Une meilleure cohérence école-famille-communauté pour favoriser l’apprentissage de l’écrit chez les élèves

Si l’école joue un rôle capital dans le développement des compétences liées à l’écrit chez l’enfant, l’importance de la famille et de la communauté à cet égard n’est pas à négliger. Mais comment faire en sorte que les pratiques adoptées par ces différents acteurs soient cohérentes? Une équipe de chercheurs de l’Université de Sherbrooke a élaboré un dispositif intéressant à cet effet.

coherence-efc

Shutterstock / wavebreakmedia

Mise en contexte

Malgré son potentiel avéré, la collaboration entre l’école, la famille et la communauté n’est souvent pas spontanée : les différents acteurs ne sont pas toujours conscients de la complémentarité de leurs compétences, les contenus scolaires sont souvent méconnus des parents, l’école et les familles n’ont pas toujours connaissance des services offerts par les organismes de leur communauté, etc.

La recherche

Pour favoriser une plus grande cohérence entre ces acteurs, Guadalupe Puentes-Neuman et son équipe ont mis à l’essai un dispositif d’accompagnement auprès de 119 parents et de 145 élèves de milieu défavorisé. L’objectif principal de la recherche-action était de faire émerger des pratiques cohérentes entre l’école, la famille et la communauté, pour soutenir l’apprentissage de l’écriture chez les enfants de première année du primaire.

Pour ce faire, les parents étaient invités une fois par mois à venir vivre des activités d’écriture dans la classe de leur enfant. Des intervenants communautaires étaient également présents et animaient les activités avec l’enseignant, en plus d’être encadrés par l’équipe de recherche.

Les activités d’écriture authentiques étaient en lien avec ce qui était travaillé en classe, comme la structure du récit et les orthographes approchées. Ces activités ont offert l’occasion à chaque parent participant de :

(Repris textuellement du rapport de recherche, p. 11)

Au fil des rencontres, les parents accompagnaient avec plus d’aisance leurs enfants dans les activités d’écriture et ils les soutenaient dans l’utilisation de stratégies d’écriture. Les rôles et apports de chacun ont également été précisés tout au long de l’avancement du projet.

L’intervenant communautaire peut :

  • féliciter le parent lorsque celui-ci réinvestit les stratégies utilisées en classe;
  • aider le parent à accompagner son enfant en l’amenant à comprendre la réticence ou l’anxiété de son enfant;
  • assister le parent dans la régulation du rythme de l’activité.

L’enseignant peut :

  • aider le parent à comprendre les défis ou difficultés de l’enfant au regard des apprentissages;
  • favoriser le réinvestissement des stratégies utilisées en classe.

Le père ou la mère peut :

  • communiquer à l’enseignant les caractéristiques spécifiques de son enfant;
  • partager les contraintes du milieu familial dans l’accompagnement de l’enfant (ex. enfants plus jeunes) »

(Repris textuellement du rapport de recherche, p. 15-16)

Le dispositif d’accompagnement a vraisemblablement permis d’accroitre la synergie entre l’école, la famille et la communauté. Les chercheurs soutiennent que ce dispositif de travail collaboratif pourrait très bien être adapté dans d’autres milieux.

[Consultez le rapport de recherche]

Le RIRE vous suggère également :

Image : © Shutterstock / wavebreakmedia

Icons made by Freepik, from www.flaticon.com is licensed by CC 3.0 BY

Dernière modification : 21 février 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)