Comment réduire les difficultés des élèves en orthographe?

Comment enseigner l’orthographe aux élèves qui présentent des difficultés importantes en français? Une recherche menée par Daniel Daigle et ses collaborateurs auprès de 32 élèves dyslexiques d’environ 11 ans a permis de tirer des conclusions pertinentes sur l’enseignement de l’orthographe.

difficultes-orthographe

Shutterstock / Ruslan Guzov

Mise en contexte

En français, les mots écrits sont principalement constitués de sons qu’on peut entendre lorsqu’on prononce ces mots. Ce sont les propriétés phonologiques des mots. Lorsqu’un enfant apprend à écrire, il doit donc comprendre cette relation entre les sons (phonèmes) qu’il entend et les lettres associées à ces sons (graphèmes). Un élève qui éprouve de la difficulté à identifier les sons qui composent les mots et à associer ces sons à une lettre ou à un ensemble de lettres développera probablement un retard dans l’apprentissage de l’écriture et de l’orthographe des mots.

Par ailleurs, en plus de devoir maitriser la relation entre les sons et les lettres, l’écriture des mots en français exige que l’on tienne compte des autres propriétés des mots, comme les propriétés morphologiques et les propriétés visuelles (ou visuo-orthographiques) des mots.

Les propriétés morphologiques des mots peuvent être des lettres qui permettent d’associer un mot à sa famille lexicale. Par exemple, le « t » dans « lai» réfère aux mots de même famille comme « laitier », « laiteux » et « allaiter ». Les propriétés morphologiques peuvent aussi référer aux marques de grammaire comme le genre et le nombre (ex. : « laitières »). Les propriétés morphologiques des mots ne sont pas percevables lorsqu’on prononce les mots à haute voix (on n’entend pas le « t » lorsqu’on dit le mot « lait »), contrairement aux propriétés phonologiques des mots.

Les propriétés visuelles des mots réfèrent aux particularités orthographiques propres à chacun des mots, sans qu’il y ait d’indice phonologique ou morphologique pour justifier leur présence. Par exemple, le son [o] du mot « bateau » s’écrit « eau ». C’est une propriété visuelle; une particularité orthographique de ce mot, qu’on doit mémoriser.

Conclusions de la recherche

Conclusion 1 : « Les connaissances phonologiques sont nécessaires, mais insuffisantes pour pouvoir maîtriser l’orthographe »

Si les interventions qui visent à faire prendre conscience aux élèves des propriétés phonologiques des mots sont nécessaires pour leur faire découvrir la correspondance graphème-phonème, il semble que l’attention accordée aux autres propriétés des mots (morphologiques, visuelles) soit négligée dans l’enseignement de l’orthographe.

Conclusion 2 : « La prise en compte des propriétés visuelles des mots par des procédures visuo-orthographiques est nécessaire à la maîtrise de l’orthographe »

Les propriétés visuelles des mots sont un exemple de propriétés souvent négligées dans l’enseignement de l’orthographe. Daigle soutient d’ailleurs que l’enseignement des propriétés visuelles des mots devrait être inclus dans les programmes de formation des enseignants.

Un programme d’entrainement à l’orthographe lexicale

Conclusion 3 : « La compétence métaorthographique est liée à la compétence orthographique »

La compétence métaorthographique, c’est la capacité à réfléchir à l’orthographe des mots; à manipuler et à analyser la façon dont les mots sont formés.

Nos résultats indiquent que le bon orthographieur est celui qui peut aussi bien analyser et manipuler la structure orthographique des mots et qui peut en parler.

Plusieurs approches d’enseignement permettent de travailler la compétence métaorthographique des élèves, comme les orthographes approchées et la dictée 0 faute.

Les dictées innovantes : Un moyen simple de se positionner comme leader pédagogique

Conclusion 4 : « Les stratégies visuo-orthographiques sont les seules qui sont liées à la performance en orthographe »

L’étude de Daigle montre que les élèves s’appuient principalement sur les propriétés phonologiques des mots pour écrire. Or, la prise en compte des propriétés visuelles des mots mènerait à de meilleurs résultats.

[C]’est le recours aux stratégies visuo-orthographiques qui caractérisent les performances des meilleurs orthographieurs.

Pour Daigle, il importe de sensibiliser les enseignants (et les élèves) aux propriétés des mots, particulièrement à leurs propriétés visuelles et de promouvoir un enseignement explicite de ces propriétés visuelles accompagné d’un travail métaorthographique.

[Consultez le rapport de recherche]

Pour d’autres articles portant sur les recherches du Programme de recherche sur l’écriture et la lecture (PREL), consultez ce répertoire.

Image : © Shutterstock / Ruslan Guzov

Dernière modification : 14 février 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 4,25 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)