Est-ce qu’on peut travailler en équipe?

Cette question familière aux oreilles des enseignants suscite également l’intérêt des chercheurs. Les élèves apprennent-ils mieux avec d’autres pairs? Cet article propose un survol de certaines connaissances issues de la recherche à propos de l’apprentissage coopératif.

L’apprentissage coopératif (cooperative learning) consiste à travailler en petit groupe (dyade, groupe de 2 à 5 élèves ou groupe-classe) à l’atteinte d’un même but, en vue d’optimiser l’apprentissage de chaque membre de ce groupe (Salvin, 2010).

L’enseignant peut organiser les groupes de travail coopératif de sorte que les interactions soient plutôt symétriques (lorsque les compétences des élèves sont semblables) ou plutôt asymétriques (lorsque les degrés de compétence des élèves sont différents).

Les courants de recherche qui s’inscrivent en continuité avec les travaux de Piaget et de Vygotsky soutiennent que les interactions asymétriques sont plus efficaces, car elles favorisent les conflits (socio)cognitifs chez les élèves moins forts et permettent aux élèves plus forts de consolider leurs acquis en aidant les autres.

Comment constituer les équipes de travail?

Le fait de mettre en équipe des élèves qui ont des relations d’affinité aurait plusieurs avantages, comme favoriser la discussion et l’engagement positif des élèves et les amener à faire preuve de plus d’attention les uns envers les autres. Certains élèves pourraient toutefois avoir plus de réticences à exprimer un désaccord dans un groupe d’amis.

[Si vous utilisez un appareil mobile, cliquez ici]

Quel est le rôle de l’enseignant lorsque les élèves travaillent en coopération?

Le rôle principal de l’enseignant consiste à observer ainsi qu’à réguler les interactions entre les élèves lors de la réalisation de la tâche coopérative. L’enseignant peut également prendre en note ses observations globales et faire un retour avec les élèves sur ces observations à la suite du travail coopératif.

Cela favorise le regard métacognitif des élèves sur leur propre pratique coopérative, indispensable à une évolution positive du groupe, et ainsi des acquisitions de chaque élève.

Cela permet aussi à l’enseignant d’apporter les ajustements nécessaires pour les prochaines périodes de travail coopératif.

[Consultez l’article]

Référence principale

Autres références

  • Plante Isabelle (2012). L’apprentissage coopératif : des effets positifs sur les élèves aux difficultés liées à son implantation en classe. Canadian Journal of Education/Revue canadienne de l’éducation, vol.35, n°4, p.252-283.
  • Slavin Robert (2010). L’apprentissage coopératif. In Comment apprend-on? La recherche au service de la pratique. Paris : OCDE, p.171-189.

Image : © Shutterstock / Konstantin Chagin

Dernière modification : 25 avril 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 4,50 sur 5)

Un commentaire

  1. Je tiens à remercier l’auteure de ce billet (Lucie Barriault) pour l’avoir mis aussi clairement et simplement au service de la communauté.

    Je pense que la bibliographie sur ce thème est très riche, mais je tiens (au moins) à signaler le livre (très éclairant et accessible à tous) de Robert Pléty :
    Pléty, R. (1998). Comment apprendre et se former en groupe. Paris: Retz.

    Je trouve ce livre particulièrement intéressant car il se situe avant le grand boom d’Internet en France. Il montre donc bien l’origine et souligne le fait que c’est surtout l’institution qui restreint nos capacités de coopération…

    Pour les spécialistes, c’est plutôt celui-ci qui fait référence dans la communauté :
    Pléty, R. (1996). L’apprentissage coopérant. Collection Éthologie et Psychologie des communications. Presses Universitaires de Lyon.

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)