L’articulation lecture-écriture-grammaire : à quoi sert-elle et comment l’utiliser en classe?

Pourquoi et comment les enseignants devraient-ils considérer l’enseignement de la grammaire en articulation avec des activités authentiques de lecture et d’écriture? François Vincent et son équipe de recherche de l’UQO ont mené une recension d’écrits empiriques sur le sujet.

articulation-grammaire

Shutterstock / wavebreakmedia

Par François Vincent, professeur en didactique du français à l’Université du Québec en Outaouais et Sarah Gagnon-Bischoff, étudiante

Pourquoi articuler lecture-écriture-grammaire?

L’apprentissage de la grammaire en français langue d’enseignement remplit trois grands rôles :

1) Soutenir les compétences de communication (en particulier la lecture et l’écriture) ;

2) Soutenir transversalement l’apprentissage d’autres langues, et permettre le développement d’autres disciplines, nécessairement apprises par le biais d’une langue ;

3) S’intégrer au bagage culturel de l’apprenant, et ainsi lui permettre d’interpréter le monde qui l’entoure.

Au regard de ces différents rôles, articuler l’enseignement de la grammaire et celui des compétences langagières procure des atouts non négligeables. L’articulation permet en effet de résoudre certains problèmes de lecture et d’écriture. Elle permet aussi d’utiliser un contexte authentique pour favoriser la représentation globale du système de la langue.

Le contexte québécois d’articulation

Le curriculum scolaire québécois met l’accent sur le développement de compétences, notamment celles liées à la lecture, à l’écriture et à la communication orale dans le contexte des cours de français. Les aspects langagiers, dont la grammaire, viennent donc soutenir le développement de ces compétences.

Par contre, il semble que les élèves du primaire et du secondaire ne mobilisent pas intuitivement leurs connaissances grammaticales en situation de compétence. C’est ici que l’articulation entre en ligne de compte.

L’articulation lecture-écriture-grammaire peut se définir comme une planification, un pilotage et une évaluation par l’enseignant d’activités assurant des liens explicites entre les notions grammaticales et les compétences à lire et écrire.

Principes de base

Une séquence didactique respectant l’articulation lecture-écriture-grammaire
doit comporter différents éléments essentiels, que nous fournissons sur une fiche aide-mémoire (disponible sous peu).

Les activités grammaticales peuvent être contextualisées ou spécifiques.

  • Celles contextualisées sont composées de savoirs grammaticaux mobilisés en situation de compétences, par exemple la compréhension en lecture par le biais d’un phénomène grammatical récurrent, ou la révision d’un texte entre pairs à partir de stratégies faisant appel à un savoir grammatical.
  • Les activités spécifiques, quant à elles, consistent à enseigner une notion grammaticale en dehors du contexte d’écriture ou de lecture. Par exemple, il peut s’agir de la dictée zéro faute, de la phrase dictée du jour ou de l’atelier de négociation graphique.

Pour optimiser les effets de ces activités sur les compétences, il faut toutefois s’assurer que les notions ciblées soient ultérieurement réinvesties dans des activités de lecture ou d’écriture. Il est à noter que toutes les activités recensées, qu’elles soient contextualisées ou spécifiques, impliquent la prise de parole des élèves, et l’utilisation par eux du métalangage grammatical.

Concluons que la planification de situations d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ) est un contexte tout à fait pertinent pour l’articulation lecture-écriture-grammaire. En effet, on peut y alterner activités d’écriture, de lecture ou de grammaire, dans une perspective de performance finale, où une ou des notions grammaticales sont ciblées comme fil conducteur (voir figure ci-dessous).

Une SAÉ respectant l’ALEG

articulation-grammaire

[Consultez le rapport de recherche]

Pour d’autres articles portant sur les recherches du Programme de recherche sur l’écriture et la lecture (PREL), consultez ce répertoire.

Image : © Shutterstock / wavebreakmedia

Dernière modification : 14 février 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

2 commentaires

  1. Très intéressant. Par contre, le lien vers la fiche aide-mémoire ne semble pas fonctionner…

    Commentaire inapproprié ?

  2. Bonjour Monsieur Dubois,

    Merci pour votre commentaire.

    Comme le site de l’équipe de recherche est en construction, la fiche aide-mémoire devrait être disponible sous peu.

    Merci de suivre nos activités et au plaisir,

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)