Enseigner la ponctuation… Pas si banal que ça!

À priori, on pourrait penser que les marques de ponctuation servent essentiellement à nous dire quand reprendre notre souffle lorsqu’on lit. Plusieurs croient aussi que c’est en grande partie un choix personnel ou esthétique de placer une virgule ici et là. Or, les marques de ponctuation sont également régies par des règles et elles ont des fonctions spécifiques qui seraient souvent mises de côté dans l’enseignement du français.

grammaire-ponctuation

Shutterstock / igor kisselev

Dans un article publié dans le numéro de janvier 2017 du bulletin Correspondance, Marie-Pierre Dufour, chargée de cours à l’Université Laval, offre un éclairage intéressant sur l’enseignement de la ponctuation. Dufour est également l’auteure d’un mémoire de maitrise en didactique au sujet de la ponctuation.

L’auteure explique que, de manière générale, peu de temps d’enseignement est accordé à la ponctuation. Son apprentissage se limiterait souvent à quelques exercices décontextualisés. La notion même de ponctuation serait d’ailleurs porteuse d’un certain flou (tant pour les élèves que pour les enseignants), entre autres, quant à son utilité et aux normes qui y sont associées.

Les résultats de recherche de Dufour ont montré que l’utilisation adéquate de la virgule serait particulièrement problématique chez les élèves (Dufour, 2014). Par exemple, ces derniers omettraient fréquemment de placer une virgule devant des connecteurs coordonnants comme car, mais et donc, ainsi qu’après un complément de phrase placé en début de phrase (Dufour, 2014).

D’un point de vue didactique, la ponctuation est d’une importance capitale dans le développement des compétences langagières, car elle fournit une aide précieuse à la lecture et à l’écriture.

(Catach, 1996, rapporté par Dufour, 2014)

Pour pouvoir soutenir adéquatement l’apprentissage de la ponctuation chez les élèves, il importe de connaitre les principales fonctions de cette sous-composante de la grammaire.

Les fonctions de la ponctuation

De façon sommaire, on peut attribuer deux grandes fonctions à la ponctuation :

  •  La fonction de séparation

La fonction de séparation (au moyen de virgules, de points-virgules, de points, etc.) est essentiellement liée à un souci de syntaxe : c’est l’idée de segmenter les groupes de mots (unités syntaxiques) qui composent la phase et de « marquer les frontières » entre les phrases d’un texte. Or, les marques de ponctuation ne servent pas qu’à délimiter certains éléments dans une phrase.

  • La fonction d’énonciation

L’énonciation fait référence à la communication du message ainsi qu’aux indices qui révèlent la « présence »; le point de vue de l’auteur dans le texte. Par exemple, l’utilisation des guillemets peut signifier une prise de distance de l’auteur avec le propos énoncé (modalisation). Les guillemets peuvent aussi être une marque de communication lorsqu’ils servent à rapporter les propos d’un personnage dans un texte narratif.

Aux yeux des enfants et des adolescents, la ponctuation a une fonction essentiellement segmentale (donc de séparation, et de phrases surtout), puisqu’ils ne considèrent que le point et la virgule.

L’enseignement de la ponctuation par genres

Pour que les élèves saisissent le fonctionnement de la ponctuation, il importe de leur faire travailler cette sous-composante de la grammaire à l’intérieur d’activités de lecture et d’écriture signifiantes.

Dans un même ordre d’idées, selon plusieurs chercheurs, l’analyse de la ponctuation dans les textes devrait se faire par l’entremise de genres précis et variés, car « [o]n ne ponctue pas un poème de la même façon qu’une lettre ouverte, par exemple. »

Le genre : un incontournable pour l’enseignement du français

Pour aller plus loin :

DUFOUR, M.-P. (2014). Des traités de ponctuation à la classe : didactisation d’un objet de savoir. Mémoire (M.A.), Université Laval, Québec. [En ligne]. [http://www.theses.ulaval.ca/2014/31025/31025.pdf].

[Consultez l’article de Correspondance]

Image : © Shutterstock / igor kisselev

Dernière modification : 25 janvier 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 3,25 sur 5)

2 commentaires

  1. Par Martin Dufresne le 25 janvier 2017 à 4:25

    Vous écrivez « …Par exemple, ces derniers omettraient fréquemment de placer une virgule à la suite de connecteurs coordonnants comme car, mais et donc,… »

    N’aurait-il pas fallu plutôt écrire AVANT les « connecteurs coordonnants »?

    Commentaire inapproprié ?

  2. Bonjour Monsieur Dufresne,

    Tout à fait! L’erreur a été corrigée.

    Merci de nous lire!

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)