiens à l’égard des étudiants étrangers

etudiants-etrangers

Difficulté accentuée selon la région d’origine

Un autre constat fait par le BCEI est que la difficulté pour les étudiants étrangers de se faire des amis canadiens varie selon leur région d’origine. La langue parlée ainsi que la culture d’origine d’un étudiant étranger influenceraient donc la probabilité que cet étudiant crée des liens d’amitié avec des étudiants canadiens.

Pourcentage d’étudiants ayant des amis canadiens selon leur région d’origine :

  • États-Unis : 86%
  • Europe : 53%
  • Amérique latine et Caraïbes : 50%
  • Afrique subsaharienne : 49%
  • Asie du Sud : 44%
  • Asie de l’Est : 31%
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord : 28%

Malgré ces chiffres assez troublants, 82% des étudiants internationaux considèrent le Canada comme une « société accueillante et tolérante ».

Recommandations

Les quelque 3000 étudiants internationaux sondés ont soulevé plusieurs idées d’actions à mettre en œuvre pour favoriser leur intégration sociale. Ils recommandent entre autres aux services aux étudiants de créer plus d’occasions d’échange entre les étudiants étrangers et les étudiants canadiens et de promouvoir davantage ces activités auprès des deux clientèles. Ils suggèrent aussi de sensibiliser les étudiants canadiens à la connaissance et la communication interculturelles. Autre piste envisageable : encourager le travail d’équipe entre les étudiants étrangers et les étudiants canadiens.

etudiants-etrangers

De bonnes relations entre les étudiants canadiens et les étudiants internationaux sont un signe d’inclusion interculturelle caractéristique d’un campus internationalisé.

[Consultez le rapport]

Image : © Shutterstock / Rawpixel.com

Dernière modification : 4 avril 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. Par Alexis nduwimana le 14 septembre 2017 à 13:48

    bonjours.j’apprécie votre objectif de favoriser les etudiant du monde entier d’etre en rellation par des echangers.ça permet aux differents etudiant de connaitre cequi se font ailleur.je vous remerci

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)