Écrire avec les technologies : impacts sur la motivation et la compétence à écrire des élèves

Thierry Karsenti et son équipe ont mené un projet de recherche auprès de six classes du 3e cycle du primaire pour mieux comprendre l’influence de la technologie sur la compétence à écrire de ces élèves.

ecrire-technologies

Shutterstock / Rawpixel.com

Les pratiques d’enseignement

Les enseignants qui ont participé à l’étude ont mis en évidence l’importance de faire écrire souvent les élèves à l’ordinateur pour que ceux-ci améliorent leurs capacités de rédaction avec cet outil.

Les enseignants ont aussi constaté le rôle primordial qu’ils avaient à jouer pour accompagner les élèves afin de leur apprendre comment utiliser efficacement les fonctionnalités qu’offre l’ordinateur pour écrire (les outils de correction, notamment).

Les processus d’écriture

L’une des conséquences les plus importantes de l’usage des technologies pour écrire concerne les processus de planification, de mise en texte, de révision et de correction impliqués dans l’acte d’écrire. Loin d’être séquentiels, ces processus s’enchaînent continuellement lors de la production d’un texte.

La recherche de Karsenti montre que ces fonctions peuvent être améliorées par l’usage de l’ordinateur pour écrire, en les rendant « plus flexibles, plus interactives et moins cloisonnées, [ce qui] qui facilitent la réécriture et l’amélioration des textes. Par exemple, il est plus aisé de reformuler ou de modifier certains passages du texte à l’ordinateur.

96 % des 835 élèves ayant participé à notre recherche se perçoivent comme de meilleurs scripteurs quand ils utilisent l’ordinateur pour écrire

Concrètement : huit pistes d’actions

[Si vous utilisez un appareil mobile, cliquez ici]

[Consultez le rapport de recherche]

Pour d’autres articles portant sur les recherches du Programme de recherche sur l’écriture et la lecture (PREL), consultez ce répertoire.

Image : © Shutterstock / Rawpixel.com

Dernière modification : 6 mars 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Un commentaire

  1. Par Mélanie Blanchet le 7 mars 2017 à 16:33

    Alors il faudra que le MEES permette aux élèves de faire leurs examens sur ordinateur, sinon, à quoi bon les outiller dans cette motivante voie si nos jeunes doivent retourner au papier-crayon lors des épreuves ministérielles? En tant qu’enseignante, voilà mon principal frein à l’utilisation des technologies en classe. Vraiment dommage…

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)