Les étudiants de première génération

Au Québec, à tous les ordres d’enseignement, plus de 50 % des étudiants ont des parents qui n’ont pas fait d’études universitaires. Dans certaines régions, les étudiants de première génération (EPG) représentent jusqu’à 70% de la population étudiante des établissements collégiaux et universitaires.

par Catherine Roy-Boulanger, coordonnatrice au CAPRES

Touchés par cette réalité, trois universités et six collèges des régions de l’Abitibi-Témiscamingue, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Bas-Saint-Laurent se sont réunis au sein d’une communauté de pratique afin de mieux connaître et mieux soutenir ces étudiants. De 2013 à 2015, ils ont réalisé un Projet interordres sur l’accès et la persévérance aux études supérieures des EPG en collaboration avec des partenaires de milieux scolaires et communautaires.

La réalisation de ces travaux a été soutenue par l’Université du Québec, en collaboration avec le groupe ÉCOBES Recherche et Transfert.

Un guide de référence

Le Consortium d’animation sur la persévérance et la réussite en enseignement supérieur (CAPRES) met en ligne le volet web du Guide de référence sur les étudiants de première génération pour les intervenants en éducation. Le projet a permis d’élaborer un portrait socioéducationnel sur les EPG, d’expérimenter et d’évaluer des interventions interordres visant à les soutenir et de produire un guide de référence en faveur de l’accès et de la persévérance aux études supérieures des EPG.

[Consultez le guide]

[Consulter le Webinaire]

Dernière modification : 10 janvier 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)